Une écologie réaliste

Sans dogmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Énergie et réchauffement climatique, sujet brûlant

 

L'énergie est vitale. Elle est le sang et la vie de nos sociétés populeuses ; du pétrole coule dans leurs veines, du 220 V court dans leurs nerfs.

L'énergie peut être chère, même dangereuse, ce sont de vrais problèmes ; mais ils sont secondaires comparés au manque d’énergie, entraînerait l'arrêt des machines et l'écroulement de nos sociétés.

Mais la consommation massive de combustibles fossiles libère d’énormes quantités de CO2 dans l’atmosphère, créant le réchauffement climatique, une nouvelle menace pour nos sociétés.

 

Peut-on réduire les émissions de CO2, alors que cinq milliards de pauvres et émergents ont d'énormes besoins de développement ?

 

L’énergie est vitale

Autrefois quelques rares hordes de bons sauvages pouvaient subsister, plus ou moins mal, de baies et de racines, sans autre énergie que les rayons du soleil et le feu de bois. Mais au-delà d'un petit nombre d'individus il faut utiliser d'autres énergies pour survivre.

Les anciennes civilisations, égyptienne, grecque, romaine, ont utilisé la force des animaux domestiques, le bois prélevé sur la forêt… et surtout les esclaves prélevés sur les tribus vaincues [1][2]. Lorsque l’on s’extasie sur un "travail de Romain", le pont du Gard, le Colisée [2]… c’est un abus de langage ; il s’agit d’un "travail d’esclaves des Romains". C’est aussi ce qui explique que « Rome, en l’an 100 avant J.-C., était mieux équipée en routes pavées, en égouts, en alimentation ou en eau que la plupart des capitales européennes en 1800 » (La prospérité du vice – Daniel Cohen – Albin Michel). En visitant Pompéi on ne s’étonne pas de ces rues parfaitement pavées – un luxe pourtant extraordinaire quand on considère qu’il fallut attendre Philippe Auguste au XIIe siècle pour paver quelques rues de Paris [5].

L'esclavage est maintenant interdit [6]. Cela ne s'est pas fait sous l'effet d'une soudaine poussée éruptive d'humanité et de générosité dans les cœurs. Tout simplement, on a trouvé autre chose : les énergies fossiles. L'entretien d'un esclave – que l'on est bien obligé de nourrir – est devenu plus coûteux que le pétrole fournissant le même travail.

L’énergie fossile abondante et bon marché a contribué à libérer les esclaves ; et aussi à l'éducation des enfants : quand les moteurs tournent jour et nuit il n'est plus nécessaire d'envoyer les enfants à la mine ou aux champs, ils peuvent maintenant aller à l'école. Cette énergie a aussi, indirectement contribué à sauver les forêts lorsque le charbon a remplacé le bois de chauffage, à sauver les baleines lorsque le gaz à remplacé l'huile de baleine [6-0].

L'énergie est vitale. L'énergie peut être chère, même dangereuse, ce sont de vrais problèmes ; mais ils sont secondaires comparés au manque d’énergie, qui signerait la disparition de nos sociétés organisées, le retour à la sauvagerie.

L'énergie est une drogue. Lorsqu'elle fait défaut nous sommes en état de manque, prêts à tout pour en retrouver auprès de n'importe quel dealer, nous sommes accros.

L'énergie était déjà vitale au temps de "La Guerre du feu", grand film de Jean-Jacques Annaud.

C'était vrai encore en 1917, lorsque Georges Clemenceau déclarait que « Désormais, pour les nations et pour les peuples, une goutte de pétrole a la valeur d’une goutte de sang ». Il exprimait ainsi que celui qui n’avait pas assez de pétrole perdrait la guerre en cours. Ce fut le cas.

C'est encore plus vrai aujourd’hui. Nous sommes de plus en plus nombreux, de moins en moins pauvres, nous consommons donc de plus en plus d'énergie, c'est mécanique. Économiser l'énergie est nécessaire, mais cela ne suffit pas, il faut aussi en produire plus pour répondre aux énormes besoins croissants des énormes foules croissantes des énormes pays pauvres et émergents.

