Pour une écologie réaliste

Pour vraiment nourrir toute l'humanité à venir
Pour vraiment sortir du réchauffement climatique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Peut-on échapper au réchauffement climatique ?
Que peuvent les gouvernements ?
Que pouvons-nous ?

 

 

Pour limiter le réchauffement climatique, les émissions de CO2 devraient décroître, jusqu'à s'annuler d'ici la fin du siècle. (GIEC, IEA...)

Pourtant elles croissent.

Les gouvernements peuvent-ils vraiment agir sur le réchauffement climatique ?

Pendant que les petits pays développés croissent petitement, les énormes pays en développement... se développent énormément.

Le CO2 de demain viendra surtout, de plus en plus, de la multitude de ceux qui ont encore peu, qui n'ont pas encore de télévision, ni même l'électricité.

Parce que tôt ou tard ils auront l’une et l’autre.

 

 

La première étape pour échapper au réchauffement climatique consiste à réduire les émissions de CO2.

Voyons, pas à pas, 1] ce qu'il en est déjà; c'est la base qui permet d'estimer 2] ce qu'il pourrait en être demain.

1] Ce que nous faisons depuis des décennies

Depuis des décennies les émissions mondiales de CO2 croissent :

évolution des émissions de CO2 dans le monde

 

Sources : The Global Carbon Project

 

Derrière ces émissions de CO2 le réchauffement climatique couvait déjà. Encore imperceptible il y a peu de temps, il se manifeste clairement maintenant, les catastrophes annoncées sont devenues réalité : canicules, sécheresses, ouragans, inondations, etc., toutes dopées au réchauffement climatique.

2] Ce que nous devrions faire dans les décennies à venir

Selon le WEO 2016, il faudrait que la courbe des émissions de CO2 change brusquement de sens :

émissions de CO2 dans le monde, réchauffement climatique, CO2

 

 

De WEO 2016 Presentation

• "Central scenario" : ce qui se passe.

• "2°C scenario" : ce qu'il faudrait qu'il se passe pour limiter le réchauffement climatique à 2°C.

 

3] Ce que nous ferons probablement dans les décennies à venir.

Hélas, dans le monde réel, les courbes changent rarement de sens. Elles s'infléchissent, elles peuvent montrer un affaiblissement, ou un regain de vigueur, mais elles ne changent pas brusquement de sens ; la réalité de demain sera probablement un prolongement de la réalité passée, avec quelques inflexions éventuelles :

évolution des émissions de CO2 dans le monde, réchauffement climatique, CO2

 

D'après International Energy Outlook 2016

 

4] Mais que fait le gouvernement ?

Sommet de Rio, COP21, etc. Les gouvernements s'affairent, ils donnent vraiment l'impression de se préoccuper du réchauffement climatique. Toutefois, depuis que se tiennent ces énormes conférences internationales... les émissions de CO2 continuent à augmenter. Ce n'est pas un bon signe du pouvoir des gouvernements.

Dans les pays développés on s'impatiente. "Que fait le gouvernement ?" C'est ainsi que l'on voit fleurir des actions en justice contre les gouvernements, pour "action défaillante de l'État en matière de lutte contre le changement climatique", pour "inaction climatique", ou autre... (même s'il est étonnant de poursuivre en justice un gouvernement élu démocratiquement). Ces actions sont soutenues par des "marches pour le climat".

Des jeunes gens participent à ces marches.

Une génération plus tôt, quelques voix alertaient : "nous ne faisons pas assez pour le climat, nos enfants nous accuseront".

Le moment est arrivé, les enfants sont devenus grands, et maintenant ils marchent et ils accusent. "Qu'ont fait nos pères ?", "Que fait le gouvernement ?"

Ils accusent, et font les bons petits gestes – utiliser la bonne poubelle, fermer le robinet pendant qu'on se brosse les dents, etc. Des petits gestes louables – mais qui ont le défaut de leur principal attrait : ils n'affectent en rien le sacrosaint niveau de vie et de consommation [1] ; ils n'ont que des effets marginaux. Le réchauffement climatique n'est pas soluble dans des bonnes volontés locales de second ordre [2] ; parce que le problème de premier ordre est d'une tout autre nature et d'un tout ordre de grandeur, il s'agit de réduire les émissions de CO2 tout en produisant plus, plus d'énergie, de nourriture, de soins et de services, pour répondre aux besoins des énormes pays émergents.

