Retour à la page d'accueil : écologie, réchauffement climatique, urgence alimentaire, urgence énergétique   

 

 

 

 

 

 

 

 

Écologie
Réchauffement climatique


C'est urgent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

Émissions de CO2 et réchauffement climatique : bilan et perspectives

Réchauffement climatique - perspectives

Quel est le numéro vert des Verts ?

Nous luttons contre les émissions de CO2 depuis des dizaines d'années. Nous avons obtenu quelques succès : quelques économies d'énergie (dans les pays développés seulement, évidemment !), le tri des déchets, les éoliennes qui sont dans le vent et poussent comme des champignons, l'efficacité énergétique des moteurs qui s'améliore...

Ces succès font croire que nous sommes sur la bonne voie. Pour vaincre le défi énergétique et le changement climatique il "suffirait" d'appliquer la bonne recette verte : une louche d'énergies renouvelables, une cuillère d'économies d’énergie et de consommation, touillez avec énergie – renouvelable évidemment – et voilà ! L'avenir sera rose à condition qu'il soit vert. Les Verts nous présentent leur recette avec un tel talent de vendeur, avec une telle assurance, que nous sommes tentés de l'acheter sans garantie. Mais… si ça ne marche pas, où est le service de réclamation, quel est le numéro vert des Verts ? Et surtout : sera-t-il encore temps ?

En réalité on sait déjà que la recette ne fonctionne pas, les émissions de CO2 augmentent, pour toutes les raisons que nous avons vues tout au long des chapitres précédents, et particulièrement en raison des énormes besoins de développement des énormes pays pauvres et émergents. Ces pays n'ont pas d'énergie à économiser – ni rien d'autre d'ailleurs... ils manquent de presque tout !

La préoccupation de la plupart des pays émergents est d'émerger ;
la lutte contre le réchauffement climatique n'est pas en première page de leurs agendas [01].

 

Cela signifie que la lutte contre le réchauffement climatique repose essentiellement sur les épaules des pays développés. Ont-ils les épaules assez larges ? Peuvent-ils sauver la planète à eux seuls, en devenant raisonnables, en consommant moins, en faisant des économies d'énergie ? Hélas, non, c'est la mère des illusions.
Parce que les pays développés sont maintenant peu de chose, peu peuplés, ils ne sont plus le nombril de la planète – et la gare de Perpignan n’est plus le centre du monde. Le graphique ci-dessous illustre l’extraordinaire décalage entre un petit pays comme la France et les formidables appétits des énormes pays émergents :

 

émissions CO2, France, Chine

 

D’après : COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE,

Les émissions de CO2 liées à la combustion d’énergie dans le monde en 2008, Chiffres & statistiques n° 175 Décembre 2010

 

• En une seule année 2008, l’augmentation des émissions de CO2 de la Chine a dépassé les émissions totales de la France !

• Pendant que les petits pays développés économisent petitement, ou même pas du tout, les énormes pays en développement... se développent énormément.

L'avenir de la planète ne se joue pas rue de Grenelle, il se joue à Pékin, New Delhi, Le Caire, Rio De Janeiro…

On avait vendu aux Français l’illusion qu'ils étaient les super-héros verts du Grenelle de l’environnement, que le coq gaulois allait sauver, à lui seul, son petit village de l’empire du dragon CO2. Le diagramme précédent permet de comprendre pourquoi la Chine en rigole encore ! Le changement climatique doit être traité à l'échelle de la planète entière, il ne suffit pas de jouer perso dans un coin de la rue de Grenelle ; aucune ligne Maginot n'arrêtera le CO2 à la frontière.

 

Le diagramme suivant montre les évolutions passées et prévisibles des émissions de CO2  :

évolution des émissions de CO2 dans le monde, réchauffement climatique, CO2, pays développés, OCDE France, Chine

 

D'après International Energy Outlook 2013" et OECD Factbook 2011-2012.

 

 

• OCDE = "Organisation de Coopération et de Développement Économique", qui regroupe la plupart des pays développés.

• Les deux courbes de tendance mettent en évidence les évolutions différentes des pays développés (les pays de l'OCDE) et des pays émergents.

- La croissance des émissions de CO2 des pays émergents est spectaculaire, comme on doit s'y attendre.

- Les émissions de CO2 des pays développés ont tendance à ne presque plus augmenter [02].

Peut-on échapper au réchauffement climatique ?

