Retour à la page d'accueil : écologie, réchauffement climatique, urgence alimentaire, urgence énergétique   

 

 

 

 

 

 

 

 

Écologie
Réchauffement climatique


C'est urgent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Peut-on sortir du nucléaire, et en même temps, sortir du réchauffement climatique ?

En Bref

 

 

Est-il possible de sortir du nucléaire civil, et en même temps, sortir du réchauffement climatique ?

 

 

Les scénarios climatiques, l'outil de base pour ces sujets, donnent la réponse sur laquelle s'appuient le Giec, l'IEA, etc. : les énergies renouvelables ne suffisent pas, il faut les soutenir par d'autres énergies, dont l'énergie nucléaire.

 


 

Il faut rappeler l'essentiel en ce qui concerne l'énergie :

L'énergie est vitale. L'énergie peut être chère, même dangereuse, ce sont de vrais problèmes ; mais ils sont secondaires comparés au manque d’énergie, qui signerait la disparition d'une partie de l'humanité.

L'atmosphère n'est pas une poubelle à CO2. L'énergie peut être chère, même dangereuse, ce sont de vrais problèmes ; mais ils sont secondaires comparés aux conséquences du réchauffement climatique.

La plupart des personnes restent sereines face au défi énergétique : il suffirait de faire quelques petits gestes pour sauver la planète, et yaka développer les nouvelles énergies renouvelables. Peu se préoccupent de savoir si ces énergies renouvelables ont les épaules assez solides pour répondre aux énormes besoins des énormes pays émergents ; peuvent-elles faire le job à elles seules ?

Les scénarios climatiques, l'outil de base pour ces questions, donnent leur réponse argumentée :

les énergies renouvelables ne suffisent pas.

 

Le Giec, l'IEA, etc., rapportent évidemment cette réponse et nous alertent : on ne peut éviter le réchauffement climatique sans utiliser aussi l'énergie nucléaire :

« Dans la majorité des scénarios de stabilisation à faible concentration de carbone (entre 450 et 500 ppm éqCO2 environ, niveaux pour lesquels il est au moins à peu près aussi probable qu’improbable que le réchauffement se limite à 2 °C au-dessus des niveaux préindustriels), la part de l’approvisionnement en électricité sobre en carbone (ce qui comprend les énergies renouvelables, l’énergie nucléaire et le CSC, y compris la BECSC) augmente par rapport à la proportion actuelle d’environ 30 % à plus de 80 % en 2050 et à 90 % en 2100, et la production d’électricité à partir de combustibles fossiles sans CSC est presque entièrement abandonnée d’ici 2100 ». (GIEC - Changements climatiques 2014 Rapport de synthèse)

« L’électricité décarbonée est la clef de voûte de la transition énergétique. Le secteur électrique mondial peut parvenir à des émissions de CO2 nettes nulles d’ici 2060 dans le scénario 2DS, au moyen du déploiement à plus grande échelle d’un portefeuille de technologies propres et d’une production électrique issue à 74 % des renouvelables (dont 2 % de bioénergie durable avec CSC [BECSC]), à 15 % du nucléaire, à 7 % de centrales électriques alimentées par des combustibles fossiles et équipées de dispositifs CSC, le reste provenant de la combustion du gaz naturel ». (IEA - Energy Technology Perspectives 2017)

 

Mais les rapports tels que ceux du GIEC sont compliqués, difficiles à lire, ce n'est pas sexy, ça n'excite pas les foules ; ils font le buzz quelques jours à peine lors de leur sortie, puis plus rien. C'est pourquoi des scientifiques alarmés sortent du bois et de leurs laboratoires pour s'adresser directement aux médias et aux décideurs :

Lettre d'un groupe international d'experts au Président Macron - 3 juillet 2017

« Toute réduction de la production nucléaire en France aura pour effet d'augmenter la production d'électricité par des combustibles fossiles, donc la pollution, au vu des faibles facteurs de charge et de l'intermittence du solaire et de l'éolien. L'Allemagne en est l'illustration parfaite. Ses émissions n'ont pratiquement pas changé depuis 2009. [...]
Et là où la France a une électricité parmi les moins chères et les plus propres d'Europe, celle de l'Allemagne est une des plus chères et plus sales. »

Lettre ouverte à ceux qui influencent la politique environnementale mais sont opposés au nucléaire - 2013

« Nous ne pouvons augmenter la production d'énergie, tout en réduisant les émissions de CO2, que si les nouvelles centrales cessent d'utiliser l'atmosphère comme une poubelle. [...]