 

 

Nos sociétés et économies sont rigoureusement intriquées ; chaque producteur ou service est dépendant d'une multitude d'autres producteurs, eux-mêmes dépendants d'autres producteurs. Un château de cartes ; que quelques cartes disparaissent, que quelques entreprises ne puissent plus fonctionner, et le château s'effondre. Les fondations de ce château, c'est l'énergie, qui permet aux machines de produire, mais aussi d'assurer les échanges dans le réseau de production et entre producteurs et consommateurs. Que l'approvisionnement en énergie ne puisse plus se faire partout, et des briques se détachent, des entreprises disparaissent, le château s'écroule de proche en proche dans un chaos de guerres et de famines.

 

L’énergie est le sang et la vie de nos sociétés populeuses ;
du pétrole coule dans leurs veines,
du 220 V court dans leurs nerfs.

L'énergie, les hommes, le réchauffement climatique

L'énergie est vitale, mais elle pose aussi problème : la consommation massive de combustibles fossiles émet d'énormes quantités de CO2 dans l'atmosphère, toujours croissantes.

évolution des émissions de CO2 dans le monde

 

Sources : The Global Carbon Project

Derrière ces émissions de CO2 le réchauffement climatique couvait. Encore imperceptible il y a peu de temps, il se manifeste clairement maintenant, les catastrophes annoncées sont devenues réalité : canicules, sécheresses, ouragans, inondations, etc., toutes dopées au réchauffement climatique.

réchauffement climatique, évolution des températures

 

Source : Température mondiale : les prévisions du Met Office pour 2016 (depuis 1880, projection pour 2016).

 

Il faut réagir, vite, c'est urgent [6-1].

Il est peut-être même déjà trop tard, car l'inertie du système climatique est grande. La durée de vie dans l'atmosphère du principal gaz à effet de serre, le CO2, est de plusieurs dizaines d'années. C'est-à-dire que le réchauffement climatique constaté ce soir ne vient pas du charbon que j'ai brûlé ce matin ; il vient du CO2 qui a déjà été émis depuis des années, qui se trouve encore dans l'atmosphère, en excès.

Si à partir d'aujourd'hui on ne consommait plus un seul gramme d'énergie fossile... l’effet serait le même que lorsqu’un supertanker lancé à pleine vitesse freine de ses supers quatre fers, ou que lorsque le Titanic tentait d'éviter l’iceberg : il n’y aurait pas d’effet ! Pas immédiatement, pas assez vite, trop tard ! Quand il est urgent, il est déjà trop tard. Le Titanic a coulé, et pour les années à venir la messe climatique est déjà dite, les banquises sont cuites, il y aura réchauffement.

... [ ... ] ...

Les chercheurs prévoient une augmentation de + 1,1°C à + 6,4°C d’ici 2 100 [7]. 1 à 6°C, c’est peu? … Il y a 20 000 ans, la température moyenne de la Terre était inférieure de 5°C seulement à ce qu’elle est aujourd’hui… ce qui a suffi pour recouvrir le Nord de l’Europe de 2 à 3 km de glace ! Et si ma température corporelle augmentait de seulement 4°C, je devrais m'en inquiéter sérieusement.

... [ ... ] ...

Peut-on avoir à la fois croissance et progrès social et réduction des émissions de CO2 ? 

L'ombre du réchauffement climatique commande de s'en préoccuper, de s'y opposer si c'est possible, ou de s'y adapter. Ceux qui ont survécu aux glaciations ne sont pas ceux qui ont tenté de s’y opposer, mais ceux qui se sont adaptés en inventant le manteau de fourrure.

Il faut réduire drastiquement les émissions anthropiques de CO2. Idéalement il faudrait consommer moins et remplacer les énergies fossiles par des énergies renouvelables. Mais est-ce possible ? Le réalisme et la sagesse commencent par savoir distinguer entre ce qu’il est possible de changer, et ce qui ne l’est pas.

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre. » (Marc Aurèle - L’empereur-philosophe romain)

La sagesse de Marc Aurèle nous manque ; nous n'avons pas la sagesse de distinguer ce qui peut être changé de ce qui ne peut pas l'être, nous espérons encore pouvoir limiter le changement climatique avec quelques "petits gestes pour sauver la planète", ce qui n'est pas réaliste.

- Parce que nous sommes de plus en plus nombreux.

- Parce que des milliards de Terriens émergent et commencent à consommer, impatients de vivre dignement eux aussi [8].

