Une écologie réaliste

Sans dogmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Le mythe du naturel...
Nous pouvons nous défendre des erreurs de la nature, nous l'avons déjà fait.

 

 

La nature invente le virus ;
l'homme invente le vaccin.

La nature invente les pestes des cultures ;
l'homme invente les pesticides.

...

 

Le mythe du naturel

Nous rêvons d'une nature incontaminée... sous-entendu incontaminée par les hommes.

Nous rêvons d'une agriculture "naturelle"...

Champ de blé

Mais qu'est-ce qu'une agriculture naturelle ? L'agriculture elle-même... est-elle naturelle ? Un champ cultivé, même bio, est-il naturel ? Laissons une terre à l'abandon, aux soins de la nature, que viendra-t-il ? Un champ de blé ? Non, il viendra des broussailles, des épines et des chardons, c'est cela qui est naturel, et non un champ cultivé.

La nature bien entretenue, ces champs colorés de cultures variées, ces jardins, cette pelouse parfaite, ce petit sentier qui serpente entre les bosquets, ces forêts apprivoisées, avec petits chemins et aires pour pique-nique... nous appelons cela la nature... mais non, cela n'a rien à voir avec la nature ; la "vraie" nature, la nature primitive et sauvage, est enchevêtrement de ronces et de branches pourrissantes, boue et eau croupie, insectes répugnants et bêtes visqueuses.

La nature n’existe plus ! Un champ de blé est artificiel – même bio.

L'agriculture n'est pas naturelle. Adam et Ève ne cultivaient pas, ne s'échinaient pas sur la charrue. Les premiers hommes chassaient, cueillaient, ils ne cultivaient pas ; il ne savaient pas qu'il était "naturel" de défricher, bêcher, arroser. En supposant que le mode de vie des chasseurs-cueilleurs était "naturel", quel serait ce fameux moment où les choses auraient basculé, ce moment où le mode de vie serait devenu artificiel ? Était-ce quand on a inventé le feu ? Quand on a inventé l'agriculture ? Quand on a construit une première hutte, fondé un premier village, une première ville ? Quand on a utilisé des pesticides naturels ? Quand on a utilisé des pesticides de synthèse ? Quand on a sélectionné des graines prometteuses ? Quand on a créé des OGM prometteurs ?

Il n'y a pas de réponse à cette question. Hors de la sauvagerie primitive qui est naturelle par définition, la notion de naturel est culturelle, de contour variable selon les époques et les lieux, arbitraire, sans fondement. On peut même imaginer que plus tard, la vie d'aujourd'hui sera souvenue comme d'un bon vieux temps de communion avec la nature.

L’idée de nature n'est pas naturelle.

La nature crée épidémies et famines – l'homme invente vaccins et pesticides

On rêve de "Vivre selon la nature", "respecter la nature", "vivre en harmonie avec la nature". Mais la nature elle-même, est-elle harmonieuse ? Parfois peut-être, mais elle est aussi famines et épidémies ; faut-il les subir tête basse, "respecter la nature" en ne faisant rien ? Mais non, au contraire, redressons la tête, révoltons-nous ! Nous pouvons nous défendre des vices et des erreurs de la nature – nous l'avons déjà fait ; nous pouvons même faire mieux que la nature – nous l'avons déjà fait.

La nature fait le virus ;
l'homme fait le vaccin.

La nature n'a pas dit son dernier mot, elle peut encore sévir, inventer de nouvelles épidémies. Ce n'est pas le retour au "bon" vieux temps qui nous en protègera, mais au contraire les armes nouvelles des hommes, les vaccins, la médecine "chimique", le génie génétique...

 

 

L'idée de nature évolue. Pour Tertullien de Carthage, Père de l'Église (v. 155 – 235) :

« Ce qui est de nature est l’œuvre de Dieu, ce qui est factice est donc l’affaire du diable. »

Et Clément d’Alexandrie, autre Père de l'Église, fulminait :

« la coquetterie est une insulte au créateur puisqu’elle vise à améliorer ce que Dieu a fait [1-1].  »

Aujourd'hui le mythe de la Nature, Gaïa, Pachamama, Terre-Mère, Terre Sacrée, etc., tend à remplacer les anciens récits de Créateur et Création. La fulmination de Clément reste aussi véhémente, mais sous une nouvelle forme :

"Les pesticides sont une insulte à la Nature puisqu’ils visent à améliorer ce que Nature a fait".

