Pour une écologie réaliste

Pour vraiment nourrir toute l'humanité à venir
Pour vraiment sortir du réchauffement climatique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ligne bleue

L’illusion de l'homo-ecologicus-no-gaspillus

 

L'homme raisonnable, économe, non gaspilleur, l'homo-ecologicus-nogaspillus, existe-t-il ?

Existera-t-il ?

 

L’argent ne fait pas toujours le bonheur

 

*** [...] ***
Consommer moins ? C'est aussi difficile que s'arrêter de fumer pour un fumeur "accro". Nous sommes accros à la consommation, nous continuons à courir derrière l'argent, à consommer de plus en plus, alors que pourtant nous savons, on nous le répète, ni la consommation ni l’argent ne font le bonheur. Ce n’est pas Diogène en son tonneau qui contredira ; ni Lao-Tseu, qui vers 600 av. J.C. disait déjà : « Celui qui sait se contenter de peu est toujours satisfait. » Ni Épicure qui conseillait d’avoir peu de désirs.
Lucrèce a joliment résumé : « Vivons content de peu car de ce peu jamais il n'y a disette. »
La Fontaine confirmait : « Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux. »
Même les chercheurs le disent. Leurs études mettent en évidence deux résultats.

- D’une part, elles montrent que l’argent, même un peu, aide réellement ceux qui sont démunis de tout.

- Mais elles montrent aussi que pour ceux qui ont déjà satisfait les besoins essentiels – se nourrir, se soigner, se loger, s’habiller, se cultiver, élever et éduquer ses enfants, alors, l’argent ne fait plus le bonheur. Jean-Jacques Rousseau en avait eu une intuition claire : « Quiconque jouit de la santé et ne manque pas du nécessaire […] est assez riche […] Gens à coffres-forts, cherchez donc quelque autre emploi de votre opulence, car pour le plaisir elle n’est bonne à rien. ».

On s’en doutait, maintenant c'est mesuré :

satisfaction, bonheur, richesse, PIB

Source : D'après La croissance rend-elle heureux ? La réponse des données subjectives. - Andrew Clark et Claudia - Senik - École d’Économie de Paris - 2007)

 

L'argent et la satisfaction, c'est une histoire de tapis roulant pris à l'envers ; on croit avancer avec plus d'argent, mais le tapis roulant de nos envies nous ramène sans cesse en arrière. C'est comme la drogue ; plus nous sommes riches, plus nous nous accoutumons, plus nous avons besoin de doses plus fortes. Lorsque nous avons eu la possibilité de satisfaire un désir, rapidement renaît le désir d'une nouvelle dépense.

« Tant que demeure éloigné l'objet de nos désirs, il nous semble supérieur à tout le reste ; est-il à nous que nous désirons autre chose." » (Lucrèce)

Nous sommes shootés à la croissance.

Ermites du désert - ermites de ville

"L'argent fait le bonheur des pauvres." Mais pour les "Gens à coffres-forts" il est inutile de consommer encore plus, ils n'en gagnent aucune satisfaction supplémentaire durable. Ils pourraient même envisager de consommer moins. C'est possible, les moines ermites du désert le font, ces bienheureux qui vivent du vent du sable et de la rosée du matin. Mais ils sont rares aujourd'hui, c'est une espèce en voie de disparition, on n’en rencontre presque plus dans le désert.

La relève existe : les ermites de ville, les écologistes eux-mêmes, les vrais. Leur vocation ne va pas jusqu'à l’ascèse surhumaine de saint François, leur saint patron [2], qui avait épousé « Madame la pauvreté », qui vécut de rien et mourut de jeûne et de privation ; mais ils tentent de vivre eux aussi comme des moines, ou presque. Mais les vrais pratiquants sont eux-aussi une espèce rare, ils sont trop peu nombreux pour changer l'avenir de la planète.

D'autant plus que ces ermites de ville ont un gros problème : convaincre leurs proches, leur conjoint, leurs enfants, leurs ados surtout !, de vivre eux aussi comme des moines – dans la joie et la bonne humeur ; ce n’est pas gagné ! En face il y a la concurrence du téléphone portable, des vêtements de marque, et du deux roues super-génial [3].

Le luxe de l’âge de pierre

Le commun des mortels, lui, n’est pas très sage ; il a toujurs eu des goûts de luxe :
« Ce penchant [vers l'ornement et le luxe] existe. On le trouve dans l’enfance et la jeunesse de l’homme. Il prend une forme très commune, pour ne citer que celle-là, l’amour de la parure. Nous acquérons tous les jours, en fouillant le sol, qui nous découvre des objets destinés à l’ornement aux époques les plus reculées, la preuve que l’enfance et la jeunesse de l’humanité ont connu également le pouvoir de cet instinct. L’âge de la pierre a eu son luxe ! » (Histoire du luxe privé et public depuis l'antiquité jusqu'à nos jours – Baudrillart, Henri, 1821-1892)
On ne connaît qu'une seule exception de peuple ayant méprisé le luxe : les Mongols. L'idéal d’herbe et de vent de Gengis Khan est un vrai manifeste de vrai écologiste :
« Je veux instaurer partout le calme d'un cimetière, ôter les villes du plateau de l'Univers, afin que s'étendent partout des steppes infinies où paîtront les chevaux mongols, où se dresseront des campements silencieux, où les mongoles aux poitrines pleines nourriront de leur lait des enfants forts et joyeux. » [3-1]
Nous ne sommes pas des Mongols, l'argent nous intéresse. Les employés ne cessent de demander des augmentations de salaire, les patrons ne cessent de les refuser. Imaginons que notre patron nous appelle dans son bureau et nous reçoive tout sourire :

- Je vous en prie, Monsieur LeChanceux, asseyez-vous, j'ai une excellente nouvelle à vous annoncer.

