Pour une écologie réaliste

Pour vraiment nourrir toute l'humanité à venir
Pour vraiment sortir du réchauffement climatique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Les énergies renouvelables remplaceront-elles les énergies fossiles ?

 

 

La demande d'énergie augmente

 

« Qu’on m’amène un enfant de cinq ans ! »

Les énormes foules des énormes pays émergents croissent en nombre et en pouvoir d’achat. Elles ont d'énormes besoins croissants en énergie, il est donc inévitable qu'elles émettent de plus en plus de CO2, même un enfant de cinq ans le comprendrait. « Un enfant de cinq ans comprendrait cela ? Qu’on m’amène un enfant de cinq ans ! » (Groucho Marx)

La solution serait les énergies renouvelables, mettons du vent et du soleil dans nos prises de courant ! Décrassons-les du charbon qui les pollue, puisque aujourd’hui 40 % de l’électricité dans le monde est produite par le charbon.

Les énergies renouvelables sont-elles à la hauteur de ces espoirs, ?

Les énergies renouvelables progressent... moins vite que la consommation d'énergies fossiles !

« Tout est relatif » - L'illusion des taux.

Les nouvelles énergies renouvelables progressent, beaucoup. Selon le rapport de l'AIE, Medium-Term Renewable Energy Market Report 2016, environ un demi-million de panneaux solaires ont été installés chaque jour dans le monde en 2015, et deux éoliennes ont été installées chaque heure en Chine en 2015 ! Impressionnant !

Mais alors, pourquoi les nouvelles énergies renouvelables ne parviennent-elles à produire qu'à peine 2 % de l'énergie mondiale (2016), contre environ 80 % pour les énergies fossiles. Comment expliquer ce paradoxe ?

Il n'y a pas de paradoxe : les énergies renouvelables croissent en effet, mais ce même rapport indique aussi que "La production d’énergies renouvelables sera en forte hausse en Asie, mais inférieure à la progression de la demande d’électricité." Il ne suffit pas de croître, il faut croître plus que les autres énergies, et croître beaucoup parce que la demande d'électricité croît énormément, pour toutes sortes de raisons bonnes ou mauvaises. Par exemple, le World Energy Outlook - iea 2017 - executive summary, compte que du fait de l'accroissement des revenus en Chine, des millions de foyers pourront se permettre d'installer des climatiseurs, et qu'en 2040 la consommation d'électricité pour climatisation sera supérieure à la consommation électrique totale du Japon aujourd'hui. Pour répondre à ces demandes croissantes, la Chine aurait besoin d'accroître sa production électrique d'une quantité équivalente à la production actuelle des États-Unis, et l'Inde d'une quantité équivalente à la production européenne aujourd'hui.

Les énergies renouvelables sont-elles à la hauteur ?

 

Les énergies renouvelables progressent...
mais la demande d'électricité croit plus vite encore !

 

Les taux de croissance des énergies renouvelables sont extraordinaires. Le solaire photovoltaïque a crû de 46,2 % par an entre 1990 et 2014, et l'énergie éolienne de 24,3 %. (IEA Statistics, Key renewables trends, EXCERPT FROM RENEWABLES INFORMATION, 2016 edition). Ces taux extraordinaires font croire en un triomphe prochain des énergies renouvelables ; ils trahissent au contraire... leur faiblesse ! Ce paradoxe apparent illustre cette évidence que plus on est petit... plus on peut grandir [1] ! Passer d'une petit 1 000 éoliennes à 2 000, c'est grandir beaucoup, c'est doubler de taille ; passer d'un gros 100 000 éoliennes à 101 000 c'est grandir aussi, exactement du même nombre d'éoliennes, mais là ce n'est plus doubler de taille, c'est seulement grandir de 1 %.

Le diagramme suivant illustre le paradoxe.

croissance énergies renouvelables, énergies fossiles

 

Source : D'après Key world energy statistics, IEA - 2015

 

• Les énergies renouvelables progressent ; on le savait, les médias le répètent en boucle.

• Mais dans le même temps les énergies fossiles progressent, elles aussi ! les médias n'en disent rien.

• En taux de croissance, les énergies renouvelables caracolent en tête.

• Mais en croissance absolue, ce sont les énergies fossiles qui croissent le plus. Un faible taux de croissance pour des énergies importantes en volume se traduit naturellement par une forte progression en absolu.

• En croissance absolue les énergies renouvelables sont de plus en plus distancées par le maillot jaune qui caracole loin devant, sur les épaules des énergies fossiles.

C'est ce qui explique ce paradoxe qui passe généralement sous le radar des commentateurs et du public :

• les médias rapportent régulièrement les taux de croissance extraordinaires des énergies renouvelables, des parcs éoliens et solaires.

• Mais les mêmes médias annoncent tout aussi régulièrement que "Nous avons encore battu les records d'émissions de CO2 et de chaleur".

C'est cela l'illusion des taux.

 

Nous n'avons pas encore pris la mesure du faible potentiel des énergies renouvelables.
Elles progressent moins vite que les énergies fossiles.
Elles ne suffisent pas pour les remplacer.

 

 



[1] C'est ce même paradoxe apparent qui fait que les pays les plus pauvres peuvent facilement avoir des taux de croissance de PIB élevés. Demandons : "Quels pays ont eu les plus forts taux de croissance de PIB en 2015 ?". Les réponses parieront souvent sur les États-Unis, la Chine, etc. ... Mais combien de réponses donneront le tiercé gagnant, même dans le désordre ? Le voici :
- Ethiopie : 9,6 %
- Palaos : 9,4 %
- Côte d'ivoire : 8,4 %
Et loin derrière...
- États-Unis : 2,4 %
- Allemagne : 1,7 %
- France 1,2 %
(données de La Banque Mondiale)
Les pays les plus pauvres peuvent avoir des taux de croissance de PIB très élevés, parce qu'il sont à des niveaux très bas.
Les nouvelles énergies renouvelables peuvent avoir des taux de croissance très élevés, parce qu'elles sont à des niveaux très bas.
Ni les uns ni les unes n'auront beaucoup d'influence sur l'avenir de la planète.

 

 
 
facebook

facebook


contact


Retour à la page d'accueil  écologie, réchauffement climatique, urgence alimentaire, urgence énergétique

pour feuilleter écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm. quelques autres extraits

- Sur le "bon vieux temps" – qui était le temps des disettes et des famines, et des épidémies.

- Sur le risque alimentaire, l'agriculture bio, la déforestation, les OGM.

- Sur la transition énergétique et le réchauffement climatique, les énergies renouvelables, le nucléaire...

- Sur le lobbying, qui peut être économique, mais aussi idéologique.

- Sur la surpopulation, la croissance durable, les économies d'énergie...

 

écologie, mythes et réalité, énergies renouvelables, énergie, fossile, nucléaire

comments powered by Disqus

écologie, mythes et réalité, énergies renouvelables, énergie, fossile, nucléaire

 

Mise à jour : 19 novembre 2018

écologie, mythes et réalité, énergies renouvelables, énergie, fossile, nucléaire

Table des matières du livre

 

Voir la page d'index