Les pesticides en effet n'ont été créés ni par Dieu ni par Nature, ils sont donc "l'affaire du diable", ou plutôt de ces diables d'hommes.

pestes et ravageurs, chenilles

Il y avait disettes et famines... elles ont disparu parce que, justement, les hommes ont osé "insulter la nature", en utilisant engrais, variétés améliorées, pesticides contre les ravageurs qui nous enlèvent le pain de la bouche.

La nature crée les pestes des cultures ;
l'homme invente les pesticides.

(En ce qui concerne les risques et bénéfices des pesticides, voir : Les dangers et risques des pesticides, bio ou non)

Quelques chapelles contestent l'audace des diables d'hommes qui osent inventer les pesticides. Ce ne serait pas "naturel"... pas aussi naturel qu’une famine.

Trouvez l'erreur.

 

La maîtrise de la population... les hommes le font

Tertullien de Carthage, vers l'an 200, déplorait – déjà ! – la surpopulation : « Nous sommes un fardeau pour le monde [...] la nature va nous manquer. » Toutefois, Tertullien notait que la nature, prévoyante, avait créé des "remèdes", 100 % naturels, pour contenir l'excès de population :

« Il est bien vrai que les pestes, les famines, les guerres, les gouffres qui ensevelissent les cités, doivent être regardés comme des remèdes, espèce de tonte pour les accroissements du genre humain [1-2]. »

Des remèdes amers.

Mais tout a changé maintenant, parce que ces diables d'hommes ont inventé les vaccins contre les épidémies, les engrais et pesticides contre les famines... si bien qu'il n'y a plus assez de pestes et de famines, et les "remèdes" de Tertullien pour contenir "les accroissements du genre humain" ne marchent plus !

C'est pourquoi la terre est maintenant encombrée d'hommes ; les forêts disparaissent, les hommes sont entassés dans des villes immenses et n'entendent plus les oiseaux chanter. On accuse les hommes d'être les responsables de ce capharnaüm... en oubliant le rôle de la nature. L'un des "buts" fondamentaux de la nature est d'assurer la perpétuation des espèces, et pour cela elle a inventé le désir, puissant, pour qu'un lapinisme forcené compense les ravages des catastrophes naturelles, famines, épidémies, etc. Mais elle a oublié de l'encadrer par une quelconque régulation : le désir reste toujours aussi puissant même lorsqu'il n'est plus nécessaire, lorsque les enfants ne meurent plus, que les épidémies sont maîtrisées, que la nourriture est assurée. Les hommes ont dû déposer des brevets pour compléter le travail de la nature : pour contenir "les accroissements du genre humain" ils ont inventé la contraception.

Quelques chapelles contestent cette contraception. Elle ne serait pas "naturelle", pas aussi naturelle qu’une épidémie, un tremblement de terre, une famine...

Trouvez l'erreur.

Le scandale du riz doré

Des populations pauvres, en Asie, en Afrique, en Amérique latine, se nourrissent principalement de riz, parfois presque exclusivement de riz. Mais la nature a oublié de mettre assez de vitamine A sans le riz ; ce qui entraîne des carences pour ces populations, avec des conséquences catastrophiques :

« On estime qu'à travers le monde, de 500 000 à 1 million d'enfants [sont atteints]. Parmi eux, près de la moitié deviendra aveugle ou aura une vue très médiocre et une grande proportion mourra. » (FAO)

Face à cette catastrophe, des hommes ont créé le "riz doré", plus riche en vitamine A, qui permettrait de réduire et peut-être éliminer cette carence, et sauver des centaines de milliers d'enfants. Mais, patatrac ! le riz doré est lui aussi œuvre des hommes, c'est un OGM, il ne serait pas naturel, pas aussi naturel qu'un enfant qui meurt par manque de vitamine A... et donc des chapelles, Greenpeace par exemple, combattent le riz doré. En août 2013, des activistes ont fauché volontairement un essai de riz doré aux Philippines. Plus de cent prix Nobel en ont été scandalisés [2].

Faucheurs de riz doré, faucheurs de vie.

Tout à sa lutte contre les OGM, Greenpeace a imaginé des solutions pour ne pas utiliser le riz doré : "il suffit" de cultiver un potager avec des haricots, des courges, etc., qui apporteront la vitamine.

Bref des solutions "à la Marie-Antoinette" : "Si vous n'avez pas de riz, mangez des courges".

Malheureusement, les familles pauvres n'ont pas de quoi s'offrir un potager et sont dépendantes de ce qui est le moins cher, le riz. Tout le monde n'a pas les moyens de suivre la fameuse recommandation de "manger cinq portions de fruits et légumes par jour".