Allons enfants, marchons, il y a encore beaucoup de chemin à faire.

Quant aux gouvernements, que peuvent-ils faire vraiment ? Ils peuvent taxer les grosses compagnies... ce serait salué dans un premier temps (on aime voir les puissants se soumettre). Jusqu'au jour où les consommateurs découvriront que les taxes sont retombées sur le prix de leurs produits. Les gouvernements peuvent interdire les couverts en plastique, les ampoules à filament, prendre quelques autres mesures… mais attention, des petites mesures. Parce que les électeurs, c'est-à-dire nous, sont généralement pleins de bonne volonté, disposés à faire des gestes pour sauver la planète – mais, attention, raisonnablement, des petits gestes. Les décideurs savent qu'il n'est pas prudent d'aller au delà.

La meilleure chose que puissent faire les gouvernements c'est d'informer (en commençant par s'informer eux-mêmes). On a vu plus haut ces diagrammes qui montrent clairement l'empreinte de la consommation sur les émissions de CO2 : il faut avoir le courage de le dire, les pays développés doivent réduire leur consommation, arrêter de croître toujours plus ; il faut dénoncer le mythe trompeur qui fait croire qu'une croissance verte serait durable et soutenable. La croissance, verte ou non, épuise la terre.

Il faut dire clairement que combattre vraiment le réchauffement climatique coûtera des efforts et des sacrifices à tous, ce n'est pas seulement l'affaire du gouvernement. Le problème est que pour un gouvernement, annoncer qu'il faut réduire le pouvoir d'achat... c'est suicidaire. Parce que, que réclame le peuple ? Il réclame, il implore la croissance, comme des sorciers implorant la pluie.

Les décideurs, "les politiques", sont des boucs émissaires commodes, cibles de nos rages et désespoirs. Mais ils ne sont que des exécutants ; les électeurs sont les commanditaires. Les électeurs sont-ils prêts à payer aujourd'hui le prix de la lutte contre le réchauffement climatique de demain ? Si oui, pourquoi attendent-ils que l'état les y oblige ? Si d'ailleurs un gouvernement prenait vraiment les mesures fortes que réclament les manifestants pour le climat... on verrait naître des manifestations de protestation dans les rues... et ce gouvernement ne serait pas réélu !

 

Les agences spécialisées dans les problèmes d'énergie tentent d'évaluer les capacités des gouvernements à influer sur le cours des choses. Par exemple, l'International Energy Agency (EIA) considère deux scénarios :

- le scénario Current Policy : les gouvernements et les hommes continuent plus ou moins comme par le passé.

- Le scénario New Policies : on suppose que les gouvernements – et les hommes qui les élisent – prennent de bonnes résolutions écologiques, même quand elles sont difficiles et demandent des sacrifices ; on suppose aussi qu'elles seront appliquées et que les électeurs suivront sans trop bougonner. C'est un scénario très optimiste ; dans la réalité, les bonnes résolutions affichées ne sont pas toujours tenues, et les électeurs ne les acceptent pas toujours lorsque l'on tente de les appliquer ; souvenons-nous des déboires de la taxe carbone, des portiques écotaxe, de la révolte des bonnets rouges, etc.

 

Le diagramme ci-dessous illustre les résultats.

 

émissions CO2, France, Chine

 

 

Source : D'après World Energy Outlook - iea 2016

 

• "Autre" = les nouvelles énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque...) + hydraulique, biomasse…

 

Ce diagramme montre que les politiques des états ont un certain effet (dans l'hypothèse optimiste où tous les engagements pris seraient respectés). Les courbes se séparent en effet selon les scénarios, mais un peu seulement. C'est-à-dire que l'effet est faible, il ne suffit pas pour réduire significativement la demande d'énergies fossiles. Pour les décennies à venir, les énergies fossiles restent largement la principale source d'énergie. Il faudra que passe beaucoup de vent sur les pales avant que les nouvelles énergies renouvelables rattrapent un jour les énergies fossiles, et beaucoup plus de vent encore pour qu'elles les remplacent.

 

L'avenir appartient encore aux énergies fossiles.

