Une écologie réaliste

Sans dogmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Les énergies renouvelables peuvent-elles remplacer les énergies fossiles à elles seules ?

Peut-on vivre seulement d'énergie renouvelable et d'eau fraîche ?

électricité renouvelable énergies renouvelablesTout le monde souhaite que les énergies renouvelables se développent [0]. Mais serait-il possible de vivre seulement d'énergie renouvelable et d'eau fraîche ? Certainement oui, le Moyen Âge l'a fait.

Toutefois, l'eau n'était pas toujours fraîche ni pure.
Quant aux énergies renouvelables, c'était surtout beaucoup d'huile de coude.

Peut-on faire aujourd'hui aussi "bien" qu'au Moyen Âge ?

Pour l'huile de coude ce sera difficile. Les pays développés ont pris de trop mauvaises habitudes, de travail moins pénible, aux champs ou à la mine – avec même des congés payés ! Ils ont aussi pris l'habitude d'une alimentation en suffisance et d'un certain confort. Quant aux pays émergents, ils ne souhaitent qu'une chose, c'est de vivre comme les pays développés, de prendre leurs mêmes mauvaises habitudes.

 

 

Les énergies renouvelables progressent... la demande d'énergie aussi !

« Qu’on m’amène un enfant de cinq ans ! »

Les énormes foules des énormes pays émergents croissent en nombre et en pouvoir d’achat. Elles ont donc d'énormes besoins croissants en énergie, même un enfant de cinq ans le comprendrait. « Un enfant de cinq ans comprendrait cela ? Qu’on m’amène un enfant de cinq ans ! » (Groucho Marx)

Pour éviter une augmentation des émissions de CO2, la solution serait de développer les énergies renouvelables : mettons du vent et du soleil dans nos prises de courant ! Décrassons-les du charbon qui les pollue, puisque aujourd’hui près de 40 % de l’électricité dans le monde est produite par le charbon (2017).

Les énergies renouvelables sont-elles à la hauteur de ces espoirs ?

demande d'énergie, énergies renouvelables et fossiles

Source : D'après BP Statistical Review of World Energy 2017

 

• Les énergies non fossiles croissent (somme des énergies renouvelables, et aussi du nucléaire).

• Mais la demande d'énergie croît aussi !

 

 

La croissance des énergies non fossiles ne suffit pas à compenser la demande croissante d'énergie venant d'une population plus nombreuse et ayant plus de pouvoir d'achat.

En dépit de la progression des énergies renouvelables, le mix du système énergétique mondial reste désespérément plat. En presque vingt ans, de 2000 à 2017, la part des combustibles fossiles est passée de 80,3% à 81,2% (en petite augmentation).

 

 

• Les énergies fossiles étaient et restent notre principale source d'énergie.

Il faudra que passe beaucoup de vent sur les pales avant que les nouvelles éergies renouvelable rattrapent un jour les énergies fossiles, et beaucoup plus de vent encore pour qu'elles les remplacent.

« Tout est relatif » - L'illusion des taux.

Et pourtant les médias vantent les taux de croissance extraordinaires des énergies renouvelables, laissant croire que l'avenir proche sera bruissant d'une multitude d'éoliennes et couvert de centrales solaires, fournissant une énergie abondante...

Les médias rapportent que environ un demi-million de panneaux solaires ont été installés chaque jour dans le monde en 2015, et deux éoliennes ont été installées chaque heure en Chine en 2015 ! Impressionnant ! (Rapport de l'AIE, Medium-Term Renewable Energy Market Report 2016

Mais alors, pourquoi les nouvelles énergies renouvelables ne parviennent-elles à produire qu'à peine 2 % de l'énergie mondiale (2016), contre environ 80 % pour les énergies fossiles. Comment expliquer ce paradoxe ?

