Retour à la page d'accueil : écologie, mythes et réalité, pénurie alimentaire, pénurie énergétique   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écologie et environnement

Mythes et réalité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

OGM riz doré et pesticides font mieux que la nature

 

Nature, amie ou ennemie ? Nature, docteur Jekill et mister Hyde ?

La nature est amie quand elle est corne d'abondance et sacre du printemps. Mais elle est aussi tempêtes, ouragans, récoltes ravagées, famines et maladies, et le général hiver. La nature est docteur Jekyll et mister Hyde.

Il serait naturel de respecter la nature-Jekyll, et tout aussi naturel de se défendre des caprices de la nature-Hyde par notre science et nos techniques. Pourtant, il existe des chapelles qui ne voient dans la nature que le bon docteur Jekill et lui vouent une sorte de culte païen. Pour ces chapelles, tout ce que fait la nature-Jekill est bien, c'est "naturel", il n'est pas question de se défendre de quoi que ce soit de la nature par les moyens artificiels des techniques des hommes. Les ravageurs détruisent les cultures ? Et alors ? C'est la nature, c'est bien, il n'est pas question que les hommes se défendent en utilisant des pesticides ! Les techniques, œuvres des hommes, sont contre-nature, elles doivent être rejetées.

Ces chapelles mettent en avant quelques doutes scientifiques, laissant croire que leur opposition aux techniques des hommes – les pesticides de synthèse, les OGM, le nucléaire, etc. – serait rationnelle et objective. En réalité, ces sujets soulèvent surtout des passions qui peuvent faire penser aux élancements d'une foi extrême ; et on constate un phénomène curieux : ces diverses techniques n’ont rien de commun entre elles, et pourtant ceux qui rejettent l’une rejettent aussi les autres ; ceux qui rejettent les pesticides de synthèse rejettent aussi les OGM, le nucléaire, qui n'ont rien à voir avec les pesticides. Aussi différentes les unes des autres que soient ces techniques, elles sont amalgamées dans la même opposition farouche. Il y a donc quelque part quelque chose qui les réunit… En effet, elles ont un point commun : elles sont toutes inventions des hommes, imaginées pour se défendre des imperfections et insuffisances de la nature.

Voilà la racine de l'opposition passionnée à ces techniques : les utiliser, c'est admettre, avouer, que la nature n'est pas parfaite, reconnaître qu'elle comporte une part de Mister Hyde – certains s'y refusent ; pire encore, c'est aussi admettre, avouer, que les inventions des hommes permettent de corriger les imperfections de la nature – certains s'y refusent.

« Louer [les techniques des hommes] et d'autres similaires, c'est admettre qu'il faut soumettre les voies de la nature et non pas leur obéir ; c'est reconnaître que les puissances de la nature sont souvent en position d'ennemi face à l'homme, qui doit user de force et d'ingéniosité afin de lui arracher pour son propre usage le peu dont il est capable, et c'est avouer que l'homme mérite d'être applaudi quand ce peu qu'il obtient dépasse ce qu'on pouvait espérer de sa faiblesse physique comparée à ces forces gigantesques. Tout éloge de la civilisation, de l'art ou de l'invention revient à critiquer la nature, à admettre qu'elle comporte des imperfections, et que la tâche et le mérite de l'homme sont de chercher en permanence à les corriger ou les atténuer. » (Sur La Nature, John Stuart Mill (1806-1876))

Clément d’Alexandrie, Père de l'Église, vers l'an 200, refusait déjà toute intervention dans le cours naturel des choses, considéré comme le cours voulu par le créateur de la nature ; il fulminait :

« la coquetterie est une insulte au créateur puisqu’elle vise à améliorer ce que Dieu a fait » [1-1].

Dans la même veine, aujourd'hui on entend tonner contre

"Les pesticides chimiques qui sont une insulte à la nature puisqu’ils visent à améliorer ce que la nature fait".

Catastrophes naturelles ou contraception ?

