Retour à la page d'accueil : écologie, mythes et réalité, pénurie alimentaire, pénurie énergétique   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écologie et environnement

Mythes et réalité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !

En Bref... 

Ogm, pesticides et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.

Les études sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.

Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

 

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied

OGM Bt réduisent insecticides

On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides, même quand il s'agit de pesticides bio, tuent les ravageurs. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais certains, le pyrèthre bio par exemple, le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, ils tirent sur tout ce qui bouge, pas seulement sur les insectes ravageurs. Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur. Mais c'est un prédateur juste, comme il existerait des guerres justes, il se nourrit des ravageurs de nos cultures, c'est un auxiliaire pour nous [1] . Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.

Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font

Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font.

Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :

Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

 

 

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.

« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)

« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)

insecticides et coton

« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)

« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)

Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :

« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)

Même des sites militants en conviennent :

« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)

Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.

Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.

Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !

Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".

Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.

Les OGM Bt favorisent la biodiversité, la lutte biologique, et protègent les cultures bio !

Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

 

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

 

 

 

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]

« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)

C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :

OGM Bt + lutte biologique.

(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)

Les grenouilles ont la chair de poule

insecticides bio tuent les grenouilles et les abeilles

En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent, car elles redoutent les pesticides, toxiques pour elles. Elles redoutent même les pesticides bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue les grenouilles et les poissons. C'est pourquoi les grenouilles redoutent la victoire du lobbying anti-OGM, qui signifierait moins d'OGM Bt et donc plus de pesticides... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.

Les grenouilles veulent des OGM Bt ! On n'est pas Vert quand on est grenouille...

OGM et papillons

Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.

  OGM Bt inoffensifs pour le papillon monarque

Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

 

Les OGM protègent des épidémies

[  ...  ]

 



[1] On a déjà décrit longuement que mère nature méritait l'Oscar du meilleur film d’horreur où le suspense ne faiblit jamais ; les ravageurs mangent nos plantes ; mais les insectes auxiliaires se régalent des ravageurs ; mais les passereaux gobent les auxiliaires ; mais les rapaces chassent les passereaux ; mais des reptiles gobent les œufs des rapaces, et ces reptiles sont eux-mêmes chassés par d’autres encore, ainsi de suite...

 

 

OGM Bt réduisent l'utilisation des pesticides

 

 

L'écologie, oui ;
le dogmatisme écologique, non.


Par Pierre Yves Morvan-Ameslon
Écolo sensible, mais pas écolo-rêveur.


Les pages de ce site s'inspirent du livre :
Écologie et environnement - Mythes et réalité

 

écologie, environnement, mythes et réalité

Le livre est disponible en version numérique :

- Format Kindle : Écologie et environnement - Mythes et réalité

- Format E-pub : ici

Les fichiers numériques peuvent être lus sur PC, iPhone, iPad... via des applications Amazon ou Google télécheargeables gratuitement.
Ils peuvent également être lu sur des liseuses de livres électroniques (ebooks).
Le livre "Transition énergétique et changement climatique" (format Kindle seulement), est un sous-ensemble du livre complet, "Écologie, environnement... Mythes et réalité".


Du même auteur :

Dieu est-il un gaucher qui joue aux dés ?
Histoire drôle, mais vraie, de la découverte de l’univers, et des environs

Éditions l’Harmattan.
ISBN : 2-7475-2507-4 • 2002 • 512 pages
Découverte de l'univers... et des environs


contact



 

Feuilleter quelques pages écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm.

 

Petits billets de mise en bouche

Petits billets de mise en bouche

Surpopulation - croissance / décroissance...

La surpopulation mondiale est-elle évitable ?

La croissance durable… une grenouille plus grosse que la planète

Réchauffement climatique, énergies renouvelables, économies d'énergie...

Émissions de CO2 et réchauffement climatique : bilan et perspectives
Bilan : les émissions de CO2 augmentent.
Perspectives : les émissions de CO2 augmentent.

L'irrésistible croissance des émissions de CO2
"Quand il est urgent, c'est déjà trop tard" (Talleyrand)

Les économies n'existent pas.
"Économiser" signifie "différer une dépense".
Mais la dépense se fera, tôt ou tard.

Les petits gestes pour sauver la planète ... Ont de petits effets !

La voiture électrique marche aussi au charbon !
… Sauf en France où l'électricité est principalement nucléaire.
Mais 68% de l'électricité mondiale proviennent d'énergies fossiles.

Énergie, transition énergétique, énergies renouvelables, sortir du nucléaire, charbon...

Produire une électricité française 100 % renouvelable ; Est-ce possible ? Pour quel bénéfice en réduction des émissions de CO2 ?

Les énergies renouvelables progressent... moins vite que la consommation d’énergies fossiles !
Les énergies renouvelables progressent.
Mais les énormes pays émergents ont d'énormes besoins d'énergie.
Ce sont les énergies fossiles qui croissent le plus en valeurs absolues.

L'énergie de demain
Y a-t-il une vie après le pétrole ?
Oui, il restera encore du charbon.
Et le peu dont sont capables les énergies renouvelables.