L'explication est simple : les énergies renouvelables croissent en effet, mais la demande d'énergie croît aussi ! Ce même rapport indique aussi que "La production d’énergies renouvelables sera en forte hausse en Asie, mais inférieure à la progression de la demande d’électricité." Il ne suffit pas de croître, il faut croître plus que la demande d'électricité. Or cette demande croît énormément, pour toutes sortes de raisons bonnes ou mauvaises. Par exemple, du fait de l'accroissement des revenus en Chine, des millions de foyers pourront se permettre d'installer des climatiseurs. Pour répondre aux demandes croissantes d'électricité, la Chine aurait besoin d'accroître sa production électrique, d'ici 2040, d'une quantité équivalente à la production actuelle des États-Unis, et l'Inde d'une quantité équivalente à la production européenne aujourd'hui.

 

Les énergies renouvelables progressent...
mais la demande d'électricité croit plus vite encore !

 

Et pourtant, il reste encore près d'un milliard de personnes n'ayant pas accès à l'électricité...

 

Les taux de croissance des énergies renouvelables sont extraordinaires. Le solaire photovoltaïque a crû de 46,2 % par an entre 1990 et 2014, et l'énergie éolienne de 24,3 %. (IEA Statistics, Key renewables trends, EXCERPT FROM RENEWABLES INFORMATION, 2016 edition). Ces taux sont extraordinaires, mais ils trahissent... la faiblesse des nouvelles énergies renouvelables ! Ce paradoxe apparent traduit cette évidence : passer de 1 000 éoliennes à 2 000, c'est 1000 éoliennes en plus, et c'est 100 % de croissance, un taux extraordinaire ! Passer de 100 000 éoliennes à 101 000, c'est encore 1000 éoliennes en plus, mais cette fois ce n'est plus que 1 % de croissance [1].

Le diagramme suivant illustre le paradoxe.

croissance énergies renouvelables, énergies fossiles

 

Source : D'après Key world energy statistics, IEA - 2019

 

• En taux de croissance, les énergies renouvelables caracolent en tête.

• Mais de 1973 à 2017, ce sont les énergies fossiles qui ont crû le plus en croissance absolue.

Parce que même un faible taux de croissance d'un volume important peut résulter en une forte progression en absolu.

(l'évolution année après année se voit sur le diagramme précédent.)

C'est ce qui explique ce paradoxe qui passe généralement sous le radar des commentateurs et du public :

• les médias rapportent régulièrement les taux de croissance extraordinaires des énergies renouvelables, des parcs éoliens et solaires.

• Mais les mêmes médias annoncent tout aussi régulièrement que "Nous avons encore battu les records d'émissions de CO2.

 

 

Nous n'avons pas encore pris la mesure du faible potentiel des énergies renouvelables.

Elles ne compensent pas la croissance de la demande d'énergie.

Elles ne suffisent pas pour remplacer les énergies fossiles.

 

La croissance des énergies renouvelable ne compense pas la demande croissante d'énergie venant d'une population plus nombreuse et ayant plus de pouvoir d'achat. Mais avant d'envisager de remplacer toutes les énergies fossiles par des énergies renouvelables, on peut tenter une première étape qui serait de produire au moins toute l'énergie électrique par des énergies renouvelables. C'est beaucoup plus facile puisque l'énergie électrique compte pour moins de 20 % dans l'énergie finale mondiale. Mais même cet objectif qui semble facile – d'autant plus facile que la spécialité des nouvelles énergies renouvelables, l'éolien, le photovoltaïque, est justement de produire de l'électricité – est-il réalisable ? (Les énergies renouvelables peuvent-elles fournir un mix électrique 100% renouvelable ?)

 

 



[0] Tout le monde souhaite que les énergies renouvelables se développent... à la restriction près du fameux "Nimby" ("Not In My Back Yard") : "Des éoliennes oui, mais pas près de chez moi" ; ou plus globalement : "Des éoliennes oui, mais à condition que cela n'entraîne aucun changement dans mon mode de vie".

