Retour à la page d'accueil : écologie, réchauffement climatique, urgence alimentaire, urgence énergétique   

 

 

 

 

 

 

 

 

Écologie
Réchauffement climatique


C'est urgent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Réchauffement climatique et économies d'énergie

 

 

La fracture planétaire - Économiser est un sport de riche

Nous consommons trop d’énergie fossile ? Nous rejetons trop de CO2 ? Alors la solution est toute trouvée… "Il suffit" de faire des économies, é-co-no-mi-ser !

S'il existait un logiciel de détection automatique des idées fausses, une sorte de sérum de vérité 2.0, nous saurions tout de suite que "nous consommons trop", est une idée fausse. Ce qui est vrai, c'est que les pays développés consomment trop ; mais qui aurait le mauvais goût d'accuser les milliards de démunis des pays pauvres ou émergents de trop consommer ? Il y a encore 1,3 milliard de personnes qui attendent que la fée électricité illumine enfin leur logis. Vingt fois la population française.

C'est-à-dire que les économies d'énergie et de consommation sont un privilège rare, réservé aux happy few, les passagers de première classe du navire planète qui ont la chance de pouvoir déjà satisfaire leurs besoins essentiels. Ils sont peu nombreux, ceux qui ont un billet pour les ponts supérieurs, moins de deux milliards, essentiellement dans les pays développés [1]. Les économies d'énergie sont un sport de riches.

Une fracture planétaire sépare ces deux mondes, les passagers de première classe et les cinq milliards de passagers de troisième classe qui voyagent dans les ponts inférieurs. La grille qui séparait les premières et troisièmes classes sur le Titanic existe encore ; elle ne sépare plus les classes d'un même pays, elle sépare maintenant des classes de pays. Pour les pays de troisième classe la fameuse société de consommation n'est encore qu'un mirage, ils n'ont rien à économiser et rêvent au contraire de consommer.

La situation en ce qui concerne les émissions de CO2 peut donc être rapidement résumée ainsi :

- Les pays développés consomment trop.

- Les pays émergents... émergent, ils consomment encore peu, mais de plus en plus.

La solution saute aux yeux : il "suffirait" que ceux qui consomment trop réduisent leur consommation, dans la joie et la bonne humeur, pour permettre à ceux qui doivent se développer de consommer plus. Une histoire de vases communicants :

Il "suffirait" que chaque passager de première classe économise "deux à trois", dans la joie et la bonne humeur, pour permettre à cinq passagers de troisième classe de consommer chacun "un" en plus.

On comprend bien que cela implique, une baisse du niveau de vie des pays développés. Est-ce réaliste ? Les passagers de première classe sont-ils disposés à faire, de bonne grâce, un geste pour aider les passagers de troisième classe ? L'histoire du Titanic permet d'en douter [1-1]. Aujourd'hui encore, les passagers de première classe – c'est nous – n'ont aucune intention de sacrifier quoi que ce soit de leur standing et de leurs privilèges pour qui que ce soit. Au contraire ! De quoi rêvent-ils, que réclament-ils à leurs gouvernements ? Ils ne réclament pas des économies, mais le contraire, ils réclament de la croissance ! D'ailleurs, les économes, ils les traitent de radins, ils s'en moquent. Voyez Harpagon, champion de la spécialité, des siècles après ils en rigolent encore ! Un arrière descendant d'Harpagon émigré aux États-Unis, l'oncle Picsou, fait beaucoup rire lui aussi, surtout les maîtres-nageurs.

Les économies n'existent pas

Économiser, ce n'est que différer une dépense.
les économies n'existent pas !

En supposant même que les passagers de première classe fassent des économies, que se passerait-il ? Rien ! Parce que même lorsque l'on fait des économies... on ne fait pas d'économies ! Que faisons-nous lorsque nous avons économisé quelques sous ? Quelques-uns peut-être, suivant l’exemple d’Harpagon et de sa chère cassette, iront les enterrer dans le jardin. Mais tout le monde n’a pas de jardin. On peut raisonnablement estimer que dans la plupart des cas, les économies seront utilisées, plus tard. Économiser, ce n'est que différer une dépense, ou la déporter, plus tard, sur une autre dépense.

Les économies n'existent pas !

