Retour à la page d'accueil : écologie, réchauffement climatique, urgence alimentaire, urgence énergétique   

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour une écologie réaliste

Pour vraiment nourrir toute l'humanité à venir
Pour vraiment sortir du réchauffement climatique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Les OGM Bt réduisent l'utilisation des insecticides, protègent la biodiversité et les abeilles, favorisent la lutte biologique.

 

Les OGM Bt se protègent seuls de leurs principaux ravageurs.

Les OGM Bt permettent ainsi de réduire l'utilisation des insecticides.

Les OGM Bt protègent ainsi les abeilles et autres insectes utiles, favorisent la biodiversité, ce qui profite aussi aux cultures voisines, même bio.

 

 

Vous aviez rêvé de réduire les insecticides ? Les OGM Bt le font

OGM Bt réduisent insecticides

On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant d'insecticides. Ces insecticides – même quand ils sont bio – empoisonnent les ravageurs. C’est leur job, on les paye pour ça. Après, on peut faire le job avec plus ou moins de délicatesse. Le pyrèthre bio par exemple ne fait pas dans la dentelle, il tire sur tout ce qui bouge, pas seulement sur les ravageurs. Il empoisonne même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu. Or les coccinelles sont nos auxiliaires. Leur bel habit ne fait pas le moine, sous leur capuche noire elles dissimulent les cisailles pour découper les pucerons en trois coup de mandibule. Les coccinelles se nourrissent des pucerons qui ravagent nos cultures ; détruire les coccinelles c'est nous tirer dans une balle dans le pied [1] .

Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en tuant les ravageurs, mais pas nos auxiliaires.
Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt l'ont fait.

Les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

 

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides les insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles, sont épargnés.

OGM Bt protègent les abeillesLes cultures Bt protègent les abeilles. Conséquence naturelle.

Les insecticides sont accusés de nuire aux abeilles.

TOUS les insecticides ! Y compris les insecticides bio tel le pyrèthre. On a déjà vu cet avertissement sur une étiquette d'insecticide bio à base de pyrèthre végétal : "Ne pas traiter en présence des abeilles".

En développant les OGM Bt qui nécessitent moins d'insecticides on protège les abeilles.

Les cultures Bt sont utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

Les OGM Bt c'est moins d'insecticides, c'est bio !

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses et concordantes.

insecticides et coton

« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)

« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)

On notera dans cette étude ce qui est appelé "l'effet halo" : les cultures Bt réduisent les populations de prédateurs, ce qui profite également aux cultures non OGM alentour.

Les cultures Bt protègent les cultures non OGM.

Cet effet existe également pour les insectes auxiliaires utiles, coccinelles, etc., qui sont nos alliés dans la lutte contre les prédateurs. En réduisant les épandages d'insecticides les cultures Bt épargnent naturellement ces auxiliaires utiles, qui sont ainsi plus nombreux et se répandent dans les champs voisins, même non-OGM, même bio, lesquels bénéficient ainsi eux aussi des bénéfices des OGM.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. [...] Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
L'adoption à grande échelle d’une culture Bt, en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)

C'est pourquoi, l'une des meilleures combinaisons écologiques pour réduire l'utilisation des insecticides est :

OGM Bt + lutte biologique.

(Rappelons que le pyrèthre, pesticide biologique qui n'épargne pas les auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)

Même des sites militants en conviennent :

« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)

Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.

 

Les OGM Bt, c'est moins d'insecticides, c'est bio !

 

 

Le bio veut moins d'insecticides. Les OGM Bt le permettent. Pourtant, paradoxalement, l'agriculture bio les refuse.

L'explication du paradoxe tient en un seul mot : "dogmatisme" (de l'ignorance également, mais l'ignorance est souvent fille du dogmatisme.)

 

 

Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.

[  ...  ]

Les OGM protègent des épidémies

Un certain nombre d'épidémies sont transmises par des moustiques ; malaria, dengue, chikungunya, Zika... La lutte se fait principalement au moyen de pesticides contre les moustiques ; les pesticides sont ainsi utilisés au Brésil et ailleurs pour lutter contre l'épidémie de Zika et ses terribles conséquences de microcéphalie.

Ce serait bien de trouver une autre défense que ces pesticides si décriés. Justement, de nouvelles solutions existent. Nous savons créer des moustiques modifiés : les mâles s’accouplent comme il se doit, à la plus grande satisfaction des femelles, mais sans descendance viable, et le nombre de moustiques diminue. La Malaisie, qui paie un lourd tribut à la dengue, transmise par des moustiques, teste cette solution sans pesticide qui devrait séduire les écologistes. Mais non !, les écologistes protestent. Parce que ces nouveaux moustiques ont été modifiés par des techniques OGM ; patatrac ! Les OGM font partie de la grande galerie verte des Satan rouges, en compagnie du Satan nucléaire, du Satan gaz de schiste, du Satan pesticide... Ces moustiques modifiés seraient donc une "aberration écologique". (Site Info'OGM - Insectes génétiquement modifiés : une aberration écologique - et autres sites).