Les "conseils" de Greenpeace reviennent à dire :

"Vous n'êtes vraiment pas très futés, vous paysans des pays pauvres, qui n'avez pas eu l'idée de cultiver un potager. Heureusement que Greenpeace met son expertise militante à votre service pour vous conseiller et vous aider."

 



[1-1] En dépit de Clément, les "créatures" étant ce qu'elles sont, n'ont rien abandonné de leurs artifices. Le joli démon de la coquetterie semble être de ceux que l'on ne peut pas exorciser.
[1-2] Dans un esprit différent, le commandant Jacques-Yves Cousteau faisait une remarque similaire : « Entre l’an 1 et l’an 1400, la population n’a pratiquement pas changé. A travers les épidémies, la nature compensait les abus de la natalité par des abus de mortalité. » (Courrier de l'Unesco de novembre 1991)
[2] En 2016, plus de 100 prix Nobel ont signé une lettre "À l’attention des dirigeants de Greenpeace, des Nations Unies et des Gouvernements à travers le monde". Extraits :
« NOUS APPELONS GREENPEACE à cesser sa campagne contre le riz doré en particulier et contre les cultures et les aliments améliorés grâce aux biotechnologies en général. […]
Greenpeace a été le fer de lance de l’opposition contre le riz doré, qui a le potentiel de réduire ou d’éliminer la plupart des décès et maladies causés par une carence en vitamine A (CVA), dont l’impact est le plus fort sur les populations les plus pauvres en Afrique et en Asie du Sud-Est.
Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l’humanité ? »

 

 

 

 
 
facebook

accueil pour écologie réaliste, urgence alimentaire, urgence énergétique   facebook


Les pages de ce site s'inspirent du livre :
Une écologie réaliste

Par Pierre Yves Morvan-Ameslon

Versions numériques :
Amazon Kindle
Epub

écologie, réchauffement climatique, ogm, biologique


contact



 

Feuilleter quelques autres pages écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm.

 

Le facteur humain

Surpopulation et surconsommation épuisent les ressources
Il y a toujours eu surpopulation.
La population mondiale augmente encore, mais devrait plafonner.
Parce que les hommes ont inventé des mécanismes pour enrayer le lapinisme.

La croissance durable… une grenouille plus grosse que la planète
Une croissance, même durable, c'est laisser à nos enfants une planète sans ressources, mines et puits vides, forêts rasées.
Il faut de la sobriété.
L'éducation, la prise de conscience, sont des illusions.

Il faudrait consommer moins, mais la sobriété n'est pas naturelle.
Il faudrait consommer moins, être sobres.
Mais la sobriété n'est pas naturelle.
L'évolution a fait de nous des éternels insatisfaits, nous désirons à nouveau autre chose dès qu'un désir est satisfait.
Peut-on avoir une société sobre sans décroissance ni chômage?

Économiser, partager, consommer autrement, ne suffit pas !
Les économies n'existent pas !
Que faire du pouvoir d'achat ainsi économisé ?
Il sera dépensé tôt ou tard.

Les petits gestes pour sauver la planète
... Ont de petits effets !

Réchauffement climatique, énergies renouvelables, économies d'énergie...

Peut-on échapper au réchauffement climatique ?
Les émissions de CO2 croissent.
Les gouvernements peuvent-ils changer les choses, ou nous-mêmes ?
Le CO2 demain viendra surtout des pays émergents.

Énergie, réchauffement climatique et croissance
Peut-on réduire le réchauffement climatique, et demander de la croissance, et répondre aux besoins d'énergie et de développement des pays pauvres et émergents?

La voiture électrique est-elle un bon cheval?
La voiture électrique : le CO2 vient de la centrale électrique.
En France, grâce à son électricité nucléaire bas carbone, une voiture électrique moyenne économise du CO2. Pas en Allemagne.
On a raison de soutenir la voiture électrique en France. À condition d'être cohérent en soutenant aussi la production électrique nucléaire.

Énergie, transition énergétique, énergies renouvelables, sortir du nucléaire, charbon...

La transition énergétique : sortir du réchauffement climatique, ou sortir du nucléaire ?
Quelle est la priorité ?
Peut-on sortir du nucléaire et en même temps sortir du réchauffement climatique ?
L'échec de la transition énergétique en Allemagne : les émissions de CO2 ne baissent pas.