À quoi sert d'aller au travail à vélo si les économies de carburant ainsi réalisées sont utilisées pour s'offrir un voyage en voiture pendant le Week-end ? À part que le vélo, c'est bon pour la santé.

Ce n'est pas la vertu sportive et/ou écologique des consommateurs qui importe pour la planète, mais leur pouvoir d'achat ; au-delà de la satisfaction des besoins essentiels, le pouvoir d'achat est un pouvoir de nuisance pour la nature. Les écologistes vraiment pratiquants, ce sont les pauvres, les petits revenus, les petits dépensiers. Ils sont sobres par nécessité.

La sobriété sans nécessité est-elle même possible ? Imaginons une personne à gros revenu qui déciderait de vivre frugalement dans une petite chambre sous les toits sans ascenseur. Outre la bizarrerie de la situation, que ferait cette personne de tous ses revenus non dépensés ? Elle pourrait en faire des dons par exemple... qui seraient ainsi dépensés quand même, par d'autres. Les économies n'existent vraiment pas ! Et si cette personne est mariée, avec des enfants... comment fera-t-elle partager sa sobriété à sa famille ? Récriminations et divorce en vue !

"Avez-vous de l'énergie à déclarer ?"

Pour qui tiendrait quand même à faire des économies (en attendant de les dépenser d'une façon ou d'une autre), il reste à choisir ce qu'il faudrait économiser. Nous savons qu'il est important d'économiser l'énergie ; économiser le charbon, le pétrole, l'électricité, etc. Mais nous sommes peu conscients qu’il y a de l'énergie aussi dans la plupart des produits que nous consommons. Il y a de l'énergie sournoise, tapie partout, dans le béton, l’acier, le verre, le coton, un pot de yaourt, etc. Même dans un recueil de poésies il y a l'énergie concrète de sa matière et de sa fabrication. La moitié seulement de l’énergie consommée en France est de l’énergie honnêtement déclarée et comptabilisée en tant que telle : le chauffage des appartements, l'éclairage, les transports… L'autre moitié est de l'énergie clandestine, enfouie dans tout ce que nous consommons ; "Avez-vous de l'énergie à déclarer ?" L'énergie clandestine est celle qui est brûlée dans l’exploitation des mines, la transformation des matières premières, la fabrication, le transport, le conditionnement des produits, etc. Il y a des kg d’équivalent carbone dans chaque kg de produit manufacturé ; il y a du charbon dans mon pantalon – 7 kg de CO2 émis pour fabriquer et distribuer mon pantalon. Mon PC super léger pèse 350 kg ! 350 kg de CO2. Il y a aussi du pétrole dans mon bifteck : 2 à 3 kg d'équivalent pétrole dans un kilo de bœuf. Un Européen moyen, pèse environ deux tonnes ; deux tonnes de CO2 par an, seulement pour sa nourriture.

Nous mangeons du pétrole [2] !

Il faut donc prendre conscience que pour "économiser l'énergie", il ne suffit pas de consommer moins d’énergie visible et déclarée, de l’essence, du fioul, du charbon, il faut aussi consommer moins de tout ; moins de kilomètres en voiture ou en avion évidemment, mais aussi moins de bibelots et de pantalons…

Isolation des appartements, rendement des moteurs

On espère beaucoup d'économie d'énergie en isolant mieux les appartements et en augmentant le rendement des moteurs. Ces cas ont déjà été évoqués dans le chapitre "Efficacité énergétique, effet rebond". La conclusion du chapitre est que ces actions ne suffisent pas pour réaliser des économies d'énergie.

 



[1] On objectera que la pauvreté existe aussi dans les pays développés. C'est vrai, mais cette pauvreté d'ici est un mirage désirable qui attire des pauvres d'ailleurs. Un travailleur en France ne gagnant que le SMIC est 10 fois moins pauvre, ou 10 fois plus riche, qu'un habitant de République centrafricaine où le revenu national brut par habitant en 2013 était de moins de 2$ par jour. Sans compter les amortisseurs sociaux. C'est pour cela que tant de pauvres d'ailleurs prennent le risque de traverser la Méditerranée au péril de leur vie.

 

[1-1] Cette fameuse histoire des grilles fermées empêchant les troisièmes classes d'accéder au pont et aux chaloupes.