L'aberration est plutôt de refuser et les pesticides, et les moustiques OGM... et de mourir de dengue, drapé de pureté écologique. Ou peut-être que ceux qui refusent les moustiques OGM – dans les pays développés et tempérés où ils n'ont pas d'épidémies à craindre – ne sont pas ceux qui meurent de dengue – dans les pays du Sud.

Les grenouilles ont la chair de poule

insecticides bio tuent les grenouilles et les abeilles

En attendant que les OGM Bt soient enfin largement utilisés, les grenouilles frissonnent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent, car elles redoutent les pesticides toxiques, le pyrèthre bio par exemple, qui empoisonne grenouilles et poissons. Elles veulent moins d'insecticides, elles veulent des OGM Bt... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.

Les grenouilles veulent des OGM Bt !
Les grenouilles ne sont pas Vertes !

OGM et papillons

Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.

  OGM Bt inoffensifs pour le papillon monarque

Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est même pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides, de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement la biodiversité.

 

 



[1] On a déjà décrit longuement que mère nature méritait l'Oscar du meilleur film d’horreur où le suspense ne faiblit jamais ; les ravageurs mangent nos plantes ; mais les insectes auxiliaires se régalent des ravageurs ; mais les passereaux gobent les auxiliaires ; mais les rapaces chassent les passereaux ; mais des reptiles gobent les œufs des rapaces, et ces reptiles sont eux-mêmes chassés par d’autres encore, ainsi de suite...

 

 

OGM Bt réduisent l'utilisation des pesticides

 

 
 
facebook

facebook

Pour une écologie réaliste
Pour vraiment nourrir toute l'humanité à venir
Pour vraiment ralentir le réchauffement climatique

Que la planète bleue soit verte !
Mais il ne faut pas trop rêver.


Les pages de ce site s'inspirent du livre :
Pour une écologie réaliste

Par Pierre Yves Morvan-Ameslon
Écolo sensible, mais pas écolo-rêveur.

écologie, réchauffement climatique, ogm, biologique


Du même auteur :

Dieu est-il un gaucher qui joue aux dés ?
Histoire drôle, mais vraie, de la découverte de l’univers, et des environs

Éditions l’Harmattan.
ISBN : 2-7475-2507-4 • 2002 • 512 pages
Découverte de l'univers... et des environs


contact



 

Feuilleter quelques pages écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm.

 

Surpopulation - croissance / décroissance...

Surpopulation - Nourrir l'humanité - Malthus
La surpopulation est-elle la mère de tous les maux ?

La croissance durable… une grenouille plus grosse que la planète
Tout est dans le titre

Réchauffement climatique, énergies renouvelables, économies d'énergie...

Peut-on échapper au réchauffement climatique ?
Bilan : les émissions de CO2 augmentent.
Perspectives : les émissions de CO2 augmentent.
Peut-on échapper au réchauffement climatique ? Non.

L'irrésistible croissance des émissions de CO2
"Quand il est urgent, c'est déjà trop tard" (Talleyrand)

Les économies n'existent pas.
"Économiser" signifie "différer une dépense".
Mais la dépense se fera, tôt ou tard.

Les petits gestes pour sauver la planète ... Ont de petits effets !

La voiture électrique marche aussi au charbon !
… Sauf en France où l'électricité est principalement nucléaire.
Mais 68% de l'électricité mondiale proviennent d'énergies fossiles.

Énergie, transition énergétique, énergies renouvelables, sortir du nucléaire, charbon...

Les énergies renouvelables remplaceront-elles les énergies fossiles ?
Les énergies renouvelables progressent... moins vite que la consommation d’énergies fossiles !

Peut-on sortir du nucléaire et en même temps éviter le réchauffement climatique ?
Les scénarios climatiques, les outils de base pour ces questions, répondent non.

La transition énergétique ; moins de nucléaire contre plus de CO2 ?
L'Allemagne utilise moins d'énergies renouvelables et émet plus de CO2 que la France.

La transition énergétique ratée de l'Allemagne
Elle est ratée.

Les énergies renouvelables pourraient-elles fournir 100 % de l'énergie électrique en France ?
Pour quel bénéfice en réchauffement climatique ?

Le paradoxe des énergies renouvelables "gratuites" ruineuses
Le vent et le soleil sont gratuits. Il est ruineux de les exploiter.

L'énergie de demain
Y a-t-il une vie après le pétrole ?
Oui, il restera encore du charbon.
Et le peu dont sont capables les énergies renouvelables.

Dangers des énergies, charbon, nucléaire
Pollution et dangers des centrales au charbon, par particules fines et CO2, sont plus importants que pollution et dangers de l'énergie nucléaire.