- Parce que les pays déjà développés, les seuls qui pourraient faire des économies... promettent d'économiser... mais sans aucune réduction de leur train de vie ! Au contraire, ils implorent la croissance, comme des sorciers implorant la pluie.

- Parce que les éventuelles petites économies des petits pays développés ne compensent pas les énormes besoins de développement des énormes pays pauvres et émergents.

- Parce que les énergies renouvelables croissent, mais moins vite que la consommation de combustibles fossiles.

 

Il y aura donc réchauffement climatique. Les effets futurs n'en sont pas encore clairs, on l'a vu, mais dans le doute nous avons commencé petit à petit à nous en préoccuper. Évidemment nous appliquons la recette verte, celle qui est proposée partout, imposée par le tout-puissant lobby idéologique vert comme si elle était la seule possible : une sortie du nucléaire, une grosse louche d'énergies renouvelables, une petite cuillère d'économies d’énergie, une pincée d'économie circulaire, un train de vie différent mais pas moins de train de vie – et voilà ! L'avenir sera rose quand il sera vert. La recette est présentée avec une telle assurance, avec tant de "verdeur", que nous sommes tentés de l'acheter sans garantie.

Mais… si ça ne marche pas, où est le service de réclamation, quel est le numéro vert des Verts ?

Et surtout : sera-t-il encore temps d'essayer une autre recette ?

La recette a l'apparence d'être bonne puisque la presse rapporte d'innombrables succès – des économies d'énergie ici, une initiative locale innovante là, consommation locale, tri des déchets, éoliennes dans le vent, efficacité énergétique des moteurs, etc.

Mais ce battage médiatique autour d'expériences locales et d'actions de second ordre [9], même nombreuses, masque un échec global : la même presse rapporte presque tous les jours maintenant les effets dévastateurs d'un réchauffement climatique global déjà engagé : sécheresses, canicules, inondations, incendies et ouragans catastrophiques... et les émissions de CO2 continuent à augmenter. Manifestement la recette ne fonctionne pas.

Les écologistes ont fait depuis longtemps le bon diagnostic :

il y aura réchauffement climatique.

Mais leur ordonnance ne guérit pas.

Le mal progresse.

La fracture planétaire

Entre d'autres raisons que nous verrons plus loin, l'ordonnance ne fonctionne pas car elle ne tient pas compte de la fracture planétaire qui sépare cinq milliards de personnes dans les pays pauvres et émergents d'un côté, et deux milliards de développés d'un autre côté. Les uns consomment trop, les autres pas assez, pas encore assez. On ne peut pas prescrire le même régime aux uns et aux autres, c'est même le contraire, diète pour les uns, alimentation enrichie et vitaminée pour les autres.

Le fameux protocole de Kyoto (décembre 1997) demandait une réduction des émissions de CO2, c'était une bonne idée. Toutefois il le demandait seulement aux pays développés, c'était une autre bonne idée – on n’avait tout de même pas eu le mauvais goût de demander aux pauvres de rester pauvres et de ne pas se développer.

Le problème est que ces bonnes idées, toutes bonnes une par une, se télescopent. Comment réduire les émissions de CO2 quand cinq milliards de pauvres et émergents doivent se développer ? C'est la quadrature du cercle des bonnes idées.

« Le train de l'humanité et son panache de CO2, mais aussi le nombre de ses voyageurs qui augmente de 1,5 million d'âmes chaque semaine, accélère sa course. Depuis l'an 2000, les émissions de gaz à effet de serre par rapport à la décennie précédente ont triplé : de 1 % chaque année à 3,4 %. […]
Il s'agit de freiner en quelques minutes un train qui fonce vers l'abîme tout en changeant en pleine course le moteur et le carburant de la locomotive, mais aussi en improvisant de nouveaux brevets et des technologies alternatives. Le tout en convainquant les passagers confortablement installés sur leurs sièges que ce chambardement à froid est pour leur bien ! » « Des passagers qui ont encore la tête ailleurs, du côté de la crise économique et du chômage. » (Rendez-vous avec la planète - Le Nouvel Observateur, semaine du 03 décembre 2009, par Daniel Cohn-Bendit, Guillaume Malaurie, Vincent Jauvert)

Le maximum syndical

La plupart des conducteurs de locomotive ont bien compris qu'il y a un problème, qu’il n’est pas possible d’avoir le beurre et l'argent du beurre, d'avoir à la fois, croissance et progrès social et réduction des émissions de CO2. Mais il faut beaucoup de courage pour l'annoncer aux passagers du train ! D'autant plus qu'il faut aussi leur demander de payer d'avance, de débourser dès aujourd'hui l'argent du beurre de demain, ou même d'un beurre qu'ils ne verront jamais, qui n'arrivera qu'au-delà de leur espérance de vie, seuls leurs petits-enfants le goûteront.