Les seules actions vraiment efficaces pour ralentir le réchauffement climatique seraient celles conduisant à ralentir la croissance, à baisser le pouvoir d'achat dans les pays déjà développés... mais ce sont les dernières qu'un gouvernement oserait prendre ! L’avenir sera donc probablement plus proche du scénario "Current Policy" du WEO – c’est-à-dire un réchauffement climatique de 3,5°C ou plus – que de tout autre scénario chimérique supposant que les hommes deviendraient subitement des homo-economicus, lucides, prévoyants, disposés à accepter des sacrifices aujourd'hui pour éviter des catastrophes demain. Ce qui explique cette phrase en exergue du rapport WEO 2011 :

 

« Si nous ne changeons pas de direction, nous arriverons là où nous allons »

Traduction : si nous ne changeons pas de mode de vie, nous allons dans le mur.

Traduction : il faut consommer moins.

Traduction plus précise : il faut que le pouvoir d'achat diminue globalement sur la planète, puisque tout pouvoir d'achat est consommé tôt ou tard.

Plus précis encore : il faut que le pouvoir d'achat des pays développés diminue.

5] La fracture planétaire

On a vu cette réalité redoutable : les pays développés, qui seuls ont la capacité de faire des économies d'énergie, n'ont pas les épaules assez larges pour compenser le développement nécessaire des pays du Sud. Même si tous les pays développés ne vivaient plus que de vent et d'eau fraîche... Cela ne suffirait pas ! Les émissions des pays émergents suffisent à elles seules pour créer un réchauffement climatique supérieur à 2°C.

 

Le CO2 de demain viendra surtout, de plus en plus, de la multitude de ceux qui ont encore peu ;
ceux qui n'ont pas encore de télévision, ni même l'électricité.
Parce que tôt ou tard ils auront l’une et l’autre.

6] Où allons-nous ?

La presse rapporte d'innombrables succès contre le changement climatique – des économies d'énergie ici, une initiative locale innovante là (même si elle est encore à démontrer en conditions réelles élargies), tri des déchets, éoliennes dans le vent, efficacité énergétique des moteurs, etc.

Toutes ces expériences doivent être poursuivies. Mais ce battage médiatique autour d'expériences locales et d'actions de second ordre, même nombreuses, masque la réalité globale : la même presse rapporte aussi les effets dévastateurs d'un réchauffement climatique global déjà engagé : sécheresses, canicules, inondations, incendies et ouragans catastrophiques... et les émissions de CO2 continuent à augmenter. La situation se dégrade, c'est ce que décrivent, année après année, plus pressantes chaque année, les organisations qui se consacrent à l'étude du réchauffement climatique.

 

2008 : L'espoir d'échapper au réchauffement climatique n'était pas encore perdu :

« C’est bel et bien d’une révolution énergétique dont nous avons besoin. […]

les ménages, les entreprises et les automobilistes devront changer leur mode de consommation de l’énergie. […]
Une action résolue des pouvoirs publics pourrait permettre de mener à bien cette révolution. » (WEO 2008)

 

À cette époque, le problème était encore conditionnel : "les pouvoirs publics pourraient..."

Depuis, les rapports sur le climat se succèdent, le conditionnel a disparu, le réchauffement climatique est maintenant au présent de l'indicatif.

 

2011 :

« Des mesures vont dans la bonne direction, mais les chances d’atteindre l’objectif de 2°C s’amenuisent à vue d’oeil. » (WEO 2011)

2012 :

« Les éditions successives de ce rapport [WEO] ont montré qu'à mesure que les années passent, l'objectif de limiter le réchauffement climatique à 2°C devient de plus en plus onéreux et difficile à atteindre. » (WEO 2012)

2016, après la COP21 de 2015 qui a pourtant été vendue comme étant un succès pour le climat :

"Les engagements actuels ne permettent pas de limiter l'augmentation de température à moins de 2°C" (WEO 2016 Presentation)

 

En dix ans toute la gamme des possibles a été descendue : "Il serait possible"... "Les possibilités diminuent"... "C'est de plus en plus difficile"... "Ce n'est plus possible".

Il est toujours utile d'avertir, de dénoncer les dangers à venir, cela permet de réagir pour que finalement le danger ne se réalise pas. Les Cassandre ont généralement raison – même lorsque leurs prédictions ne se réalisent pas, car ce sont leurs avertissements qui font réagir pour qu'elles ne se réalisent pas.