[1] C'est ce même paradoxe apparent qui fait que les pays les plus pauvres peuvent facilement avoir des taux de croissance de PIB élevés. Demandons : "Quels pays ont eu les plus forts taux de croissance de PIB en 2015 ?". Les réponses parieront souvent sur les États-Unis, la Chine, etc. ... Mais combien de réponses donneront le tiercé gagnant, même dans le désordre ? Le voici :
- Ethiopie : 9,6 %
- Palaos : 9,4 %
- Côte d'ivoire : 8,4 %
Et loin derrière...
- États-Unis : 2,4 %
- Allemagne : 1,7 %
- France 1,2 %
(données de La Banque Mondiale)
Les pays les plus pauvres peuvent avoir des taux de croissance de PIB très élevés, parce qu'il sont à des niveaux très bas.
Les nouvelles énergies renouvelables peuvent avoir des taux de croissance très élevés, parce qu'elles sont à des niveaux très bas.
Ni les uns ni les unes n'auront beaucoup d'influence sur l'avenir de la planète.

 

 
 
facebook

accueil pour écologie réaliste, urgence alimentaire, urgence énergétique   facebook


Les pages de ce site s'inspirent du livre :
Une écologie réaliste

Par Pierre Yves Morvan-Ameslon

Versions numériques :
Amazon Kindle
Epub

écologie, réchauffement climatique, ogm, biologique


contact



 

Feuilleter quelques autres pages écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm.

 

Surpopulation - croissance / décroissance...

Surpopulation et surconsommation épuisent les ressources
La terre manque, la forêt disparaît...
On ne peut pas se permettre de refuser l'innovation technologique.

La croissance durable… une grenouille plus grosse que la planète
Tout est dans le titre

Réchauffement climatique, énergies renouvelables, économies d'énergie...

Peut-on échapper au réchauffement climatique ?
Les émissions de CO2 croissent.
Les gouvernements peuvent-ils changer les choses, ou nous-mêmes ?
Le CO2 demain viendra surtout des pays émergents.

Énergie, réchauffement climatique et croissance
Peut-on réduire le réchauffement climatique, et demander de la croissance, et répondre aux besoins d'énergie et de développement des pays pauvres et émergents?

Économiser, partager, consommer autrement, ne suffit pas !
Les économies n'existent pas !
Que faire du pouvoir d'achat ainsi économisé ?
Il sera dépensé tôt ou tard.

Les petits gestes pour sauver la planète ... Ont de petits effets !

La voiture électrique est-elle un bon cheval?
La voiture électrique : le CO2 vient de la centrale électrique.
En France, grâce à son électricité nucléaire bas carbone, une voiture électrique moyenne économise du CO2. Pas en Allemagne.
On a raison de soutenir la voiture électrique en France. À condition d'être cohérent en soutenant aussi la production électrique nucléaire.

Énergie, transition énergétique, énergies renouvelables, sortir du nucléaire, charbon...

La transition énergétique : sortir du réchauffement climatique, ou sortir du nucléaire ?
Quelle est la priorité ?
Peut-on sortir du nucléaire et en même temps sortir du réchauffement climatique ?
L'échec de la transition énergétique en Allemagne : les émissions de CO2 ne baissent pas.

Les énergies renouvelables peuvent-elles remplacer les énergies fossiles à elles seules ?
Les énergies renouvelables croissent. Mais la demande d'énergie croît plus vite encore !
En dépit de leur croissance, les énergies renouvelables ne parviennent pas à répondre seules à l'augmentation de la demande d'énergie.
La consommation d'énergies fossiles augmente.

Les énergies renouvelables peuvent-elles fournir un mix électrique 100% renouvelable ?
Avec quelles contraintes pour l'environnement ?
Avec quelles contraintes pour les consommateurs ?

Le paradoxe des énergies renouvelables "gratuites" ruineuses
Le vent et le soleil sont gratuits.
Mais il est ruineux de les exploiter.