Les passagers de première classe – ils sont deux milliards, seulement, essentiellement dans les pays développés – ont bien compris eux aussi qu'il y a un problème, mais ils demandent au chauffeur (au gouvernement) de s'en occuper, qu'il s'en débrouille ; eux-mêmes sont héroïquement prêts à faire leur part du travail, ils sont prêts à aller jusqu'au maximum syndical écologique, qui est, comme chacun sait, de fermer le robinet lorsqu’on se brosse les dents. (Voir Peut-on échapper au réchauffement climatique ? Que peuvent les gouvernements ? Que pouvons-nous ?)

Quant aux passagers de troisième classe – ils sont bien plus nombreux, cinq milliards, dans les pays qui émergent – ils s'activent avec une formidable énergie juvénile pour monter en seconde classe. La préoccupation des passagers des pays émergents est d'émerger, elle n'est pas de réduire les émissions de CO2.

 



[1] Jules César aurait ramené un million d’esclaves de la Gaule conquise, réalisant ainsi une superbe opération commerciale.
Après la chute de Jérusalem et la fin de l’aventure franque en terre sainte, on déplora un effondrement, un krach du cours du chrétien. « L’homme, la femme et les enfants, dit le Livre des deux jardins, se vendirent à la criée en un seul lot. Le taux d’un prisonnier tomba à trois dinars à Damas. La dépréciation était telle qu’un fakir put échanger un captif contre une paire de sandales. »
[2] Les esclaves étaient une énergie potentiellement renouvelable... l’Empire romain interdit de les castrer – c'était le minimum. Il inventa également les premières lois sur les économies d’énergie en interdisant de (trop) les maltraiter.
[5] « Philippe, toujours auguste, retenu alors quelques temps à Paris par les affaires de l'État, s'approcha d'une des fenêtres de son palais, où il se mettait ordinairement pour se distraire par la vue du cours de la Seine. Des chariots qui traversaient, en ce moment la Cité, ayant remué la boue, il s'en exhala une telle puanteur que le roi ne put y tenir. Dès lors, il forma le projet d'un travail bien ardu, mais nécessaire, et qu'aucun de ses prédécesseurs n'avait osé entreprendre, à cause des grands frais et des difficultés que présentaient son exécution ; il convoqua les bourgeois et le prévôt de Paris, et, en vertu de son autorité royale, il leur ordonna de faire paver toutes les rues et places de la ville, avec de fortes et dures pierres. » (Chronique de l'abbaye de Saint-Denis)
[6] L'interdiction de l'esclavage est très récente : depuis 1848 dans les colonies françaises.
[6-0] Les baleines ont été sauvées lorsque le gaz a remplacé l'huile de baleine pour l'éclairage. Naturellement, la nouveauté du gaz suscitait des craintes à l'époque, comme toujours les nouveautés ont suscité des craintes ; il est intéressant de savoir que la crainte était alors... d'une diminution de la chasse de la baleine : « L'éclairage par le gaz est aujourd'hui répandu à un tel point en Angleterre, pour les rues, les boutiques, les ateliers, les spectacles, les fabriques et les temples, que l'on a craint que cette invention, en diminuant l'usage de l'huile de baleine, ne nuisît aux pêcheries anglaises. » (Journal des savans (sic) - janvier 1817)
[6-1] Version Jacques Chirac : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. »
Version Nicolas Hulot : « La planète est en train de devenir une étuve. »
Version Emmanuel Macron : « On est en train de perdre la bataille. » [ contre le réchauffement climatique] - « On ne va pas assez vite. »
[7] La fourchette est large car elle dépend d'incertitudes techniques, et surtout d'incertitudes sur la capacité des hommes à changer de comportement. (Voir Économiser, partager, consommer autrement, ne suffit pas !
[8] Un exemple terre à terre de ce qu'il y a à faire :
« Dès son arrivée au pouvoir en mai 2014, M. Modi, nouveau premier ministre de l'Inde, avait fait de cet enjeu sanitaire l’une de ses priorités, promettant que tous les foyers indiens seraient dotés de toilettes d’ici à la fin de son mandat en 2019. On estime que plus de 550 millions de personnes, soit près de la moitié de la population, pratiquent la défécation en plein air dans le pays, entraînant des problèmes de santé. » (L’« Inde propre », un défi sanitaire loin d’être gagné - journal Le Monde, 2016)
[9] Le tri des déchets de notre consommation est évidemment de second ordre par rapport à notre consommation globale. Le gaspillage des emballages est de second ordre par rapport à ce qu'ils emballent. L'achat local de quelques légumes est évidemment de secon ordre par rapport à notre consommation globale. Et tout cela ne concerne qu'une partie de l'humanité, de second ordre maintenant, les pays développés.

