Pour une écologie réaliste

Pour vraiment nourrir toute l'humanité à venir
Pour vraiment sortir du réchauffement climatique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Peut-on sortir du réchauffement climatique et en même temps sortir du nucléaire ?

 

L'objectif premier de la transition énergétique était de lutter contre le réchauffement climatique en réduisant les émissions de CO2 de la production d'électricité, des transports, du chauffage des appartements, etc.

Mais la finalité première de la transition énergétique s'est brouillée. Il faudrait maintenant marier la lutte contre le réchauffement climatique et la sortie du nucléaire. Mais c'est un mariage contre nature, la carpe nucléaire est même l'une des meilleures ennemies du lapin réchauffement climatique.

À quoi aura servi de sortir du nucléaire quand la planète aura brûlé ?

Les réponses des chercheurs

Peut-on  sortir du réchauffement climatique et en même temps sortir du nucléaire? Dit autrement, les énergies renouvelables ont-elles les épaules assez solides pour faire le job à elles seules ? En se basant sur les résultats des modèles climatiques, les outils de base pour ces questions, le Giec, l'IEA, etc., nous alertent :

On ne peut éviter le réchauffement climatique sans utiliser aussi l'énergie nucléaire.

 

« Dans la majorité des scénarios de stabilisation à faible concentration de carbone (entre 450 et 500 ppm éqCO2 environ, niveaux pour lesquels il est au moins à peu près aussi probable qu’improbable que le réchauffement se limite à 2 °C au-dessus des niveaux préindustriels), la part de l’approvisionnement en électricité sobre en carbone (ce qui comprend les énergies renouvelables, l’énergie nucléaire et le CSC, y compris la BECSC) augmente par rapport à la proportion actuelle d’environ 30 % à plus de 80 % en 2050 et à 90 % en 2100, et la production d’électricité à partir de combustibles fossiles sans CSC est presque entièrement abandonnée d’ici 2100 ». (GIEC - Changements climatiques 2014 Rapport de synthèse)

« L’électricité décarbonée est la clef de voûte de la transition énergétique. Le secteur électrique mondial peut parvenir à des émissions de CO2 nettes nulles d’ici 2060 dans le scénario 2DS, au moyen du déploiement à plus grande échelle d’un portefeuille de technologies propres et d’une production électrique issue à 74 % des renouvelables (dont 2 % de bioénergie durable avec CSC [BECSC]), à 15 % du nucléaire, à 7 % de centrales électriques alimentées par des combustibles fossiles et équipées de dispositifs CSC, le reste provenant de la combustion du gaz naturel ». (IEA - Energy Technology Perspectives 2017)

 

« Nous ne pouvons augmenter la production d'énergie, tout en réduisant les émissions de CO2, que si les nouvelles centrales cessent d'utiliser l'atmosphère comme une poubelle. [...]

Dans le monde réel, il n’existe pas de voie crédible pour stabiliser le climat sans que l’énergie nucléaire ne joue un rôle substantiel » (Limitons le réchauffement climatique grâce au nucléaire, proposent quatre scientifiques américains - une Traduction française)

Il faut donc développer les énergies renouvelables, mais elles ne suffisent pas. Car les nouvelles énergies renouvelables, éolien, photovoltaïque, sont intermittentes, soumises aux caprices du vent et du soleil. Lorsque le vent et le soleil font défaut (ce qui arrive toutes les nuits pour le soleil), il faut faire appel à des centrales pilotables pouvant produire à la demande à tout moment par tous les temps. Si on n'a pas de centrales nucléaires sous la main ou si on se refuse à les utiliser... il faut faire appel à des centrales fossiles !

Un pays qui possède déjà beaucoup de centrales fossiles peut donc développer les nouvelles énergies renouvelables, mais en prenant soin de conserver les centrales fossiles existantes. C'est le cas de l'Allemagne.

Un pays qui possède peu de centrales à combustibles fossiles peut développer les nouvelles énergies renouvelables, mais en prenant soin, de construire parallèlement des centrales fossiles de secours. Ce serait le cas de la France qui aurait arrêté ses centrales nucléaires. Dans un tel cas, la construction massive d’éoliennes entraînerait nécessairement la construction de centrales thermiques et des émissions accrues de CO2.