Le problème de la surpopulation illustre de façon cruelle cette controverse "nature" contre "œuvres des hommes". Vers l'an 200, Tertullien de Carthage, autre Père de l'Église, déplorait – déjà ! – la surpopulation : « Nous sommes un fardeau pour le monde [...] la nature va nous manquer. » Toutefois, Tertullien notait que la nature, prévoyante, avait créé des "remèdes", 100 % naturels, pour contenir la population :

« Il est bien vrai que les pestes, les famines, les guerres, les gouffres qui ensevelissent les cités, doivent être regardés comme un remède, espèce de tonte pour les accroissements du genre humain. »

Voilà comment une conviction personnelle transforme les désastres de la nature-Hyde en "remède" !

La version moderne de ces "remèdes pour contenir les accroissements du genre humain", c’est la contraception d’aujourd’hui, efficace et sans drame. Mais, patatrac !, la contraception est technique des hommes, née de la chimie, elle ne serait pas naturelle, pas aussi "naturelle" qu’une épidémie, un tremblement de terre, une famine... et donc ces chapelles refusent cette contraception non naturelle.

Qui veut sauver des millions d'enfants... ou pas ? – Le riz doré

On retrouve le même genre de controverse en bien d'autres domaines, par exemple à propos du riz doré. Des populations souffrent de carence en vitamine A, essentiellement les familles pauvres d'Asie, d'Afrique, d'Amérique latine, où l'on consomme surtout du riz. Selon l'OMS, 250 millions d'enfants de moins de cinq ans sont touchés. En éliminant cette carence, on éviterait la mort de un à deux millions d'enfants par an. Le "riz doré", plus riche en vitamine A, permettrait de réduire et peut-être éliminer cette carence. Mais, patatrac !, le riz doré est lui aussi œuvre des hommes, il ne serait pas naturel, pas aussi naturel qu'un enfant qui meurt par manque de vitamine A... et donc quelques chapelles, Greenpeace par exemple, refusent le riz doré [2].

Selon ces chapelles, les OGM, œuvres des hommes, non naturels, doivent être exterminés.

En août 2013, des faucheurs volontaires ont exterminé un essai de riz doré aux Philippines.

La nature ? Mais qu'est-ce que c'est ?

Ces quelques exemples montrent que dans la contestation des nouvelles techniques il ne s'agit pas de technique, encore moins du souci d'améliorer les conditions de vie des hommes, des femmes, des enfants. Il s'agit de défendre une certaine idée de la nature et de la place des hommes et de leurs techniques face à la nature. Peut-on oser les techniques des hommes pour combattre famines et maladies, oser la contraception, les pesticides, le riz doré OGM, etc. ? Pour répondre à ces questions à partir d'une idée de nature, il faut évidemment avoir une idée claire de ce qui est naturel et de ce qui ne l'est pas. Qu'est-ce qui est naturel ? Nous croyons le savoir d'évidence... mais chaque chapelle en a une idée différente. Nous croyons le savoir d'évidence... mais dès que l'on y réfléchit nous n'en savons plus rien.

L'agriculture et l'élevage, est-ce "naturel" ? Quel besoin avaient-ils, les premiers agriculteurs, d'inventer les artifices de l'agriculture et de l'élevage, alors qu'ils vivaient déjà parfaitement "naturellement" de chasse et de cueillette ?

Un marais puant envahi de moustiques et de malaria serait naturel ; serait-il contre-nature de draguer un marais et exterminer les moustiques ?

La médecine, avec son arsenal chimique, ses radiothérapies, est-elle "naturelle" ? Quelques chapelles considèrent que non, ne faisant confiance qu'à diverses médecines dites "naturelles".

Est-il naturel de manger de la viande ? Quelques chapelles considèrent que non.

La vaccination est-elle naturelle ? Quelques chapelles considèrent que non et la refusent.

La contraception est-elle naturelle ? Quelques chapelles considèrent que non et la refusent, et même la combattent.

Les OGM sont-ils naturels ? Quelques chapelles considèrent que non, les refusent, et même les combattent.

La musique est-elle naturelle ? Quelques chapelles considèrent que non, la refusent, et même la combattent.

Une hanche artificielle est-elle naturelle ?

La Joconde est-elle naturelle ?

La nature, amie ou ennemie ?
Les hommes, destructeurs ou bâtisseurs ?
La science, espoir ou désespoir ?