Dans le monde réel, il n’existe pas de voie crédible pour stabiliser le climat sans que l’énergie nucléaire ne joue un rôle substantiel » (Limitons le réchauffement climatique grâce au nucléaire, proposent quatre scientifiques américains - une Traduction française)

 

Et pourtant la COP21, énorme réunion de décideurs, a ignoré les rapports des chercheurs, du GIEC, de l'IEA, a fait l'impasse sur la question du nucléaire, aboutissant ainsi à des accords qui ne prennent en compte qu'une partie de la réalité, et seront donc inefficaces. Les alertes se font entendre :

Les objectifs de l'Accord de Paris exigent non seulement un ralentissement de la croissance, mais un pic, le plus tôt possible, puis une baisse des émissions jusqu'à annulation à la fin du siècle. (WEO 2016 Factsheet - WEO 2016 Presentation)

Les engagements actuels ne permettent pas de limiter l'augmentation de température à moins de 2°C (WEO 2016 Presentation)

« Climat : les promesses des Etats ne juguleront pas le réchauffement - Le rapport annuel du Programme des Nations Unies pour l’Environnement pointe l’écart "catastrophique" entre les promesses nationales de limitation des émissions de gaz à effet de serre et l’objectif affiché de cantonner le réchauffement climatique sous la barre des 2°C » (Journal Sud Ouest, à propos du rapport du PNUD octobre 2017)

Les accords de la COP21 sont enthousiasmants, comme étaient les résolutions du parti communiste de l'ex URSS... et ils sont tout aussi irréalistes. On peut se demander comment il se fait que de telles réunions – Grenelle de l'environnement, COP21, congrès communiste, ou autre – avec tant de participants, accouchent d'engagements irréalistes. Il est possible d'y voir la conséquence des a priori et de l'enthousiasme des participants, à qui le désir ardent faire au mieux de leurs rêves fait oublier la réalité, les contraintes techniques et humaines.

Peut-être sommes-nous trop influencés par le lobbying militant qui jamais ne se préoccupe du réalisme de ses choix, de leur faisabilité et de leurs conséquences. Les conséquences du refus du nucléaire, ce sont un réchauffement climatique global, inéluctable, incontrôlé, et la pénurie énergétique. C'est-à-dire le risque de disparition d'une partie de l'humanité ; à comparer avec un risque éventuel, local, de l'énergie nucléaire.

Si la planète brûle, à quoi aura servi de sortir du nucléaire ?

 

 

Énergies renouvelables et énergie nucléaire sont dans un bateau.
Énergie nucléaire tombe à l'eau.
Il reste les énergies renouvelables,
... qui n'ont pas les bras assez costauds pour ramener le bateau à la rive.

 

 




Que la planète bleue soit verte, c'est urgent !

Oui, mais les recettes vertes ne suffiront pas.
► Le réchauffement climatique, c'est déjà commencé, c'est urgent.
   Mais les énergies renouvelables ne suffiront pas.
► Le défi alimentaire pour nourrir les sept milliards de Terriens que nous sommes déjà, les neuf milliards que nous serons bientôt, c'est urgent.
   Mais l'agriculture biologique ne suffira pas.


Par Pierre Yves Morvan-Ameslon
Écolo sensible, mais pas écolo-rêveur.
facebook


Les pages de ce site s'inspirent du livre :
Écologie - Réchauffement climatique - c'est urgent !

Également en version numérique Kindle ou EPUB (Kobo)

écologie, réchauffement climatique, ogm, biologique

Le livre "Changement climatique - Transition énergétique  : C'est urgent !" est le sous-ensemble du livre complet qui traite du problème du réchauffement climatique.


Du même auteur :

Dieu est-il un gaucher qui joue aux dés ?
Histoire drôle, mais vraie, de la découverte de l’univers, et des environs

Éditions l’Harmattan.
ISBN : 2-7475-2507-4 • 2002 • 512 pages
Découverte de l'univers... et des environs


contact



 

Feuilleter quelques pages écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm.