- Oui ?

- Je vous annonce que vous allez être augmenté.

- Ah ! Merci patron ; c'est sympa de votre part, mais ce n'est pas la peine ; j’ai justement relu Lucrèce hier soir, il m’a convaincu, je me contente de ce peu dont jamais il n'y a disette."

Le problème, c'est que l'on risque de vexer son patron, ce qui n’est jamais souhaitable. Peut-être même nous demandera-t-il, l’air inquiet, si nous allons bien, si nous ne sommes pas surmenés, si nous n’avons pas besoin d’aller voir un bon médecin… Parce qu’il faut bien le reconnaître, l’idée de refuser un pouvoir d’achat supplémentaire est tout simplement suspecte ; c’est un signe d’anomalie, de dérèglement, de maladie – même si ce n’est pas encore pris en charge par la sécurité sociale. Toutes ces belles paroles, de sages, de saints, de militants… s’appliquent aux sages, aux saints, aux militants, mais pas à l'immense foule du commun des mortels, comme nous. Nous ne sommes pas encore prêts à cocufier saint François, en le trompant avec « Madame la pauvreté », son épouse spirituelle. Nous voulons au contraire être riches, plus riches, et si possible plus riche que le collègue ou le voisin.

« Être heureux, c’est gagner dix dollars de plus que son beau-frère. » [4]. » (Daniel Cohen dans La prospérité du vice)

En effet, c'est beaucoup par comparaison que nous nous sentons plus ou moins pauvres ou riches. Aujourd'hui, dans un pays pauvre, les moyens de communication, la télévision, permettent de se comparer à l'opulence des pays développés aussi lointains qu'ils soient – et pas seulement à son beau-frère et aux voisins dans sa rue qui partagent le même type de vie. Il en résulte une sensation de "pauvreté ressentie" que les statistiques économiques ne connaissent pas.

L'illusion de l’éducation et des règlements

La solution pourrait être l’éducation des jeunes, soupirent tristement ceux qui sont conscients qu’en ce qui concerne les adultes, la bataille est déjà perdue.

[  ...  ]

 



[2] Il faut un saint patron pour toute corporation. Une nouvelle corporation, étant apparue, celle des écologistes, l’Église catholique romaine a donc très naturellement entrepris de désigner un saint patron de l’écologie. Naturellement, parmi les nominés il y avait saint François d’Assise, celui qui parlait aux oiseaux et aux loups. 
Il y avait également Harpagon, celui qui faisait beaucoup d’économies.
  Et le gagnant est … (suspense…)   Saint François d’Assise ! ! ! (Applaudissements) 
En 1979, Jean Paul II proclama saint François d’Assise patron céleste des écologistes.
[3] Les ados ! Ce fut le grand problème d’Harpagon, champion des économies de consommation, écologiste émérite avant l’heure : il avait des enfants adolescents, qui voulaient bêtement vivre, consommer, s'éclater, comme les autres enfants du siècle.
[3-1] Lorsque Houlagou, petit-fils de Gengis Khan, prit Bagdad en 1258, il fut choqué en découvrant les richesses du palais du calife. Pour convaincre le calife de la vanité de ce luxe, on raconte qu'il le fit enfermer dans une pièce, avec tous ses immenses trésors.
Le calife mourut de faim, convaincu que l'argent ne fait pas le bonheur.
[4] En effet, c'est surtout par comparaison que nous nous sentons plus ou moins riches. Aujourd'hui, dans un pays pauvre, les moyens de communication permettent de se comparer, non seulement à son beau-frère et aux voisins pauvres dans sa rue, mais aussi à l'opulence des pays développés aussi lointains qu'ils soient. La comparaison peut être explosive.

 

 

argent bonheur

 

 
 
facebook

facebook


contact


Retour à la page d'accueil  écologie, réchauffement climatique, urgence alimentaire, urgence énergétique

pour feuilleter écologie, illusion, agriculture bio, nucléaire, ogm. quelques autres extraits

- Sur le "bon vieux temps" – qui était le temps des disettes et des famines, et des épidémies.

- Sur le risque alimentaire, l'agriculture bio, la déforestation, les OGM.

- Sur la transition énergétique et le réchauffement climatique, les énergies renouvelables, le nucléaire...

- Sur le lobbying, qui peut être économique, mais aussi idéologique.

- Sur la surpopulation, la croissance durable, les économies d'énergie...

 

écologie, mythes et réalité, l'argent ne fait pas le bonheur

comments powered by Disqus

écologie, mythes et réalité, économies d'énergie, luxe, croissance, décroissance, pouvoir d'achat

 

Mise à jour : 30 novembre 2018

l'argent ne fait pas le bonheur

Table des matières du livre

 

Voir la page d'index