 

 
 
facebook

accueil pour écologie réaliste, urgence alimentaire, urgence énergétique   facebook


Les pages de ce site s'inspirent du livre :
Une écologie réaliste

Par Pierre Yves Morvan-Ameslon

Versions numériques :
Amazon Kindle
Epub

écologie, réchauffement climatique, ogm, biologique


contact



 

Feuilleter quelques autres pages écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm.

 

Le facteur humain

Surpopulation et surconsommation épuisent les ressources
Il y a toujours eu surpopulation.
La population mondiale augmente encore, mais devrait plafonner.
Parce que les hommes ont inventé des mécanismes pour enrayer le lapinisme.

La croissance durable… une grenouille plus grosse que la planète
Une croissance, même durable, c'est laisser à nos enfants une planète sans ressources, mines et puits vides, forêts rasées.
Il faut de la sobriété.
L'éducation, la prise de conscience, sont des illusions.

Il faudrait consommer moins, mais la sobriété n'est pas naturelle.
Il faudrait consommer moins, être sobres.
Mais la sobriété n'est pas naturelle.
L'évolution a fait de nous des éternels insatisfaits, nous désirons à nouveau autre chose dès qu'un désir est satisfait.
Peut-on avoir une société sobre sans décroissance ni chômage?

Économiser, partager, consommer autrement, ne suffit pas !
Les économies n'existent pas !
Que faire du pouvoir d'achat ainsi économisé ?
Il sera dépensé tôt ou tard.

Les petits gestes pour sauver la planète
... Ont de petits effets !

Réchauffement climatique, énergies renouvelables, économies d'énergie...

Peut-on échapper au réchauffement climatique ?
Les émissions de CO2 croissent.
Les gouvernements peuvent-ils changer les choses, ou nous-mêmes ?
Le CO2 demain viendra surtout des pays émergents.

Énergie, réchauffement climatique et croissance
Peut-on réduire le réchauffement climatique, et demander de la croissance, et répondre aux besoins d'énergie et de développement des pays pauvres et émergents?

La voiture électrique est-elle un bon cheval?
La voiture électrique : le CO2 vient de la centrale électrique.
En France, grâce à son électricité nucléaire bas carbone, une voiture électrique moyenne économise du CO2. Pas en Allemagne.
On a raison de soutenir la voiture électrique en France. À condition d'être cohérent en soutenant aussi la production électrique nucléaire.

Énergie, transition énergétique, énergies renouvelables, sortir du nucléaire, charbon...

La transition énergétique : sortir du réchauffement climatique, ou sortir du nucléaire ?
Quelle est la priorité ?
Peut-on sortir du nucléaire et en même temps sortir du réchauffement climatique ?
L'échec de la transition énergétique en Allemagne : les émissions de CO2 ne baissent pas.

Les énergies renouvelables peuvent-elles remplacer les énergies fossiles à elles seules ?
Les énergies renouvelables croissent...
... mais moins vite que la demande d'énergie !
C'est pourquoi la consommation d'énergies fossiles augmente encore.

Les énergies renouvelables peuvent-elles fournir un mix électrique 100% renouvelable ?
Avec quelles contraintes pour l'environnement ?
Avec quelles contraintes pour les consommateurs ?