Les déchets nucléaires ? ... Le vrai déchet c'est le CO2
LE déchet, l'ennemi public No1, c'est le déchet CO2.
Le déchet CO2 se déverse dans l'égout du CO2 ;
l'égout du CO2, c'est l'atmosphère.
Le problème des déchets n'est pas celui que l'on croit.

Urgence alimentaire, agriculture bio, pesticides, OGM...

L'agriculture biologique pourrait-elle nourrir toute l'humanité à venir ? ?
L'agriculture bio, de faible rendement, gaspille le premier bien le plus précieux de tous, de plus en plus rare, la terre.  

Les pesticides bio... des armes chimiques 100 % bio ! 
Des pesticides bio sont "irritants", "nocifs", toxiques pour les abeilles et les utilisateurs...

Les dangers - ou non - des pesticides.
Les agriculteurs, qui manipulent des pesticides à longueur de jour, ont une plus grande espérance de vie et moins de cancers que la population générale.
Les pesticides permettent de nourrir les sept milliards de Terriens que nous sommes déjà, les neuf milliards que nous serons bientôt.

Peut-on réduire de moitié l'utilisation des pesticides ?
... sans réduire de moitié le nombre de bouches à nourrir.

Les OGM Bt réduisent l'utilisation des insecticides...
Pour moins de pesticides ? Alors OGM Bt
Pour protéger les abeilles ? Alors OGM Bt
C'est cela l'écologie réaliste.

La viande rouge n'est pas verte
La planète pourrait peut-être nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-no-gaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graines et de peu de viande. Mais ces hommes-là n'existent pas.
Il faut faire avec ce qu'on a sous la main, les hommes tels-qu'ils-sont.

Agriculture bio et biocarburants
Peut-on vouloir plus de bio, plus de biocarburants, et "en même temps" plus d'espaces verts, de forêts vierges, et nourrir la planète, toute la planète ?
Au secours, Monsieur Freud !

OGM, des variétés naturelles comme les autres, en mieux
Les nouvelles variétés "naturelles" contiennent naturellement des pesticides naturels.
Les nouvelles variétés dites "naturelles" contiennent des gènes inconnus, aux effets inconnus.
... Mais enfin, les OGM vinrent !

Lobbying, désinformation, préjugés...

Greenpeace, une multinationale du lobbying
Le lobbying n'est pas (seulement) ce que l'on croit.

OGM - Désinformation
La fausse rumeur du suicides des fermiers indiens

"OGM j'en veux pas", une nouvelle religion ?

Mythes et réalité...

Le bon vieux temps... des disettes et famines
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose... 

Pesticides contre famines
Qui veut troquer un seul aujourd'hui contre deux hier ?

Pesticides, contraception, OGM riz doré... les hommes font mieux que la nature

L’argent ne fait pas toujours le bonheur... Mais nous ne sommes pas près de muter en homo-ecologicus-no-gaspillus. 



Présentation rapide

Pour une écologie réaliste

Que la planète bleue soit verte !
Mais il ne faut pas trop rêver.

L'écologie, ce n'est pas seulement le rêve du retour au bon vieux temps des fleurs et des papillons, avec seulement le soleil pour nous réchauffer, de grandes prairies pour galoper, des baies bio pour nous régaler. Nous sommes sept milliards maintenant, une poignée de baies ça va, sept milliards de poignées de baies, bonjour les dégâts !

L'écologie réaliste c'est aussi, surtout, agir pour demain, pour les générations futures, face aux menaces du réchauffement climatique et du défi alimentaire ; neuf milliards de bouches à nourrir bientôt.

Les ouragans annoncés sont devenus des réalités ; il faut réagir, tout de suite, sans attendre que la planète brûle ; "quand c'est urgent, il est déjà trop tard".
Mais les énergies renouvelables ne suffisent pas pour répondre aux défis énergétiques et climatiques. Que reste-t-il d'autre ?
Il reste fossiles et nucléaire.

Nous sommes de plus en plus nombreux, bientôt neuf milliards, les plus pauvres émergent et se nourrissent mieux, il faut donc produire plus de nourriture, sur une terre plus rare rongée par la bétonnisation.
Il faut donc une agriculture plus performante... sinon il faudra piocher de nouvelles terres dans ce qui reste de forêt tropicale ; c'est déjà commencé.
Le génie génétique sera sans doute l'une des bases de la solution.

Les analyses et solutions présentées dans ce livre sont réalistes, moins séduisantes que les rêveries bucoliques genre petite maison dans la prairie avec son petit potager bio, son puits, et une éolienne au fond de la cour ; elles choqueront même des lecteurs bien intentionnés. Mais les rêveries ne nourrissent pas les hommes, ne sauvent pas la forêt, ne ralentissent pas le réchauffement climatique.



 

OGM Bt favorisent la lutte biologique

comments powered by Disqus

OGM Bt réduisent l'utilisation des pesticides

 

Mise à jour : 20 novembre 2018

écologie, environnement, mythes et réalité

Table des matières du livre

 

Voir la page d'index