 



[1-1] Les Créatures étant ce qu'elles sont n'ont rien abandonné de leur coquetterie ! Sephora, L'Oreal, etc., ont peu à craindre de la contre-publicité de Clément.
[2] En 2016, plus de 100 prix Nobel ont signé une lettre "À l’attention des dirigeants de Greenpeace, des Nations Unies et des Gouvernements à travers le monde". Extraits :
« NOUS APPELONS GREENPEACE à cesser sa campagne contre le riz doré en particulier et contre les cultures et les aliments améliorés grâce aux biotechnologies en général. […]
Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l’humanité ? »

 

 

bon vieux temps, disette et maladies

 

 

L'écologie, oui ;
le dogmatisme écologique, non.


Par Pierre Yves Morvan-Ameslon
Écolo sensible, mais pas écolo-rêveur.


Les pages de ce site s'inspirent du livre :
Écologie et environnement - Mythes et réalité

 

écologie, environnement, mythes et réalité

Le livre est disponible en version numérique :

- Format Kindle : Écologie et environnement - Mythes et réalité

- Format E-pub : ici

Les fichiers numériques peuvent être lus sur PC, iPhone, iPad... via des applications Amazon ou Google télécheargeables gratuitement.
Ils peuvent également être lu sur des liseuses de livres électroniques (ebooks).
Le livre "Transition énergétique et changement climatique" (format Kindle seulement), est un sous-ensemble du livre complet, "Écologie, environnement... Mythes et réalité".


Du même auteur :

Dieu est-il un gaucher qui joue aux dés ?
Histoire drôle, mais vraie, de la découverte de l’univers, et des environs

Éditions l’Harmattan.
ISBN : 2-7475-2507-4 • 2002 • 512 pages
Découverte de l'univers... et des environs


contact



 

Feuilleter quelques pages écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm.

 

Petits billets de mise en bouche

Petits billets de mise en bouche

Surpopulation - croissance / décroissance...

La surpopulation mondiale est-elle évitable ?

La croissance durable… une grenouille plus grosse que la planète

Réchauffement climatique, énergies renouvelables, économies d'énergie...

Émissions de CO2 et réchauffement climatique : bilan et perspectives
Bilan : les émissions de CO2 augmentent.
Perspectives : les émissions de CO2 augmentent.

L'irrésistible croissance des émissions de CO2
"Quand il est urgent, c'est déjà trop tard" (Talleyrand)

Les économies n'existent pas.
"Économiser" signifie "différer une dépense".
Mais la dépense se fera, tôt ou tard.

Les petits gestes pour sauver la planète ... Ont de petits effets !

La voiture électrique marche aussi au charbon !
… Sauf en France où l'électricité est principalement nucléaire.
Mais 68% de l'électricité mondiale proviennent d'énergies fossiles.

Énergie, transition énergétique, énergies renouvelables, sortir du nucléaire, charbon...

Produire une électricité française 100 % renouvelable ; Est-ce possible ? Pour quel bénéfice en réduction des émissions de CO2 ?

Les énergies renouvelables progressent... moins vite que la consommation d’énergies fossiles !
Les énergies renouvelables progressent.
Mais les énormes pays émergents ont d'énormes besoins d'énergie.
Ce sont les énergies fossiles qui croissent le plus en valeurs absolues.

L'énergie de demain
Y a-t-il une vie après le pétrole ?
Oui, il restera encore du charbon.
Et le peu dont sont capables les énergies renouvelables.

La transition énergétique ; moins de nucléaire contre plus de CO2 ?
L'Allemagne utilise moins d'énergies renouvelables et émet plus de CO2 que la France.

Dangers des énergies, charbon, nucléaire
Pollution et dangers des centrales au charbon, par particules fines et CO2, sont plus importants que pollution et dangers de l'énergie nucléaire.

Déchets nucléaires, déchets toxiques, déchet CO2
Le vrai déchet, LE déchet, c'est le déchet CO2.
Le déchet CO2 se déverse dans l'atmosphère-égout.

Urgence alimentaire, agriculture bio, pesticides, OGM...

