Pour une écologie réaliste

Pour vraiment nourrir toute l'humanité à venir
Pour vraiment sortir du réchauffement climatique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Pesticides contre famines, avons-nous perdu au change ?

 

 

Qui veut troquer un seul aujourd’hui contre deux hier ?

Aux premiers temps les hommes subissaient les caprices de la nature – ouragans, sécheresses, disettes et famines.

« La France, pays privilégié s'il en fut, aura connu dix famines générales au Xe siècle, vingt-six au XIe, deux au XIIe, quatre au XIVe, sept au XVe, treize au XVIe, onze au XVIIe. » (Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme)

Ils tentaient de s’en défendre en priant les saints – saint Roch et saint Sébastien étaient particulièrement efficaces contre la peste, dit-on – ou par des danses de la pluie ou autres processions et rogations, ou encore en brûlant quelques juifs pour vraiment mettre toutes les chances de son côté… Efficacité non garantie ; pour se protéger du tonnerre de Zeus il vaut mieux installer un paratonnerre.

Lorsque la technique leur a enfin donné quelque pouvoir, les hommes, machos, ont tenté d’imposer leur loi à la nature, faisant travailler la terre et passant tous les soirs pour prélever les gains et les grains.

Maintenant la terre produit presque suffisamment. Les hommes, au moins dans les pays développés, devraient être satisfaits. Mais non ! Ils ont déjà oublié les famines et les épidémies d'hier et pleurent que c'était mieux avant, que le bon vieux temps est perdu...

Par exemple, les fins gourmets froncent le nez et font leur délicat devant les tomates d'aujourd'hui ; "Des tomates ça ! ? - non, c'est de la malbouffe". Ils rêvent de variétés anciennes, cultivées comme au bon vieux temps.

Ce qu'ils oublient, c’est que si nous pouvons manger des tomates aujourd’hui en Europe, des bonnes et des moins bonnes (il y en a de vraiment moins bonnes), c’est parce que nos ancêtres ne craignaient pas la nouveauté, ils allaient de l'avant et osaient ces changements qui nous terrifient et nous paralysent aujourd'hui. Ils ont domestiqué les plantes et les animaux, créé des variétés nouvelles, défriché les terres vierges. Ils ont même bravé l'océan à la recherche de nouveautés, et bingo !, ils ont découvert un Nouveau Monde tout entier. Ils en ont rapporté, vous savez quoi ? Des tomates ! Autrefois il n’y avait aucune tomate malbouffe en Europe : il n'y avait pas de tomates anciennes non plus ; il n’y avait pas de tomate du tout ! Ni tant d'autres plantes :

« [Ces plantes…] Vous les croyez méditerranéennes. Or, à l’exception de l’olivier, de la vigne et du blé, des autochtones très tôt en place – elles sont presque toutes nées loin de la mer. Si Hérodote, le père de l'histoire qui a vécu au Ve siècle avant notre ère, revenait mêlé aux touristes d'aujourd’hui, il irait de surprise en surprise. Je l’imagine, écrit Lucien Febvre, « refaisant aujourd’hui son périple de la Méditerranée orientale. Que d’étonnements ! Ces fruits d’or, dans ces arbustes vert sombre, orangers, citronniers, mandariniers, mais il n’a pas le souvenir d’en avoir vu de son vivant. Parbleu ! Ce sont des Extrême-Orientaux, véhiculés par les Arabes. Ces plantes bizarres aux silhouettes insolites, piquants, hampes fleuries, noms étrangers, cactus, agaves, aloès, figuier de Barbarie – mais il n’en vit jamais de son vivant. Parbleu ! Ce sont des Américains. Ces grands arbres au feuillage pâle qui, cependant, portent un nom grec, eucalyptus : oncques n’en a contemplé de pareils. Parbleu ! Ce sont des Australiens. Et les cyprès, jamais non plus, ce sont des Persans. Tout ceci pour le décor. Mais, quant au moindre repas, que de surprises encore – qu’il s’agisse de la tomate, cette péruvienne ; de l’aubergine, cette indienne ; du piment, ce guyannais ; du maïs, ce mexicain ; du riz, ce bienfait des Arabes, pour ne pas parler du haricot, de la pomme de terre, du pêcher, montagnard chinois devenu iranien, ni du tabac. » Pourtant tout cela est devenu le paysage même de la Méditerranée : « Une Riviera sans orangers, une Toscane sans Cyprès, des éventaires sans piment… quoi de plus inconcevable, aujourd’hui, pour nous ? ». (Lucien Febvre, annales, XII, 29) [Cité par Fernand Braudel dans La Méditerranée – L’espace et l’histoire – Champs – Flammarion]

Nos ancêtres ont accepté le changement, et nos jardins sont plus beaux, nos tables mieux garnies. La tomate est une immigrée, et les Napolitains applaudissent ; que serait une pizza sans tomate ?

Aujourd'hui nous pouvons nourrir sept milliards de Terriens ; c'est peut-être une juste rétribution céleste des processions… mais certainement aussi le fruit de la hardiesse des hommes et des nouvelles techniques agricoles qu'ils ont inventées.