Le diagramme précédant montre que globalement les émissions de CO2 continuent à augmenter ; à peine auraient-elles peut-être tendance à augmenter moins vite. Est-ce suffisant pour échapper au réchauffement climatique ? Pour le WEO il s'en faut de beaucoup :

" Les objectifs de l'Accord de Paris exigent non seulement un ralentissement de la croissance [des émissions de CO2], mais un pic, le plus tôt possible, puis une baisse des émissions jusqu'à annulation à la fin du siècle ". (WEO 2016 Factsheet - WEO 2016 Presentation).

Il faudrait une baisse des émissions de CO2 ! La barre horizontale fléchée sur le diagramme précédent indique la limite d'émission mondiale à laquelle il faudrait revenir en 2035 pour contenir la hausse des températures à 2°C seulement, selon les modèles climatiques (WEO 2011, factsheet).

• Cette limite est déjà dépassée par l'ensemble de la planète.

• Cette limite sera très bientôt dépassée par les seuls pays émergents.

 

 

Le diagramme suivant illustre les résultats des modèles climatiques (WEO 2016 Presentation) :

émissions de CO2 dans le monde, réchauffement climatique, CO2

 

 

• "Central scenario" : ce qui risque de se passer.

• "2°C scenario" : ce qu'il faudrait qu'il se passe pour limiter le réchauffement climatique à 2°C.

• L'écart entre ce qui risque de se passer et ce qui serait nécessaire croît.

 

Il y aura donc très probablement réchauffement climatique au-delà de 2°C.

► Penser à ajouter "gilet de sauvetage" sur sa prochaine liste de courses.

Pour limiter le réchauffement climatique il ne suffit pas de stabiliser les émissions actuelles de CO2.
Il faut beaucoup plus, il faut parvenir à une annulation des émissions.

Il faut une énorme dose d'optimisme, ou d'aveuglement, pour espérer encore limiter le réchauffement climatique à 2°C. Les alertes se répètent d'année en année, de plus en plus pressantes.

" Les engagements actuels ne permettent pas de limiter l'augmentation de température à moins de 2°C " (WEO 2016 Presentation)

« Climat : les promesses des Etats ne juguleront pas le réchauffement - Le rapport annuel du Programme des Nations Unies pour l’Environnement pointe l’écart "catastrophique" entre les promesses nationales de limitation des émissions de gaz à effet de serre et l’objectif affiché de cantonner le réchauffement climatique sous la barre des 2°C » (Journal Sud Ouest - à propos du rapport du PNUD octobre 2017)

 

 

Réchauffement climatique droit devant !

La fracture planétaire

Les diagrammes précédents mettent en évidence une réalité redoutable :

Même si la France, même si l'ensemble des pays développés ne vivaient plus que de vent et d’eau fraîche, le réchauffement global serait quand même supérieur à 2°C !

Nous sommes maintenant conscients que les économies d'énergie et de consommation sont nécessaires – dans les pays développés ; mais ces diagrammes montrent qu'elles ne suffisent pas ! Et de cela nous ne sommes pas encore conscients. Elles ne suffisent pas parce que le CO2 de demain ne viendra pas principalement de la minorité de privilégiés (deux milliards seulement), ceux qui ont deux ou trois appareils de télévision par foyer.

le CO2 de demain viendra surtout, de plus en plus, de la multitude de ceux qui ont encore peu, qui n'ont pas encore de télévision, ni même l'électricité.
Parce que tôt ou tard ils auront l’une et l’autre.

On connaît la rengaine "Si chaque Terrien émettait autant de CO2 qu'un Américain, ce serait une catastrophe." (Ça marche aussi avec "Français" ou "Allemand"...)
Ce qui se passe dans la réalité est que chaque Chinois (ça marche aussi avec "Africain", ou "Sud-américain"...), rêve de pouvoir vivre dignement et de consommer autant ou presque qu'un Américain. Et on ne connaît pas beaucoup d'Américains rêvant de consommer comme un Chinois. On se dirige donc, sans "si" ni conditionnel, vers : "Chaque Terrien émettra autant de CO2 qu'un Américain, ce sera une catastrophe".
En fait non : la catastrophe aura lieu avant, par manque de ressources.