Nous sommes avertis de cette situation :

« Sans moyen de stockage de l’électricité à grande échelle », on ne peut « éviter que l’intermittence de ces sources d’énergie [les nouvelles renouvelables] ne conduise à utiliser des combustibles fossiles lorsqu'elles ne fournissent pas l'énergie demandée. » Avis sur la transition énergétique - dans le cadre du débat sur le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte" - Académie des Sciences française, 2015)

« Toute réduction de la production nucléaire en France aura pour effet d'augmenter la production d'électricité par des combustibles fossiles, donc la pollution, au vu des faibles facteurs de charge et de l'intermittence du solaire et de l'éolien. L'Allemagne en est l'illustration parfaite. Ses émissions n'ont pratiquement pas changé depuis 2009. » (Lettre d'un groupe international d'experts au Président Macron - 3 juillet 2017)

 

Les réponses des états pour la production d'électricité

Le Giec, l'IEA, etc., nous alertent : les énergies renouvelables ne suffisent pas. Et pourtant la COP21 a fait l'impasse sur la question du nucléaire, aboutissant ainsi à des accords qui ne prennent en compte qu'une partie de la réalité, et seront donc inefficaces. L'inefficacité est constatée et dénoncée, mois après mois :

 

« Climat : selon l’ONU, il faudrait tripler les efforts pour ne pas dépasser 2 °C de réchauffement.

Les engagements des Etats, à supposer qu’ils soient tenus, mettent la planète sur une trajectoire de réchauffement de 3,2 °C d’ici à la fin du siècle. » (Le Monde - Novembre 2018)

Les accords de la COP21 sont enthousiasmants, comme étaient les résolutions du parti communiste de l'ex URSS... et ils sont tout aussi irréalistes. On peut se demander comment il se fait que de telles réunions – Grenelle de l'environnement, COP21, congrès communiste, ou autre – avec tant de participants, accouchent d'engagements irréalistes. Il est possible d'y voir la conséquence des convictions enthousiastes des participants, qui font peu de cas des réalités techniques et humaines.

Les politiques énergétiques des états... sont souvent... de la politique ; elles s'inspirent plus du ressenti subjectif des électeurs que des résultats objectifs des chercheurs. Ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour résoudre les problèmes avec réalisme.

 

Pour l'instant, les chercheurs nous alertent, nous allons dans le mur.

 

émissions de CO2 dans le monde, réchauffement climatique, CO2

 

(WEO 2016 Presentation)

• "Central scenario" : ce qui se passe.

• "2°C scenario" : ce qu'il faudrait qu'il se passe pour limiter le réchauffement climatique à 2°C.

 

 

Chaque fermeture prématurée d'une centrale nucléaire nous rapproche du mur.

► Quand la planète aura brûlé, à quoi aura servi de sortir du nucléaire ?

 

 

Fossile, Renouvelable, et Nucléaire, sont dans un bateau.
Nucléaire tombe à l'eau.
Que reste-t-il ?
Mais Renouvelable n'a pas les bras assez costauds pour ramener le bateau à la rive.

 

réchauffement climatique

 

 
 
facebook

facebook


contact


Retour à la page d'accueil  écologie, réchauffement climatique, urgence alimentaire, urgence énergétique

pour feuilleter écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm. quelques autres extraits

- Sur le "bon vieux temps" – qui était le temps des disettes et des famines, et des épidémies.

- Sur le risque alimentaire, l'agriculture bio, la déforestation, les OGM.

- Sur la transition énergétique et le réchauffement climatique, les énergies renouvelables, le nucléaire...

- Sur le lobbying, qui peut être économique, mais aussi idéologique.

- Sur la surpopulation, la croissance durable, les économies d'énergie...


 

liens externes pour ce sujet 

Manicore, Jean-Marc Jancovici

Transition énergétique

comments powered by Disqus

énergies renouvelables

 

Mise à jour : 27 décembre 2018

transition énergétique

Table des matières du livre

 

Voir la page d'index