 

Petits billets de mise en bouche

Petits billets de mise en bouche

Surpopulation - croissance / décroissance...

Surpopulation - Nourrir l'humanité - Malthus
La surpopulation dépend aussi des techniques disponibles, et de leur acceptation.

La croissance durable… une grenouille plus grosse que la planète
Tout est dans le titre

Réchauffement climatique, énergies renouvelables, économies d'énergie...

Émissions de CO2 et réchauffement climatique : bilan et perspectives
Bilan : les émissions de CO2 augmentent.
Perspectives : les émissions de CO2 augmentent.

L'irrésistible croissance des émissions de CO2
"Quand il est urgent, c'est déjà trop tard" (Talleyrand)

Les économies n'existent pas.
"Économiser" signifie "différer une dépense".
Mais la dépense se fera, tôt ou tard.

Les petits gestes pour sauver la planète ... Ont de petits effets !

La voiture électrique marche aussi au charbon !
… Sauf en France où l'électricité est principalement nucléaire.
Mais 68% de l'électricité mondiale proviennent d'énergies fossiles.

Énergie, transition énergétique, énergies renouvelables, sortir du nucléaire, charbon...

Peut-on sortir du nucléaire, et en même temps, sortir du réchauffement climatique ?
La transition énergétique ratée de l'Allemagne démontre que non.

La transition énergétique ; moins de nucléaire contre plus de CO2 ?
L'Allemagne utilise moins d'énergies renouvelables et émet plus de CO2 que la France.

La transition énergétique ratée de l'Allemagne
"Aurait dû mieux faire".

Les nouvelles énergies renouvelables ont-elles la capacité de produire 100 % de l'électricité en France ?
Avec quelles contraintes pour les consommateurs ?
Pour quel bénéfice en réchauffement climatique ?

Les énergies renouvelables progressent... moins vite que la consommation d’énergies fossiles !
Les énergies renouvelables progressent.
Mais les énormes pays émergents ont d'énormes besoins d'énergie.
Ce sont les énergies fossiles qui croissent le plus en valeurs absolues.

L'énergie de demain
Y a-t-il une vie après le pétrole ?
Oui, il restera encore du charbon.
Et le peu dont sont capables les énergies renouvelables.

Dangers des énergies, charbon, nucléaire
Pollution et dangers des centrales au charbon, par particules fines et CO2, sont plus importants que pollution et dangers de l'énergie nucléaire.

Déchets nucléaires, déchets toxiques, déchet CO2
LE déchet, l'ennemi public No1, c'est le déchet CO2.
Le déchet CO2 se déverse dans l'égout du CO2 ;
l'égout du CO2, c'est l'atmosphère.
Les déchets ne sont pas là où l'on croit.

Urgence alimentaire, agriculture bio, pesticides, OGM...

L'agriculture bio peut-elle nourrir l'humanité ? 
Les famines étaient nombreuses autrefois, quand tout le monde mangeait bio. 

Les pesticides bio... des armes chimiques 100 % bio ! 
Sur des étiquettes de pesticides bio :
  Produit "irritant", "nocif", "toxique"... !
  "Ne pas traiter en présence des abeilles"
  "Ce produit peut porter atteinte à la faune auxiliaire"

Les dangers - ou non - des pesticides.
Les agriculteurs, qui manipulent des pesticides à longueur de jour, ont une plus grande espérance de vie et moins de cancers que la population générale.
Les pesticides permettent de nourrir les sept milliards de Terriens que nous sommes déjà, les neuf milliards que nous serons bientôt.

Peut-on réduire de moitié l'utilisation des pesticides ?
Les vœux pieux et les plans du gouvernement se succèdent... mais le recours aux pesticides continue à croître. Parce qu'il faut bien manger.

Les OGM Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides...
Nous voulons moins de pesticides ?
Alors utilisons plus d'OGM Bt !
Nous voulons protéger les abeilles ?
Alors utilisons des OGM Bt !

Nous mangeons trop de viande
La planète pourrait peut-être nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-no-gaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graine.
Mais elle ne peut pas nourrir neuf milliards d'hommes tels qu’ils sont

Agriculture bio et biocarburants
Peut-on vouloir plus de bio, plus de biocarburants, et "en même temps" plus d'espaces verts, de forêts vierges, et nourrir la planète, toute la planète ?
Au secours, Monsieur Freud !