Nous mangeons trop de viande - La planète pourrait peut-être nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-no-gaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graine.
Mais elle ne peut pas nourrir neuf milliards d'hommes tels qu’ils sont

Pesticides, quels dangers ? Inutiles et dangereux, ou nécessaires ?
Les agriculteurs, qui manipulent des pesticides à longueur de jour, ont une plus grande espérance de vie et moins de cancer que la population générale.

L'agriculture bio peut-elle nourrir l'humanité ? Les famines étaient nombreuses autrefois, quand tout le monde mangeait bio. 

Les pesticides bio... des armes chimiques 100 % bio ! 
Sur des étiquettes de pesticides bio :
"Produit irritant, nocif, toxique..." !

Peut-on réduire de moitié l'utilisation des pesticides ?

Agriculture bio et biocarburants - Peut-on avoir plus de bio, plus de biocarburants, plus d'espaces verts, de forêts vierges, et nourrir toute la planète ? La terre devient rare.

OGM, avantages et inconvénients, pesticides naturels - Les variétés naturelles, même bio, contiennent des pesticides naturels et des gènes inconnus. Mais enfin, les OGM vinrent !

OGM - Les OGM Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides...
Nous voulons moins de pesticides ?
Alors utilisons plus d'OGM Bt !

Mutagenèse, transgenèse, OGM cachés, TIS

Lobbying, désinformation, préjugés...

Greenpeace - Une multinationale du lobbying 

OGM - Désinformation
La fausse rumeur du suicides des fermiers indiens

"OGM j'en veux pas", une nouvelle religion ?

Mythes et réalité...

Le bon vieux temps - mythes et réalité
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose... 

Pesticides contre famines - Qui veut troquer un seul aujourd'hui contre deux hier ?

Nature, amie ou ennemie ?

L’argent ne fait pas toujours le bonheur... Mais nous ne sommes pas près de muter en homo-ecologicus-no-gaspillus. 


D'autres textes sur ce blog
 



Présentation rapide

Nous sommes maintenant conscients, presque tous, de l'urgence écologique, convaincus qu'il faut lutter contre le réchauffement climatique, l'ennemi public No1. Mais nous n'avons pas encore tous pris conscience qu'il est nécessaire de lutter par tous les moyens.

La combinaison du nombre des Terriens et de leur prospérité constitue un mélange explosif, et la mèche est allumée. Quelques bons sauvages cueillant une poignée de baies dans la forêt, c'est fini. Une poignée de baies, ça va, sept milliards de poignées de baies, bonjour les dégâts ! Le monde change, il ne peut plus être du même Vert d'avant, avec seulement les rayons du soleil pour nous réchauffer, les petits oiseaux pour nous enchanter, des baies bio pour nous régaler. La petite maison dans la prairie c'est le passé à jamais, il faut s'adapter.

S'adapter, c'est ne pas gaspiller les baies, économiser l'énergie, mais cela ne suffit pas ! Il faut aussi produire plus de baies et plus d'énergie, pour répondre aux énormes besoins des énormes foules des énormes pays pauvres et émergents... Un énorme défi ! qui nécessite précaution, respect de l'environnement, mais aussi réalisme, sans frilosité passéiste, sans dogmatisme ; nous ne pouvons nous permettre le luxe de rejeter dogmatiquement pesticides et engrais de synthèse, OGM, énergie nucléaire, etc. Le danger n'est pas dans les techniques nouvelles, il est au contraire dans le climat anti-science et les peurs irrationnelles des nouveautés – qui justement permettent de s'adapter à un monde de plus en plus nouveau ; le danger est de se recroqueviller et se réfugier dans la recherche d'un mythique bon vieux temps. "C'était mieux avant". Le mythique bon vieux temps était celui des disettes des famines et des épidémies ; le vrai bon vieux temps, c'est aujourd'hui.

L'écologie, oui ;
le dogmatisme écologique, non.



 

écologie, mythes et réalité, pesticides, ogm, nucléaire

comments powered by Disqus

"Vous n'êtes pas inscrit ? Alors clic sur la roue des outils, à droite de la zone des commentaires, et login.

écologie, pesticides, ogm, nucléaire

 

Mise à jour : 17 juin 2017

Visites depuis le 12 janvier 2014

nature, pesticides, ogm, nucléaire

Table des matières du livre

 

Voir la page d'index