Mais nous ne réagissons pas ! Nous poursuivons le même chemin imperturbablement, nous continuons à demander des augmentations au patron, à râler si nous ne les obtenons pas, à les dépenser quand nous les obtenons, et nous continuons à voter pour les candidats aux élections les "mieux disants", ceux qui promettent la croissance la plus forte.

Il y aura donc réchauffement climatique.

Une trop lente prise de conscience

Il y aura réchauffement climatique, il est même déjà commencé. Ce n'est pas un scoop, nous en sommes maintenant conscients, (à part quelques négationnistes, rares mais dont quelques-uns ont des responsabilités importantes sur la planète). Mais cette prise de conscience est encore très incomplète.

Des milliards de Terriens, de plus en plus nombreux, émergent de la pauvreté, peuvent enfin consommer un peu, émettent donc de plus en plus de CO2, ce qui fait globalement énormément plus.

Cette prise de conscience n'a pas encore eu lieu.

"Utilisons des énergies renouvelables". Oui, mais le potentiel des nouvelles énergies renouvelables est insuffisant.

Cette prise de conscience n'a pas encore eu lieu.

"Il suffirait que les hommes se comportent différemment." Oui, mais les hommes sont lents et lourds au changement. Inutile de rêver qu'ils deviendront subitement, massivement, raisonnables et économes.

Cette prise de conscience n'a pas encore eu lieu.

Il faut réduire les émissions de CO2. Oui, mais par tous les moyens, en utilisant toutes nos cartouches, toutes les énergies bas carbone – énergies renouvelables, mais aussi énergie nucléaire.

Cette prise de conscience n'a pas encore eu lieu.

 

 

 



[1] On a vu des jeunes manifestants avec des vêtements à la mode, comme on a vu des gros 4X4 affichant un gilet jaune.
[2] Le tri des déchets de notre consommation est évidemment de second ordre par rapport à notre consommation. Le gaspillage des emballages est de second ordre par rapport à ce qu'ils emballent. L'achat local de quelques légumes est de second ordre par rapport à notre consommation globale. Et tout cela ne concerne qu'une partie de l'humanité, de second ordre maintenant, les pays développés.

 

 
 
facebook

accueil pour écologie réaliste, urgence alimentaire, urgence énergétique   facebook


Les pages de ce site s'inspirent du livre :
Pour une écologie réaliste

Par Pierre Yves Morvan-Ameslon
Écolo sensible, mais pas écolo-rêveur.

Versions numériques :
Amazon Kindle
Epub

écologie, réchauffement climatique, ogm, biologique


contact



 

Feuilleter quelques autres pages écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm.

 

Surpopulation - croissance / décroissance...

Surpopulation - Nourrir l'humanité - Malthus
La surpopulation est-elle la mère de tous les maux ?

La croissance durable… une grenouille plus grosse que la planète
Tout est dans le titre

Réchauffement climatique, énergies renouvelables, économies d'énergie...

Peut-on échapper au réchauffement climatique ?
Les émissions de CO2 croissent.
Les gouvernements peuvent-ils changer les choses, ou nous-mêmes ?
Le CO2 demain viendra surtout des pays émergents.

Énergie, réchauffement climatique et croissance
Peut-on réduire le réchauffement climatique, et demander de la croissance, et répondre aux besoins d'énergie et de développement des pays pauvres et émergents?

Les économies n'existent pas.
"Économiser" signifie "différer une dépense".
Mais la dépense se fera, tôt ou tard.

Les petits gestes pour sauver la planète ... Ont de petits effets !

La voiture électrique est-elle un bon cheval?
En France, grâce à son électricité nucléaire bas carbone, une voiture électrique moyenne économise du CO2. Pas en Allemagne.
On a raison de soutenir la voiture électrique en France. À condition d'être cohérent en soutenant aussi la production électrique nucléaire.

Énergie, transition énergétique, énergies renouvelables, sortir du nucléaire, charbon...

La transition énergétique : sortir du réchauffement climatique, ou sortir du nucléaire ?
Quelle est la priorité ?
Peut-on sortir du nucléaire et en même temps sortir du réchauffement climatique ?
L'échec de la transition énergétique en Allemagne : les émissions de CO2 ne baissent pas.

Les énergies renouvelables peuvent-elles remplacer les énergies fossiles?
Les énergies renouvelables croissent. Mais les énergies fossiles croissent plus encore en valeur absolue et les émissions de CO2 continuent à croître.