OGM, des variétés naturelles comme les autres, en mieux
Les nouvelles variétés "naturelles" contiennent naturellement des pesticides naturels.
Les nouvelles variétés dites "naturelles" contiennent des gènes inconnus, aux effets inconnus.
... Mais enfin, les OGM vinrent !

Mutagenèse, transgenèse, OGM cachés, TIS

Lobbying, désinformation, préjugés...

Le contre sens sur le lobbying - L'exemple de Greenpeace, une multinationale du lobbying

OGM - Désinformation
La fausse rumeur du suicides des fermiers indiens

"OGM j'en veux pas", une nouvelle religion ?

Mythes et réalité...

Le bon vieux temps - disettes et famines
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose... 

Pesticides contre famines
Qui veut troquer un seul aujourd'hui contre deux hier ?

Nature, amie ou ennemie ?
Coquetterie et pesticides, même combat.
Pesticides, contraception, OGM riz doré... les hommes font mieux que la nature.

L’argent ne fait pas toujours le bonheur... Mais nous ne sommes pas près de muter en homo-ecologicus-no-gaspillus. 


D'autres textes sur ce blog
 



Présentation rapide

Nous avons un rêve... que la planète bleue soit verte.

Mais la combinaison du nombre des Terriens et de leur prospérité constitue un mélange explosif, et la mèche est allumée ; nous serons bientôt neuf milliards.

Quelques bons sauvages cueillant une poignée de baies dans la forêt, c'est fini. Une poignée de baies, ça va, sept milliards de poignées de baies, bonjour les dégâts ! Le monde change, il ne peut plus être du même Vert d'avant, avec seulement les rayons du soleil pour nous réchauffer, les petits oiseaux pour nous enchanter, des baies bio pour nous régaler. La petite maison dans la prairie c'est le passé à jamais, il faut s'adapter.

S'adapter, c'est ne pas gaspiller les baies, économiser l'énergie, mais cela ne suffit pas ! Il faut aussi inventer de nouvelles techniques pour produire plus de baies, plus d'énergie, pour répondre aux énormes besoins des énormes foules des énormes pays pauvres et émergents.

C'est urgent.

L'agriculture biologique peut-elle produire assez de baies pour nourrir l'humanité, toute l'humanité ?

Les disettes et famines étaient courantes autrefois, quand tout le monde mangeait bio.

L'agriculture biologique, de faible rendement, gaspille la ressource la plus précieuse, la terre. Peut-être faudrait-il taxer cette "externalité négative" ?

Les pesticides ? Les agriculteurs, particulièrement exposés aux pesticides, ont moins de cancers et vivent plus longtemps que la population générale.

Les OGM sont plébiscités par les agriculteurs d'Asie, d'Afrique, des Amériques...

Moins d'insecticides, meilleurs rendements... Un espoir pour les générations futures.

Les énergies renouvelables peuvent-elles être le plan B pour prendre la relève du pétrole et du charbon avant que la planète brûle ?

Les nouvelles énergies renouvelables croissent moins vite que la consommation d'énergies fossiles. Elles ne peuvent pas être le plan B à elles seules.

Quelle est la principale menace ? Est-ce le risque d'un accident nucléaire éventuel, local, ou le réchauffement climatique déjà enclenché, global, catastrophique ?

Ouragans, sécheresses, inondations, etc., c'est déjà commencé, ce n'est que le début.

Il est urgent de cesser de pleurer un mythique "bon" vieux temps qui ne fut jamais bon – et d'affronter les redoutables défis de maintenant ; défi alimentaire, défi énergétique et climatique.




 

liens externes pour ce sujet 

Manicore, Jean-Marc Jancovici

 

 

écologie, mythes et réalité, transition énergétique, sortir du nucléaire

comments powered by Disqus

"Vous n'êtes pas inscrit ? Alors clic sur la roue des outils, à droite de la zone des commentaires, et login.

écologie, mythes et réalité, sortir du nucléaire, charbon, énergies renouvelables

 

Mise à jour : 01 février 2018

écologie, mythes et réalité, sortir du nucléaire, Allemagne, éoliennes, énergies renouvelables, transition énergétique

Table des matières du livre

 

Voir la page d'index