Les énergies renouvelables peuvent-elles remplacer les énergies fossiles à elles seules ?
Les énergies renouvelables croissent...
... mais moins vite que la demande d'énergie !
C'est pourquoi la consommation d'énergies fossiles augmente encore.

Les énergies renouvelables peuvent-elles fournir un mix électrique 100% renouvelable ?
Avec quelles contraintes pour l'environnement ?
Avec quelles contraintes pour les consommateurs ?

Les énergies renouvelables sont coûteuses,
elles doivent être subventionnées.

Le vent et le soleil sont gratuits...
... mais l'électricité de vent et de soleil doit être subventionnée.

L'énergie de demain
Y a-t-il une vie après le pétrole ?
Oui, il restera encore du charbon.
Et le peu dont sont capables les énergies renouvelables.

Dangers des énergies, renouvelables, nucléaire, charbon...
Le nucléaire est dangereux... à peu près autant que les énergies renouvelables, accidents nucléaires inclus.
... et moins dangereux que le feu de bois !

Les déchets nucléaires ? ... Le vrai problème c'est le déchet CO2
Les pires déchets ne sont pas les déchets nucléaires, ce sont les milliards de tonnes de CO2 relâchées dans l'atmosphère, cause du réchauffement climatique.

Urgence alimentaire, agriculture bio, pesticides, OGM...

L'agriculture biologique pourrait-elle nourrir toute l'humanité à venir ? ?
L'agriculture bio, de faible rendement, nécessite beaucoup de terre.
Mais la terre manque.
L'agriculture bio pourrait-elle nourrir toute l'humanité ?
  Oui.
L'agriculture bio peut-elle nourrir toute l'humanité sans conditions et sans déforestation ?
  Non.

Pour nourrir les hommes et sauver la forêt il faut augmenter les rendements agricoles.
La population augmente... il faut produire plus de nourriture.
Mais la terre agricole rétrécit, mangée par l'asphalte et le béton.
Il faut donc créer des variétés plus performantes et augmenter les rendements agricoles...
Sinon il faudra piocher de nouvelles terres dans ce qui reste de forêt tropicale.
C'est déjà commencé.

L'agriculture biologique utilise des pesticides
Le pyrèthre, pesticide bio, est dangereux pour les utilisateurs, pour la faune aquatique, pour la faune terrestre, pour les abeilles...
... Qui dit pire ?

Les pesticides sont dangereux, mais présentent peu de risques.
Ils présentent moins de risque que la sédentarité.
Ils sont nécessaires pour nourrir le monde.
Les agriculteurs, qui sont mille fois plus exposés aux pesticides que les simples consommateurs, ont globalement une espérance de vie supérieure à la moyenne du fait d’une sous-mortalité par cancer en général…

Les OGM Bt réduisent l'utilisation des insecticides...
Veut-on moins d'insecticides ? Alors il faut être réaliste et développer les OGM Bt.
Veut-on protéger les abeilles et la biodiversité ? Alors il faut être réaliste et développer les OGM Bt.

La viande rouge n'est pas verte
La planète pourrait peut-être nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-no-gaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graines et de peu de viande. Mais ces hommes-là n'existent pas.
Il faut faire avec ce qu'on a sous la main, les hommes tels-qu'ils-sont

Agriculture bio et biocarburants
Choisir plus de bio, plus de biocarburants,
qui consomment plus de terre,
c'est choisir moins d'espaces verts, moins de forêts, et plus de difficultés pour nourrir toute l'humanité.

OGM, des variétés naturelles comme les autres, en mieux
Les nouvelles variétés "naturelles" contiennent naturellement des pesticides naturels.
Les nouvelles variétés dites "naturelles" contiennent des gènes inconnus, aux effets inconnus.
... Mais enfin, les OGM vinrent !

Lobbying, désinformation, préjugés...

Greenpeace, une multinationale du lobbying
Le lobbying économique existe, mais aussi le lobbying idéologique.

"OGM j'en veux pas", une nouvelle religion ?

Le mythe du naturel...
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose...

Le mythe du "bon" vieux temps
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose... 
C'était le temps des disettes, famines, de la mort infantile, d'une espérance de vie courte.

Qui veut troquer un seul aujourd'hui contre deux hier ?
Avons-nous perdu au change ?

La nature et les hommes
Le mythe du bon sauvage respectueux de la nature.

Le mythe du naturel...
La nature invente virus et épidémies ; l'homme invente les vaccins.
La nature invente les ravageurs des cultures ; l'homme invente les pesticides.



 

comments powered by Disqus

 

Mise à jour : 26 septembre 2020