La marche vers la catastrophe est illustrée par ce diagramme :

émissions de CO2 dans le monde, réchauffement climatique, CO2

 

 

D'après Key world energy statistics 2017

Mais les pays développés sont myopes, ils ne voient clairement que leur petit cercle proche, leur petit pays développé, avec les énormes pays émergents dans le flou au loin. C'est pourquoi ils conçoivent des solutions pour leur petit cercle proche, avec la faiblesse d'imagination de croire qu'elles conviendraient de la même façon à ce flou lointain. Marie-Antoinette manquait d'imagination en croyant que le peuple dans son flou lointain pouvait s'offrir des solutions de reine, "si vous n'avez pas de pain, mangez donc de la brioche" ; nous, les pays développés, nous sommes Marie-Antoinette, nous manquons d'imagination en croyant que tous les peuples dans notre flou lointain peuvent s'offrir des solutions de pays développés. Par exemple, la Chine, le plus gros émetteur de CO2 :

Économiser, consommer moins ? C'est possible... pour les pays développés [03].
Mais en Chine ? Des populations entières en Chine n’ont rien à économiser ; elles sont au contraire avides de se développer et de vivre dignement elles aussi.

 

Améliorer l’efficacité énergétique des machines à laver le linge ? Mais des centaines de millions de Chinois n’ont pas – pas encore – de machines à laver le linge ; à peine ont-ils une chemise à mettre dedans.

 

Rouler à vélo plutôt que prendre la voiture ? Mais des centaines de millions de Chinois n’ont pas – pas encore – de voiture, à peine ont-ils un vélo.

 

Changer de voiture pour une voiture plus moderne, moins gourmande en énergie ? Voir ci-dessus.

 

Utiliser des voitures électriques ? Voir ci-dessus. En outre, l'électricité chinoise est très charbonneuse et très polluante, de sorte qu'une voiture électrique en Chine est au moins aussi polluante qu'une voiture thermique.

 

Développer le covoiturage ? Voir ci-dessus. En Chine il faudrait d'abord développer le cocyclilettage, et subventionner les tandems.

 

Manger bio ? Mais le bio nécessite plus de terres, c'est un gaspillage d'une denrée de plus en plus rare, la terre. La chine manque de terre : elle dispose d'environ 10% des terres arables mondiales, pour nourrir 20% de la population mondiale. Alors, elle achète ou loue des terres, là où c'est encore possible, en Afrique, en Amérique du Sud... Pour nourrir les Chinois, pas pour faire du bio.

 

Ne pas utiliser de mouchoirs jetables ? Mais la plupart des Chinois ont un pouce qui fonctionne très bien [1].

 

Manger moins de viande ? Mais des centaines de millions de Chinois n’en mangent presque pas – pas encore.

 

Construire des éoliennes ? Mais la Chine est déjà championne du monde de l'éolien…

 

Construire des barrages ? Mais la Chine vient de construire le barrage des Trois-Gorges, le plus puissant du monde, et a d’autres projets ambitieux.

 

Sortir du nucléaire ? Mais la Chine, qui inaugure une nouvelle centrale au charbon chaque semaine, a surtout besoin de sortir du charbon. La construction de 34 réacteurs nucléaires a été approuvée, 26 sont en chantier.

 

Six milliards de Chinois, d’Indiens, d’Africains, de Latino-américains, etc., s'activent pour avoir bientôt une machine à laver le linge, et aussi des chemises à mettre dedans, et un jour une voiture. Les pays développés ont fait la pluie et le beau temps depuis le début de la révolution industrielle [2]. Mais maintenant, s'ils peuvent encore faire la pluie, ils ne peuvent plus faire le beau temps à eux seuls, ils sont trop peu peuplés face aux milliards de nouveaux consommateurs des pays émergents :

 

évolution des émissions de CO2 dans le monde

 

 

D’après le COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE, Chiffres & statistiques n° 175 Décembre 2010.

 

Lorsqu'ils mouraient de faim, lorsqu'ils n'avaient qu'une chemise déchirée et délavée, on les ignorait ; eh bien ! maintenant ils peuvent acheter une nouvelle chemise toute neuve. Ils allaient à pied et rêvaient d’avoir un petit vélo, eh bien ! maintenant ils peuvent acheter ce vélo. Peut-être même un jour achèteront-ils une voiture… des milliards de tuyaux d'échappement ! Il s’est vendu 18 millions de véhicules en Chine en 2010, dont 13,76 millions de voitures de tourisme, 32 % de plus qu’en 2009 ; la Chine est maintenant le premier marché automobile du monde, devant les États-Unis.