Les énergies renouvelables pourraient-elles fournir 100 % de l'énergie électrique ?
Avec quelles contraintes pour l'environnement ?
Avec quelles contraintes pour les consommateurs ?

Le paradoxe des énergies renouvelables "gratuites" ruineuses
Le vent et le soleil sont gratuits.
Mais il est ruineux de les exploiter.

L'énergie de demain
Y a-t-il une vie après le pétrole ?
Oui, il restera encore du charbon.
Et le peu dont sont capables les énergies renouvelables.

Dangers des énergies, renouvelables, nucléaire, charbon...
Le nucléaire est dangereux... à peu près autant que les énergies renouvelables, accidents nucléaires inclus.
Le nucléaire est dangereux... mais il fait bien moins de victimes qu'en font tous les jours les particules fines des centrales au charbon, de Chine d'Allemagne ou d'ailleurs – accidents nucléaires inclus.

Les déchets nucléaires ? ... Le vrai problème c'est le déchet CO2
Les pires déchets ne sont pas les déchets nucléaires, ce sont les milliards de tonnes de CO2 relâchées dans l'atmosphère, cause du réchauffement climatique.

Urgence alimentaire, agriculture bio, pesticides, OGM...

L'agriculture biologique pourrait-elle nourrir toute l'humanité à venir ? ?
L'agriculture bio, de faible rendement, gaspille le premier bien le plus précieux de tous, de plus en plus rare, la terre.  

Peut-on réduire de moitié l'utilisation des pesticides ? Les pesticides bio... sont des armes chimiques 100 % bio ! 

Les pesticides sont parfois dangereux, mais nécessaires
Combien faudrait-il de planète terre pour nourrir sept milliards de Terriens sans pesticides ?
Les pesticides sont moins dangereux que pantouflage et canapé !

Les OGM Bt réduisent l'utilisation des insecticides...
Veut-on moins d'insecticides ? Alors il faut être réaliste et développer les OGM Bt.
Veut-on protéger les abeilles et la biodiversité ? Alors il faut être réaliste et développer les OGM Bt.

La viande rouge n'est pas verte
La planète pourrait peut-être nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-no-gaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graines et de peu de viande. Mais ces hommes-là n'existent pas.
Il faut faire avec ce qu'on a sous la main, les hommes tels-qu'ils-sont

Agriculture bio et biocarburants
Peut-on vouloir plus de bio, plus de biocarburants, et "en même temps" plus d'espaces verts, de forêts vierges, et nourrir la planète, toute la planète ?
Au secours, Monsieur Freud !

OGM, des variétés naturelles comme les autres, en mieux
Les nouvelles variétés "naturelles" contiennent naturellement des pesticides naturels.
Les nouvelles variétés dites "naturelles" contiennent des gènes inconnus, aux effets inconnus.
... Mais enfin, les OGM vinrent !

Lobbying, désinformation, préjugés...

Greenpeace, une multinationale du lobbying
Le lobbying économique existe, mais aussi le lobbying idéologique.

OGM - Désinformation
La fausse rumeur du suicides des fermiers indiens

"OGM j'en veux pas", une nouvelle religion ?

Le bon vieux temps, la nature...
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose...

Le bon vieux temps... des disettes et famines
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose... 

Pesticides contre famines
Qui veut troquer un seul aujourd'hui contre deux hier ?

La nature et les hommes
La nature est abondance parfois, catastrophes naturelles parfois.
L'homme ancien était un prédateur, l'homme moderne canalise la nature et la rend aimable

La nature est imparfaite, les hommes font mieux que la nature!
Les hommes font mieux que la nature, contre les famines, pour la maîtrise de la population. Ils ont créé le riz doré OGM pouvant sauver des millions d'enfants.

Comment consommer moins ? L'éducation est-elle une illusion ?
Nous sommes accros à la consommation. Peut-on cesser de consommer toujours plus et de gaspiller ? L'éducation est peu de chose face à la nature humaine.




 

liens externes pour ce sujet 

Que dit vraiment le récent rapport du GIEC 2018 sur le changement climatique ?

Ce qu’il faut retenir du rapport du GIEC sur la hausse globale des températures

comments powered by Disqus

 

Mise à jour : 30 avril 2019