 

[2] Aux États-Unis, il faut dépenser dix calories de carburant fossile pour produire une calorie de nourriture.

 

 

economie energie

 

 

facebook

Pour une écologie réaliste
Pour vraiment nourrir toute l'humanité à venir
Pour vraiment ralentir le réchauffement climatique

Que la planète bleue soit verte !
Mais il ne faut pas trop rêver.


Les pages de ce site s'inspirent du livre :
Écologie - Réchauffement climatique - c'est urgent !

Par Pierre Yves Morvan-Ameslon
Écolo sensible, mais pas écolo-rêveur.

Également en version numérique Kindle ou EPUB (Kobo)

écologie, réchauffement climatique, ogm, biologique

Le livre "Changement climatique - Transition énergétique  : C'est urgent !" est le sous-ensemble du livre complet qui traite du problème du réchauffement climatique.


Du même auteur :

Dieu est-il un gaucher qui joue aux dés ?
Histoire drôle, mais vraie, de la découverte de l’univers, et des environs

Éditions l’Harmattan.
ISBN : 2-7475-2507-4 • 2002 • 512 pages
Découverte de l'univers... et des environs


contact



 

Feuilleter quelques pages écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm.

 

Surpopulation - croissance / décroissance...

Surpopulation - Nourrir l'humanité - Malthus
La surpopulation est-elle la mère de tous les maux ?

La croissance durable… une grenouille plus grosse que la planète
Tout est dans le titre

Réchauffement climatique, énergies renouvelables, économies d'énergie...

Peut-on échapper au réchauffement climatique ?
Bilan : les émissions de CO2 augmentent.
Perspectives : les émissions de CO2 augmentent.
Peut-on échapper au réchauffement climatique ? Non.

L'irrésistible croissance des émissions de CO2
"Quand il est urgent, c'est déjà trop tard" (Talleyrand)

Les économies n'existent pas.
"Économiser" signifie "différer une dépense".
Mais la dépense se fera, tôt ou tard.

Les petits gestes pour sauver la planète ... Ont de petits effets !

La voiture électrique marche aussi au charbon !
… Sauf en France où l'électricité est principalement nucléaire.
Mais 68% de l'électricité mondiale proviennent d'énergies fossiles.

Énergie, transition énergétique, énergies renouvelables, sortir du nucléaire, charbon...

Les énergies renouvelables remplaceront-elles les énergies fossiles ?
Les énergies renouvelables progressent... moins vite que la consommation d’énergies fossiles !

Peut-on sortir du nucléaire et en même temps éviter le réchauffement climatique ?
Les scénarios climatiques, les outils de base pour ces questions, répondent non.

La transition énergétique ; moins de nucléaire contre plus de CO2 ?
L'Allemagne utilise moins d'énergies renouvelables et émet plus de CO2 que la France.

La transition énergétique ratée de l'Allemagne
Elle est ratée.

Les énergies renouvelables pourraient-elles fournir 100 % de l'énergie électrique en France ?
Pour quel bénéfice en réchauffement climatique ?

Le paradoxe des énergies renouvelables "gratuites" ruineuses
Le vent et le soleil sont gratuits. Il est ruineux de les exploiter.

L'énergie de demain
Y a-t-il une vie après le pétrole ?
Oui, il restera encore du charbon.
Et le peu dont sont capables les énergies renouvelables.

Dangers des énergies, charbon, nucléaire
Pollution et dangers des centrales au charbon, par particules fines et CO2, sont plus importants que pollution et dangers de l'énergie nucléaire.

Les déchets nucléaires ? ... Le vrai déchet c'est le CO2
LE déchet, l'ennemi public No1, c'est le déchet CO2.
Le déchet CO2 se déverse dans l'égout du CO2 ;
l'égout du CO2, c'est l'atmosphère.
Le problème des déchets n'est pas celui que l'on croit.

Urgence alimentaire, agriculture bio, pesticides, OGM...

L'agriculture biologique pourrait-elle nourrir toute l'humanité à venir ? ?
L'agriculture bio, de faible rendement, gaspille le premier bien le plus précieux de tous, de plus en plus rare, la terre.  

Les pesticides bio... des armes chimiques 100 % bio ! 
Des pesticides bio sont "irritants", "nocifs", toxiques pour les abeilles et les utilisateurs...