Les énergies renouvelables sont coûteuses,
elles doivent être subventionnées.

Le vent et le soleil sont gratuits...
... mais l'électricité de vent et de soleil doit être subventionnée.

L'énergie de demain
Y a-t-il une vie après le pétrole ?
Oui, il restera encore du charbon.
Et le peu dont sont capables les énergies renouvelables.

Dangers des énergies, renouvelables, nucléaire, charbon...
Le nucléaire est dangereux... à peu près autant que les énergies renouvelables, accidents nucléaires inclus.
... et moins dangereux que le feu de bois !

Les déchets nucléaires ? ... Le vrai problème c'est le déchet CO2
Les pires déchets ne sont pas les déchets nucléaires, ce sont les milliards de tonnes de CO2 relâchées dans l'atmosphère, cause du réchauffement climatique.

Urgence alimentaire, agriculture bio, pesticides, OGM...

L'agriculture biologique pourrait-elle nourrir toute l'humanité à venir ? ?
L'agriculture bio, de faible rendement, nécessite beaucoup de terre.
Mais la terre manque.
L'agriculture bio pourrait-elle nourrir toute l'humanité ?
  Oui.
L'agriculture bio peut-elle nourrir toute l'humanité sans conditions et sans déforestation ?
  Non.

Pour nourrir les hommes et sauver la forêt il faut augmenter les rendements agricoles.
La population augmente... il faut produire plus de nourriture.
Mais la terre agricole rétrécit, mangée par l'asphalte et le béton.
Il faut donc créer des variétés plus performantes et augmenter les rendements agricoles...
Sinon il faudra piocher de nouvelles terres dans ce qui reste de forêt tropicale.
C'est déjà commencé.

L'agriculture biologique utilise des pesticides
Le pyrèthre, pesticide bio, est dangereux pour les utilisateurs, pour la faune aquatique, pour la faune terrestre, pour les abeilles...
... Qui dit pire ?

Les pesticides sont dangereux, mais présentent peu de risques.
Ils présentent moins de risque que la sédentarité.
Ils sont nécessaires pour nourrir le monde.
Les agriculteurs, qui sont mille fois plus exposés aux pesticides que les simples consommateurs, ont globalement une espérance de vie supérieure à la moyenne du fait d’une sous-mortalité par cancer en général…

Les OGM Bt réduisent l'utilisation des insecticides...
Veut-on moins d'insecticides ? Alors il faut être réaliste et développer les OGM Bt.
Veut-on protéger les abeilles et la biodiversité ? Alors il faut être réaliste et développer les OGM Bt.

La viande rouge n'est pas verte
La planète pourrait peut-être nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-no-gaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graines et de peu de viande. Mais ces hommes-là n'existent pas.
Il faut faire avec ce qu'on a sous la main, les hommes tels-qu'ils-sont

Agriculture bio et biocarburants
Choisir plus de bio, plus de biocarburants,
qui consomment plus de terre,
c'est choisir moins d'espaces verts, moins de forêts, et plus de difficultés pour nourrir toute l'humanité.

OGM, des variétés naturelles comme les autres, en mieux
Les nouvelles variétés "naturelles" contiennent naturellement des pesticides naturels.
Les nouvelles variétés dites "naturelles" contiennent des gènes inconnus, aux effets inconnus.
... Mais enfin, les OGM vinrent !

Lobbying, désinformation, préjugés...

Greenpeace, une multinationale du lobbying
Le lobbying économique existe, mais aussi le lobbying idéologique.

"OGM j'en veux pas", une nouvelle religion ?

Le mythe du naturel...
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose...

Le mythe du "bon" vieux temps
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose... 
C'était le temps des disettes, famines, de la mort infantile, d'une espérance de vie courte.

Qui veut troquer un seul aujourd'hui contre deux hier ?
Avons-nous perdu au change ?

La nature et les hommes
Le mythe du bon sauvage respectueux de la nature.

Le mythe du naturel...
La nature invente virus et épidémies ; l'homme invente les vaccins.
La nature invente les ravageurs des cultures ; l'homme invente les pesticides.




 

liens externes pour ce sujet 

Sauvons le climat
Manicore, Jean-Marc Jancovici

comments powered by Disqus

 

Mise à jour : 30 juin 2020