 

 

émissions de CO2 dans le monde

 

 

Sources :
Chine, premier marché automobile mondial
Evolution disparate des marches automobiles de la zone euro en 2011

 

 

• Un nouveau fleuve est né au XXIe siècle, même s’il ne figure pas sur les cartes de géographie : un énorme fleuve de pétrole, qui coule vers la Chine.

Y a-t-il un plan B pour la planète ?

Les pays émergents... émergent ; ils nous enlèvent maintenant le pétrole de la bouche, le pain aussi, il va falloir tout partager, dans la joie et la bonne humeur. Chaque Chinois consomme encore peu. Mais par le nombre, la Chine est maintenant le premier consommateur mondial de céréales, de viande, de charbon, d’acier, et depuis 2007 elle est le premier pays émetteur de CO2 sur la planète [3].
Il faudrait résoudre la quadrature du cercle : réduire les émissions de CO2 alors même que des milliards de Terriens doivent se développer pour pouvoir vivre dignement eux aussi. Le plan de développement que les pays maintenant développés ont exploité sans retenue depuis les débuts de l'ère industrielle était de puiser dans les énergies abondantes les moins chères – les énergies fossiles. Les pays émergents suivent l'exemple. Qui oserait leur faire la leçon du haut de son 4X4, pour leur dire qu’à cause de leurs petits vélos, à cause de leurs chemises neuves, à cause de leur portion de viande, la planète est en danger ?

Il faudrait rapidement passer au plan B, remplacer massivement les énergies fossiles par des énergies bas-carbone capables de produire massivement sans intermittence. Les nouvelles énergies renouvelables, éolien, photovoltaïque, etc., qui sont intermittentes et incapables de produire massivement, ne suffisent pas. La transition énergétique ratée en cours en Allemagne le démontre : même à flots de milliards les énergies renouvelables ne réduisent pas les émissions de CO2 de l'Allemagne.

Les nouvelles énergies renouvelables ne peuvent pas être le plan B à elles seules.

 

 



[01] La Chine commence à faire exception.
[02] La "vertu écologique" des pays développés vient en partie du fait qu'ils ont délocalisé une partie de leur production vers "l'usine du monde", la Chine, plus généralement vers les pays émergents.
[03] En théorie ; la pratique étant le penchant de la nature humaine à vouloir toujours plus.
[1] « Un gentilhomme français se mouchait toujours de sa main ; chose très ennemie de nos usages. Défendant là-dessus son fait (et était fameux en bonnes rencontres) il me demanda quel privilège avait ce sale excrément que nous allassions lui apprêtant un beau linge délicat à le recevoir, et puis, qui plus est, à l'empaqueter et serrer soigneusement sur nous ; que cela devait faire plus de horreur et de mal au cœur, que de le voir verser où que ce fût, comme nous faisons tous autres excréments. Je trouvai qu'il ne parlait pas du tout sans raison ; et m'avait la coutume ôté l'apercevance de cette étrangeté, laquelle pourtant nous trouvons si hideuse quand elle est récitée d'un autre pays. » (Montaigne, Essais XXXIII)
[2] Il fut une fois la révolution ; en 1789, évidemment.
Mais il fut une fois une autre révolution, en 1769 : lorsque James Watt fit tourner son moteur à vapeur.
Notre monde est héritier de ces deux révolutions.
[3] Sachant que les pays développés sont en partie responsables du mauvais bilan vert des pays émergents ; ils se sont acheté une vertu écologique en délocalisant leurs usines, se lavant ainsi les mains de leur pollution et de leur CO2…

Que la planète bleue soit verte, c'est urgent !

Oui, mais les recettes vertes ne suffiront pas.
► Le réchauffement climatique, c'est déjà commencé, c'est urgent.
   Mais les énergies renouvelables ne suffiront pas.
► Le défi alimentaire pour nourrir les sept milliards de Terriens que nous sommes déjà, les neuf milliards que nous serons bientôt, c'est urgent.
   Mais l'agriculture biologique ne suffira pas.


Par Pierre Yves Morvan-Ameslon
Écolo sensible, mais pas écolo-rêveur.
facebook


Les pages de ce site s'inspirent du livre :
Écologie - Réchauffement climatique - c'est urgent !

Également en version numérique Kindle ou EPUB (Kobo)

écologie, réchauffement climatique, ogm, biologique

Le livre "Changement climatique - Transition énergétique  : C'est urgent !" est le sous-ensemble du livre complet qui traite du problème du réchauffement climatique.