Les dangers - ou non - des pesticides.
Les agriculteurs, qui manipulent des pesticides à longueur de jour, ont une plus grande espérance de vie et moins de cancers que la population générale.
Les pesticides permettent de nourrir les sept milliards de Terriens que nous sommes déjà, les neuf milliards que nous serons bientôt.

Peut-on réduire de moitié l'utilisation des pesticides ?
... sans réduire de moitié le nombre de bouches à nourrir.

Les OGM Bt réduisent l'utilisation des insecticides...
Pour moins de pesticides ? Alors OGM Bt
Pour protéger les abeilles ? Alors OGM Bt
C'est cela l'écologie réaliste.

La viande rouge n'est pas verte
La planète pourrait peut-être nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-no-gaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graines et de peu de viande. Mais ces hommes-là n'existent pas.
Il faut faire avec ce qu'on a sous la main, les hommes tels-qu'ils-sont.

Agriculture bio et biocarburants
Peut-on vouloir plus de bio, plus de biocarburants, et "en même temps" plus d'espaces verts, de forêts vierges, et nourrir la planète, toute la planète ?
Au secours, Monsieur Freud !

OGM, des variétés naturelles comme les autres, en mieux
Les nouvelles variétés "naturelles" contiennent naturellement des pesticides naturels.
Les nouvelles variétés dites "naturelles" contiennent des gènes inconnus, aux effets inconnus.
... Mais enfin, les OGM vinrent !

Mutagenèse, transgenèse, OGM cachés, TIS

Lobbying, désinformation, préjugés...

Greenpeace, une multinationale du lobbying
Le lobbying n'est pas (seulement) ce que l'on croit.

OGM - Désinformation
La fausse rumeur du suicides des fermiers indiens

"OGM j'en veux pas", une nouvelle religion ?

Mythes et réalité...

Le bon vieux temps... des disettes et famines
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose... 

Pesticides contre famines
Qui veut troquer un seul aujourd'hui contre deux hier ?

Nature, amie ou ennemie ?
Coquetterie et pesticides, même combat.
Pesticides, contraception, OGM riz doré... les hommes font mieux que la nature.

L’argent ne fait pas toujours le bonheur... Mais nous ne sommes pas près de muter en homo-ecologicus-no-gaspillus. 



Présentation rapide

Pour une écologie réaliste

Que la planète bleue soit verte !

Mais il ne faut pas trop rêver. Le monde change, il ne peut plus être du même vert d'avant, avec seulement le soleil pour nous réchauffer, de grandes prairies pour galoper, des baies bio pour nous régaler. Nous sommes sept milliards maintenant, une poignée de baies ça va, sept milliards de poignées de baies, bonjour les dégâts !

La planète brûle.
Et ce n'est pas le seul problème !
La faim aussi... quand il y aura trois milliards de bouches à nourrir en plus.
L'énergie aussi... quand il n'y en aura plus.

Il faut réagir, vite, c'est urgent. Mais avec lucidité.

Pour nourrir plus de Terriens il faut produire plus de nourriture, il faut une agriculture plus performante encore.
Une agriculture peu performante, l'agriculture biologique par exemple, pourrait, peut-être, nourrir toute l'humanité... mais, la terre devenant rare, ce serait en piochant dans ce qui reste encore de forêt tropicale.
Il faut répondre aux défis énergétiques et climatiques. Les énergies renouvelables ne suffisent pas. Qu'y a-t-il d'autre ?

Les analyses et solutions présentées dans ce livre sont moins séduisantes que les rêveries utopistes, elles choqueront bien des lecteurs. Mais les utopies ne nourrissent pas les hommes, ne sauvent pas la forêt, ne ralentissent pas le réchauffement climatique.

Si vous avez le souci de l'humanité lisez ce livre. Sinon, lisez-le quand même.



 

écologie, économies d'énergie, émissions CO2 France Chine

comments powered by Disqus

"Vous n'êtes pas inscrit ? Alors clic sur la roue des outils, à droite de la zone des commentaires, et login.

écologie, mythes et réalité, émissions de CO2, économies d'énergie

 

Mise à jour : 06 octobre 2017

Visites depuis le 07 septembre 2012

écologie, mythes et réalité, émissions de CO2 et économies d'énergie

Table des matières du livre

 

Voir la page d'index