Pourtant, en dépit de cette réussite, au lieu de couvrir d’éloges les hommes si inventifs et si actifs, on les accuse ! On les accuse d’utiliser des moyens artificiels, des insecticides, des engrais, des OGM… On les accuse de ne pas se satisfaire de la vie naturelle des temps anciens ; on voudrait qu'ils reviennent en arrière, qu’ils installent leur campement comme autrefois, au bord du ruisseau dans le petit vallon, et mènent une vie simple et tranquille au rythme du ciel et des saisons, des nuages et du vent.
Hélas, c’est impossible, il n’y a plus assez de petits vallons.

Car on a dit aux premiers hommes « croissez et multipliez ». Et ils l’ont fait, les bougres ! Nous sommes aujourd’hui sept milliards, sept milliards de ventres à nourrir. Pour assurer les besoins vitaux de sept milliards d'existants, les nourrir, les habiller, les loger, pour tout cela il a fallu inventer la sarclette et la binette, puis pesticides, engrais, tracteurs, etc.. Il faut donc des mines, des usines, des centrales électriques, et donc des universités, des livres, des imprimeries, des laboratoires de recherche, et donc des villes, des routes, des avions, des cargos, des pétroliers... Il faut être réaliste et prendre conscience que les choses ne peuvent plus être comme avant, comme au temps où il n'y avait sur terre que quelques rares tribus cueillant une poignée de baies dans la forêt. Une poignée de baies ça va, sept milliards de poignées de baies, bonjour les dégâts. La nature seule est maintenant insuffisante. Le vieux conseil des Écritures de ne rien faire, comme les oiseaux du ciel qui ne sèment ni récoltent, ne fonctionne plus [1]. N'espérons pas que l'avenir redeviendra le passé idéalisé tel que nous l'imaginons, avec seulement les rayons du soleil pour nous réchauffer, les petits oiseaux pour nous enchanter, des baies bio pour nous régaler ; nous ne pouvons plus revenir en arrière, avec une population de sept milliards de Terriens nous avons brûlé nos vaisseaux. La seule voie possible est d'aller de l'avant, de développer de nouvelles techniques, en accepter les servitudes, mais aussi les immenses bénéfices.

Avons-nous perdu au change ?

Les nouvelles techniques inquiètent, ce qui se comprend bien, toute nouveauté peut présenter des risques nouveaux qui n'existaient pas auparavant – on n'a relevé aucun décès par accident d'avion ou par électrocution au Moyen Âge. Mais on relève aujourd'hui infiniment moins de décès par famine, pestes et autres calamités massives maintenant oubliées.
Les changements bousculent les vieilles habitudes et coutumes, on a toujours le sentiment que c'était mieux avant... Mais « La vie, c'est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre », disait Albert Einstein – un grand spécialiste du mouvement. Nous avons échangé un mode de vie contre un autre, des avantages contre d’autres, d'anciens risques, dévastateurs, contre des risques nouveaux, mais mineurs. Avons-nous perdu au change ?

Nous avons troqué les famines du passé contre d'infimes résidus inoffensifs de pesticides.

La charrue bucolique et les bœufs contre des tracteurs ; le travail des enfants aux champs ou à la mine contre l’école.

Les épidémies contre des vaccins ; les amputations à la scie sans anesthésie contre l'hôpital d'aujourd'hui.

L'eau polluée de la rivière contre l'eau potable du robinet.

L’air pollué par les lampes à huile et les fumées du feu de bois contre le chauffage central et l’électricité.

Le vin gelait dans les salons dorés du château de Versailles.

 

 

Avons-nous perdu au change ?

 

Le bon vieux temps, c'est maintenant ;
vivement aujourd'hui !

 



[1] « Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment point, ils ne moissonnent point, et ils n’amassent rien dans des greniers : mais votre Père céleste les nourrit [...]
Ne vous inquiétez donc point en disant : Que mangerons-nous, ou, que boirons-nous, ou de quoi nous vêtirons-nous ? Ce sont les païens qui recherchent toutes ces choses ; et votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez donc premièrement le Royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. » (Mt VI 25-33).

La Fontaine a illustré que, pour la cigale au moins, la recette ne fonctionne pas lorsque la bise est venue…

 

 

bon vieux temps, disette et maladies

 

 
 
facebook

facebook


contact


Retour à la page d'accueil  écologie, réchauffement climatique, urgence alimentaire, urgence énergétique

pour feuilleter écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm. quelques autres extraits

- Sur le "bon vieux temps" – qui était le temps des disettes et des famines, et des épidémies.

- Sur le risque alimentaire, l'agriculture bio, la déforestation, les OGM.

- Sur la transition énergétique et le réchauffement climatique, les énergies renouvelables, le nucléaire...

- Sur le lobbying, qui peut être économique, mais aussi idéologique.

- Sur la surpopulation, la croissance durable, les économies d'énergie...

 

écologie, mythes et réalité, bon vieux temps, famines, maladies, pollution, hygiène, espérance de vie

comments powered by Disqus

écologie, mythes et réalité, bon vieux temps, famine, maladies

 

Mise à jour : 11 novembre 2018

écologie, mythes et réalité, bon vieux temps, famines, maladies

Table des matières du livre

 

Voir la page d'index