La transition énergétique ; moins de nucléaire contre plus de CO2 ?
L'Allemagne utilise moins d'énergies renouvelables et émet plus de CO2 que la France.

Dangers des énergies, charbon, nucléaire
Pollution et dangers des centrales au charbon, par particules fines et CO2, sont plus importants que pollution et dangers de l'énergie nucléaire.

Déchets nucléaires, déchets toxiques, déchet CO2
Le vrai déchet, LE déchet, c'est le déchet CO2.
Le déchet CO2 se déverse dans l'atmosphère-égout.

Urgence alimentaire, agriculture bio, pesticides, OGM...

Nous mangeons trop de viande - La planète pourrait peut-être nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-no-gaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graine.
Mais elle ne peut pas nourrir neuf milliards d'hommes tels qu’ils sont

Pesticides, quels dangers ? Inutiles et dangereux, ou nécessaires ?
Les agriculteurs, qui manipulent des pesticides à longueur de jour, ont une plus grande espérance de vie et moins de cancer que la population générale.

L'agriculture bio peut-elle nourrir l'humanité ? Les famines étaient nombreuses autrefois, quand tout le monde mangeait bio. 

Les pesticides bio... des armes chimiques 100 % bio ! 
Sur des étiquettes de pesticides bio :
"Produit irritant, nocif, toxique..." !

Peut-on réduire de moitié l'utilisation des pesticides ?

Agriculture bio et biocarburants - Peut-on avoir plus de bio, plus de biocarburants, plus d'espaces verts, de forêts vierges, et nourrir toute la planète ? La terre devient rare.

OGM, avantages et inconvénients, pesticides naturels - Les variétés naturelles, même bio, contiennent des pesticides naturels et des gènes inconnus. Mais enfin, les OGM vinrent !

OGM - Les OGM Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides...
Nous voulons moins de pesticides ?
Alors utilisons plus d'OGM Bt !

Mutagenèse, transgenèse, OGM cachés, TIS

Lobbying, désinformation, préjugés...

Greenpeace - Une multinationale du lobbying 

OGM - Désinformation
La fausse rumeur du suicides des fermiers indiens

"OGM j'en veux pas", une nouvelle religion ?

Mythes et réalité...

Le bon vieux temps - mythes et réalité
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose... 

Pesticides contre famines - Qui veut troquer un seul aujourd'hui contre deux hier ?

Nature, amie ou ennemie ?

L’argent ne fait pas toujours le bonheur... Mais nous ne sommes pas près de muter en homo-ecologicus-no-gaspillus. 


D'autres textes sur ce blog
 



Présentation rapide

Nous sommes maintenant conscients, presque tous, de l'urgence écologique, convaincus qu'il faut lutter contre le réchauffement climatique, l'ennemi public No1. Mais nous n'avons pas encore tous pris conscience qu'il est nécessaire de lutter par tous les moyens.

La combinaison du nombre des Terriens et de leur prospérité constitue un mélange explosif, et la mèche est allumée. Quelques bons sauvages cueillant une poignée de baies dans la forêt, c'est fini. Une poignée de baies, ça va, sept milliards de poignées de baies, bonjour les dégâts ! Le monde change, il ne peut plus être du même Vert d'avant, avec seulement les rayons du soleil pour nous réchauffer, les petits oiseaux pour nous enchanter, des baies bio pour nous régaler. La petite maison dans la prairie c'est le passé à jamais, il faut s'adapter.

S'adapter, c'est ne pas gaspiller les baies, économiser l'énergie, mais cela ne suffit pas ! Il faut aussi produire plus de baies et plus d'énergie, pour répondre aux énormes besoins des énormes foules des énormes pays pauvres et émergents... Un énorme défi ! qui nécessite précaution, respect de l'environnement, mais aussi réalisme, sans frilosité passéiste, sans dogmatisme ; nous ne pouvons nous permettre le luxe de rejeter dogmatiquement pesticides et engrais de synthèse, OGM, énergie nucléaire, etc. Le danger n'est pas dans les techniques nouvelles, il est au contraire dans le climat anti-science et les peurs irrationnelles des nouveautés – qui justement permettent de s'adapter à un monde de plus en plus nouveau ; le danger est de se recroqueviller et se réfugier dans la recherche d'un mythique bon vieux temps. "C'était mieux avant". Le mythique bon vieux temps était celui des disettes des famines et des épidémies ; le vrai bon vieux temps, c'est aujourd'hui.

L'écologie, oui ;
le dogmatisme écologique, non.



 

OGM Bt favorisent la lutte biologique

comments powered by Disqus

"Vous n'êtes pas inscrit ? Alors clic sur la roue des outils, à droite de la zone des commentaires, et login.

OGM Bt réduisent l'utilisation des pesticides

 

Mise à jour : 17 juin 2017

Visites depuis le 21 janvier 2014

écologie, environnement, mythes et réalité

Table des matières du livre

 

Voir la page d'index