Du même auteur :

Dieu est-il un gaucher qui joue aux dés ?
Histoire drôle, mais vraie, de la découverte de l’univers, et des environs

Éditions l’Harmattan.
ISBN : 2-7475-2507-4 • 2002 • 512 pages
Découverte de l'univers... et des environs


contact



 

Feuilleter quelques pages écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm.

 

Petits billets de mise en bouche

Petits billets de mise en bouche

Surpopulation - croissance / décroissance...

Surpopulation - Nourrir l'humanité - Malthus
La surpopulation dépend aussi des techniques disponibles, et de leur acceptation.

La croissance durable… une grenouille plus grosse que la planète
Tout est dans le titre

Réchauffement climatique, énergies renouvelables, économies d'énergie...

Émissions de CO2 et réchauffement climatique : bilan et perspectives
Bilan : les émissions de CO2 augmentent.
Perspectives : les émissions de CO2 augmentent.

L'irrésistible croissance des émissions de CO2
"Quand il est urgent, c'est déjà trop tard" (Talleyrand)

Les économies n'existent pas.
"Économiser" signifie "différer une dépense".
Mais la dépense se fera, tôt ou tard.

Les petits gestes pour sauver la planète ... Ont de petits effets !

La voiture électrique marche aussi au charbon !
… Sauf en France où l'électricité est principalement nucléaire.
Mais 68% de l'électricité mondiale proviennent d'énergies fossiles.

Énergie, transition énergétique, énergies renouvelables, sortir du nucléaire, charbon...

Peut-on sortir du nucléaire, et en même temps, sortir du réchauffement climatique ?
La transition énergétique ratée de l'Allemagne démontre que non.

La transition énergétique ; moins de nucléaire contre plus de CO2 ?
L'Allemagne utilise moins d'énergies renouvelables et émet plus de CO2 que la France.

La transition énergétique ratée de l'Allemagne
"Aurait dû mieux faire".

Les nouvelles énergies renouvelables ont-elles la capacité de produire 100 % de l'électricité en France ?
Avec quelles contraintes pour les consommateurs ?
Pour quel bénéfice en réchauffement climatique ?

Les énergies renouvelables progressent... moins vite que la consommation d’énergies fossiles !
Les énergies renouvelables progressent.
Mais les énormes pays émergents ont d'énormes besoins d'énergie.
Ce sont les énergies fossiles qui croissent le plus en valeurs absolues.

L'énergie de demain
Y a-t-il une vie après le pétrole ?
Oui, il restera encore du charbon.
Et le peu dont sont capables les énergies renouvelables.

Dangers des énergies, charbon, nucléaire
Pollution et dangers des centrales au charbon, par particules fines et CO2, sont plus importants que pollution et dangers de l'énergie nucléaire.

Déchets nucléaires, déchets toxiques, déchet CO2
LE déchet, l'ennemi public No1, c'est le déchet CO2.
Le déchet CO2 se déverse dans l'égout du CO2 ;
l'égout du CO2, c'est l'atmosphère.
Les déchets ne sont pas là où l'on croit.

Urgence alimentaire, agriculture bio, pesticides, OGM...

L'agriculture bio peut-elle nourrir l'humanité ? 
Les famines étaient nombreuses autrefois, quand tout le monde mangeait bio. 

Les pesticides bio... des armes chimiques 100 % bio ! 
Sur des étiquettes de pesticides bio :
  Produit "irritant", "nocif", "toxique"... !
  "Ne pas traiter en présence des abeilles"
  "Ce produit peut porter atteinte à la faune auxiliaire"

Les dangers - ou non - des pesticides.
Les agriculteurs, qui manipulent des pesticides à longueur de jour, ont une plus grande espérance de vie et moins de cancers que la population générale.
Les pesticides permettent de nourrir les sept milliards de Terriens que nous sommes déjà, les neuf milliards que nous serons bientôt.

Peut-on réduire de moitié l'utilisation des pesticides ?
Les vœux pieux et les plans du gouvernement se succèdent... mais le recours aux pesticides continue à croître. Parce qu'il faut bien manger.

Les OGM Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides...
Nous voulons moins de pesticides ?
Alors utilisons plus d'OGM Bt !
Nous voulons protéger les abeilles ?
Alors utilisons des OGM Bt !