L'énergie de demain
Y a-t-il une vie après le pétrole ?
Oui, il restera encore du charbon.
Et le peu dont sont capables les énergies renouvelables.

Dangers des énergies, renouvelables, nucléaire, charbon...
Le nucléaire est dangereux... à peu près autant que les énergies renouvelables, accidents nucléaires inclus.
... et moins dangereux que le feu de bois !

Les déchets nucléaires ? ... Le vrai problème c'est le déchet CO2
Les pires déchets ne sont pas les déchets nucléaires, ce sont les milliards de tonnes de CO2 relâchées dans l'atmosphère, cause du réchauffement climatique.

Urgence alimentaire, agriculture bio, pesticides, OGM...

L'agriculture biologique pourrait-elle nourrir toute l'humanité à venir ? ?
L'agriculture bio, de faible rendement, gaspille le premier bien le plus précieux de tous, de plus en plus rare, la terre.
La terre manque... alors on déforeste.

L'invention de l'agriculture biologique... et des pesticides bio !
Peut-on réduire de moitié l'utilisation des pesticides... bio ou non bio ?
Les pesticides bio sont naturels... comme sont les champignons vénéneux, le venin du cobra, etc.

Les dangers et risques des pesticides, bio ou non... et leur nécessité
Les agriculteurs, qui sont mille fois plus exposés aux pesticides que les simples consommateurs, ont globalement une espérance de vie supérieure à la moyenne du fait d’une sous-mortalité par cancer en général…
Combien faudrait-il de planète terre pour nourrir sept milliards de Terriens sans pesticides – bio ou non bio ?

Les OGM Bt réduisent l'utilisation des insecticides...
Veut-on moins d'insecticides ? Alors il faut être réaliste et développer les OGM Bt.
Veut-on protéger les abeilles et la biodiversité ? Alors il faut être réaliste et développer les OGM Bt.

La viande rouge n'est pas verte
La planète pourrait peut-être nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-no-gaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graines et de peu de viande. Mais ces hommes-là n'existent pas.
Il faut faire avec ce qu'on a sous la main, les hommes tels-qu'ils-sont

Agriculture bio et biocarburants
Peut-on vouloir plus de bio, plus de biocarburants, et "en même temps" plus d'espaces verts, de forêts vierges, et nourrir la planète, toute la planète ?
Au secours, Monsieur Freud !

OGM, des variétés naturelles comme les autres, en mieux
Les nouvelles variétés "naturelles" contiennent naturellement des pesticides naturels.
Les nouvelles variétés dites "naturelles" contiennent des gènes inconnus, aux effets inconnus.
... Mais enfin, les OGM vinrent !

Lobbying, désinformation, préjugés...

Greenpeace, une multinationale du lobbying
Le lobbying économique existe, mais aussi le lobbying idéologique.

OGM - Désinformation
La fausse rumeur du suicides des fermiers indiens

"OGM j'en veux pas", une nouvelle religion ?

Le mythe du bon vieux temps, la nature...
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose...

Le bon vieux temps... des disettes et famines
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose... 

Qui veut troquer un seul aujourd'hui contre deux hier ?
Le "bon" vieux temps était le temps des disettes et des famines.
Vive maintenant !

La nature et les hommes
La nature n'est pas une sainte-nitouche.
L'homme n'est pas un saint.
Le bon sauvage, autrefois, était-il plus respectueux de la nature ?
C'est un mythe...

Le mythe du naturel...
La nature invente virus et épidémies ; l'homme invente les vaccins.
La nature invente les ravageurs des cultures ; l'homme invente les pesticides.

Comment consommer moins ? L'éducation est-elle une illusion ?
Peut-on cesser de consommer toujours plus et de gaspiller ?
L'éducation, la prise de conscience ? C'est peu de chose face à la nature humaine.



 

comments powered by Disqus

 

Mise à jour : 9 janvier 2020

Table des matières du livre

 

Voir la page d'index