Nous mangeons trop de viande
La planète pourrait peut-être nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-no-gaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graine.
Mais elle ne peut pas nourrir neuf milliards d'hommes tels qu’ils sont

Agriculture bio et biocarburants
Peut-on vouloir plus de bio, plus de biocarburants, et "en même temps" plus d'espaces verts, de forêts vierges, et nourrir la planète, toute la planète ?
Au secours, Monsieur Freud !

OGM, des variétés naturelles comme les autres, en mieux
Les nouvelles variétés "naturelles" contiennent naturellement des pesticides naturels.
Les nouvelles variétés dites "naturelles" contiennent des gènes inconnus, aux effets inconnus.
... Mais enfin, les OGM vinrent !

Mutagenèse, transgenèse, OGM cachés, TIS

Lobbying, désinformation, préjugés...

Le contre sens sur le lobbying - L'exemple de Greenpeace, une multinationale du lobbying

OGM - Désinformation
La fausse rumeur du suicides des fermiers indiens

"OGM j'en veux pas", une nouvelle religion ?

Mythes et réalité...

Le bon vieux temps - disettes et famines
La planète bleue n'était pas verte, la vie n'était pas rose... 

Pesticides contre famines
Qui veut troquer un seul aujourd'hui contre deux hier ?

Nature, amie ou ennemie ?
Coquetterie et pesticides, même combat.
Pesticides, contraception, OGM riz doré... les hommes font mieux que la nature.

L’argent ne fait pas toujours le bonheur... Mais nous ne sommes pas près de muter en homo-ecologicus-no-gaspillus. 


D'autres textes sur ce blog
 



Présentation rapide

Nous avons un rêve... que la planète bleue soit verte.

Mais la combinaison du nombre des Terriens et de leur prospérité constitue un mélange explosif, et la mèche est allumée ; nous serons bientôt neuf milliards.

Quelques bons sauvages cueillant une poignée de baies dans la forêt, c'est fini. Une poignée de baies, ça va, sept milliards de poignées de baies, bonjour les dégâts ! Le monde change, il ne peut plus être du même Vert d'avant, avec seulement les rayons du soleil pour nous réchauffer, les petits oiseaux pour nous enchanter, des baies bio pour nous régaler. La petite maison dans la prairie c'est le passé à jamais, il faut s'adapter.

S'adapter, c'est ne pas gaspiller les baies, économiser l'énergie, mais cela ne suffit pas ! Il faut aussi inventer de nouvelles techniques pour produire plus de baies, plus d'énergie, pour répondre aux énormes besoins des énormes foules des énormes pays pauvres et émergents.

C'est urgent.

L'agriculture biologique peut-elle produire assez de baies pour nourrir l'humanité, toute l'humanité ?

Les disettes et famines étaient courantes autrefois, quand tout le monde mangeait bio.

L'agriculture biologique, de faible rendement, gaspille la ressource la plus précieuse, la terre. Peut-être faudrait-il taxer cette "externalité négative" ?

Les pesticides ? Les agriculteurs, particulièrement exposés aux pesticides, ont moins de cancers et vivent plus longtemps que la population générale.

Les OGM sont plébiscités par les agriculteurs d'Asie, d'Afrique, des Amériques...

Moins d'insecticides, meilleurs rendements... Un espoir pour les générations futures.

Les énergies renouvelables peuvent-elles être le plan B pour prendre la relève du pétrole et du charbon avant que la planète brûle ?

Les nouvelles énergies renouvelables croissent moins vite que la consommation d'énergies fossiles. Elles ne peuvent pas être le plan B à elles seules.

Quelle est la principale menace ? Est-ce le risque d'un accident nucléaire éventuel, local, ou le réchauffement climatique déjà enclenché, global, catastrophique ?

Ouragans, sécheresses, inondations, etc., c'est déjà commencé, ce n'est que le début.

Il est urgent de cesser de pleurer un mythique "bon" vieux temps qui ne fut jamais bon – et d'affronter les redoutables défis de maintenant ; défi alimentaire, défi énergétique et climatique.



 

 

 

écologie, mythes et réalité, émissions de CO2

comments powered by Disqus

"Vous n'êtes pas inscrit ? Alors clic sur la roue des outils, à droite de la zone des commentaires, et login.

écologie, mythes et réalité, émissions de CO2 des pays émergents

 

Mise à jour : 12 février 2018

Visites depuis le 24 novembre 2012

écologie, mythes et réalité, énergies renouvelables, énergies fossiles

Table des matières du livre

 

Voir la page d'index